Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil Etudiant

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Diplôme | La prise de la ville par les filets bleus (09/2011)

L'Architecte doit accompagner les évolutions naturelles et civilisationelles. Reconsidérant les représentations de la ville maritime bretonne à Concarneau, le projet propose de redonner du sens à la ville par des usages temporellement différés et complémentaires, entrecoupés d'interstices (accidents urbains) autour d'une place en long: l'Estuaire.

Ecole Spéciale d'Architecture | Aménagement extérieur/Paysage

Le manque d’espace, de matières premières, les bouleversements climatiques nous incitent à nous repositionner face au nouvel Or bleu du XXI ème siècle : les mers et les océans. Nous positionner physiquement, spatialement, et psychologiquement, c’est prendre véritablement conscience de cet atout. Bien que «plus la maîtrise technique de nos sociétés s’est développée, plus les hommes se sont éloignés d’une réelle maîtrise des milieux» (Yves Lebahy, entretien, juin 2006), ce n’est pas vers celle-ci qu’il faut se tourner. Ce n’est pas le réel enjeu des décennies à venir. C’est l’accompagnement des évolutions naturelles et civilisationnelles qui est un enjeu majeur. Les inadéquations croissantes entre vitesse d’évolution de nos cultures et vitesse d’évolution de nos espaces de vie, creusent la tendance à l’obsolescence des espaces portuaires. Le rôle de l’architecture doit être transversal : sociétal, technologique et environnemental. La Bretagne possède des ports ? C’est par ces portes de passages entre terre et mer que doivent démarrer les réflexions. Le petit port de Concarneau s’enlise, littéralement et métaphoriquement ? Il faut le repenser sur la mer. Mais pas seulement. Car si habiter la mer deviendra une nécessité spatiale, elle n’aura de sens que si elle s’inscrit véritablement dans les façons de vivre traditionnelles terriennes. Le port est une porte vers l’infinie marine. Il faut faire en sorte qu’il le soit réellement en créant une véritable organisation spatiale et culturelle passerelle vers l’inconnue. Image-17.jpgCohérence, Tradition, Nouveaux usages L’ESTUAIRE: Désir de ville L’estuaire concarnois est amputé de la rivière du Moros, la mer et la rivière n’entrent plus en contact. Réouvrir complètement l’embouchure du Moros permet de créer un véritable estuaire qui subira de nouveau les dynamiques des marées et du choc entre eau douce et eau salée. L’eau est la continuité du projet. C’est finalement le «plein» de la place publique autour duquel s’articule des espaces plus définis. Une respiration dans la ville par l’eau. LA PLACE EN LONG : Désir de continuité et de démocratisation des usages de l’estuaire C’est donc une nouvelle colonne vertébrale partant du Moros, se réappropriant les espaces portuaires, et se jetant dans la mer, créant de toutes pièces de nouveaux espaces de vie et de rencontre. Redonner à chaque usage une importance identique au sein de la ville par la mise au même niveau d’importance aux usages de la ville, et plus particulièrement des usages de l’estuaire. Quatre usages complémentaires se croisent dans le temps: - Le centre de formation aux régates du Moros est réservé aux jeunes navigateurs, amateurs ou désireux de formation, et se trouve exactement à la lisière entre rivière et estuaire. Là où hier l’estuaire était amputé de sa rivière, se dresse fