Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil Etudiant

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Diplôme | Réappropriation d’une île de Loire, au «Bec d’Allier» (07/2011)

Pourquoi réfléchir seulement à l’architecture quand d’aucuns peuvent passer par la grande échelle ? Le site du Bec d’Allier est fédérateur. Ce projet propose donc, à partir d’une analyse du territoire, la mise au point d’une stratégie de dynamisation d’une digue en milieu rural. Tourisme et sensibilisation au milieu humide en sont les moyens.

ENSA La Villette | Urbanisme et aménagement du territoire

A. La confluence entre la Loire et l’Allier : le Bec d’Allier, une levée de Loire ou une île de Loire. Le Fleuve, ses histoires Au départ, outils de communication, les habitants se sont rapprochés des fleuves et ont construit un patrimoine architectural riche. Aujourd’hui, bien que peu nombreux, ils portent de l’importante à la vue sur l’eau et la qualité de vie sereine. Les cyclistes et les plaisanciers passent le long du canal, profitant ainsi des loisirs liés à la campagne. Le Fleuve, ses Infrastructures Le Bec d’Allier est un territoire inondable. Des infrastructures tentent à sécuriser le site. Le canal latéral à la Loire introduit le site dans le tourisme fluvial, traversant le site, sans prendre le temps d’y rester. Les digues ou levées de Loire servaient de quai lors des mariniers, puis, surélevé elles sont des outils de protection contre les inondations. Elles cherchent à canaliser le flux de l’eau. La levée devient une rive construite de l’île de Loire. La digue est une mini- topographique artificielle qui partage le lit majeur en deux milieux. Un espace naturel composé de forêts alluviales et ripisylves. Et un espace construit, habitations et bocages, sera l’objet d’une restructuration. ENJEUX > Nécessité de «RE-DÉCOUVRIR» et d’offrir des lieux d’accueil liés pour les habitants et les personnes de passage. > Le projet est un cas particulier qui peut rentrer dans une démarche globale pour les îles de Loire. > Comment est-il possible aujourd’hui de se réinstaller en bord de Loire en tenant compte des qualités de l’eau? Comment définir les îles de Loire habitées? Comment sensibiliser à l’eau ? > DENSIFICATION DU FRONT LIGÉRIEN B. OBJECTIFS À L’ÉCHELLE DU PAYSAGE > Rendre lisible la morphologie du site par le travail de la topographie et des berges des îles habitées. > Un manifeste de l’eau en situation exceptionnelle, l’imprévisibilité de l’eau. 1. Lit majeur, sec ou humide ? La topographie est affirmée, le déversoir est supprimé pour faciliter l’écoulement de l’eau. Le cheminement d’eau «en crue» est orienté vers son lit majeur naturel et est stocké dans creux, lors d’inondations. 2. Franges, complément de l’existant ? « L’épaisseur habitée » est requalifiée. La frange construite propose un développement urbain au niveau de la levée existante. Le caractère rigide de la berge est valorisée. Une frange paysagère aborde l’eau. Les milieux naturels ligériens enrichissent la biodiversité ligérienne existante. 3. Requalifier les îles de Loire : leurs usages et les réseaux Des pâturages font le lien avec la lisière, des parcelles cultivées avec les jardins partagés. Progressivement, le parcellaire s’affine. Des chemins réservés aux piétons et aux cyclistes (vélo-route du chemin du halage) parcourent l’île. Seule une route est préservée pour l’accessibilité. 3-plan-de-paysage.jpgC. OBJECTIFS À L’ÉCHELLE ARCHITECTURALE, sur la frange construite : Basé sur des règles d’urbanisme, le projet consiste à une méthode d’analyse de l’existant, puis, à une méthode d’appropriation. Selon la morphologie de l’existant, on introduit à l’architecture vernaculaire existant un nouveau vocabulaire architectural. 1. Le diagnostic de l’existant: On s’interroge donc sur la hauteur de construction (PHEC), la proximité de la levée et l’orientation. Est - on en façade - digue ou en façade - rue? Quel lien avec la digue? Habite-t-on hors d’eau? Quand le bâti ne répond pas aux règles déterminées, le projet tente de le rétablir. 2. Établir des règles directrices pour l’architecture. « Fabriquer un tout ». Une fois que l’existant est étudié, on peut donc déterminer les périmètres pour les nouvelles constructions : des potentialités d’accroche. Le principe d’installation est de trouver un support déjà construit pour pouvoir construire une nouvelle architecture. Les nouveaux lieux d’accueil et de vie s’ancrent dans l’existant, ils ne s’étendent pas. > Création d’extension et de greffages dans les dents creuses > L’accès se faisait depuis la digue, les modules sont ainsi autonomes. > Avoir une toiture plantée et accessible. 9-facades.jpg 3. Des typologies Typologie A. DES MAISONS THÉMATIQUES Ce sont des volumes qui s’installent sur les maisons RDC à proximité de la digue. Cet existant est soumis au risque d’inondation important. Il devient un potentiel pour construire de nouveaux équipements destinés aux touristes voulant découvrir le milieu ligérien. (Maisons d’artistes, maisons d’expositions, maisons des associations, des classes vertes, bibliothèque ...) Typologie B. GÎTE RURAL Dans les interstices, on crée une nouvelle structure fixe en béton. Des volumes se greffent sur les deux faces de la structure. Le squelette devient alors approprié. Typologie C. CHAMBRE D’HÔTES / PIÈCE HORS D’EAU Ces deux types d’espace seront construits sur la face orientée du côté des bocages. Des chambres d’hôtes seront aménagées dans les habitats principaux : elle permettra aux habitants de louer des chambres pendant l’été et d’avoir un abri en cas d’inondations exceptionnelles. Ces pièces-refuges s’appuient sur la structure existante. 4. L’architecture raconte deux histoires sur les deux faces Sur la façade Loire, un petit volume nuit se glisse dans l’interstice des maisons. Des vues sont cadrées sur l’eau. Un dialogue mimétique s’installe, l’extension copie et enrichit la texture du toit de sa maison grâce à un cahier des charges. Des variables sont donc acceptables dans cette continuité architecturale. Sur la façade Bocage (façade sud), on trouve les lieux de vie. Un volume plus généreux vient englober la structure préalablement installée. Une structure en bois est visible, réinterprétation de la charpente des maisons ligériennes. L’espace s’ouvre et une façade - bois mobile contrôle la lumière. Le cahier des charges propose donc différentes essences de bois et différentes façons d’ouvrir le module.

Pauline Bertin

Réagir à ce projet

Interview |Architecture : année zéro

Franchir le pas, s’inscrire en école d’architecture, avec ou sans bagage ? Qu’importe. David Tajchman, enseignant à l’Ecole Spéciale d’Architecture, prône un nouveau départ hors des...[Lire la suite]


Interview |Erasmus Mundus, une «expérience ++» pour Héloïse Le Carrer

Héloïse Le Carrer, étudiante à l'ENSA Bretagne, a vu la Chine. Plusieurs fois même. Entre autres, le programme d'échange Erasmus Mundus lui permit de passer une année à l'université de...[Lire la suite]

Interview |Concours 'Nouveaux Habitats Nomades' : coup de pouce aux jeunes talents

Organisé par le photographe-réalisateur Arnaud Contreras et l’architecte-musicien Serge Calka, le dernier-né des concours destinés aux étudiants en architecture et design, dont la remise des projets est...[Lire la suite]

Chronique |En Finlande, Eco-Viikki, un quartier durable, une communauté urbaine

Othman Mikou est étudiant en 3e année à l’ENSA Paris Val-de-Seine. Son projet 2011/2012 consiste en un périple au travers de 19 pays en 10 mois afin d’études d’architectures, que ces...[Lire la suite]

Concours |Minimaousse, le concours qui met le pied à l'étrier

Jusqu’au 27 février 2011, les projets des lauréats de la 4ème édition du concours biennal de micro-architecture 'Minimaousse' sont exposés à la Cité de l’architecture et du patrimoine*....[Lire la suite]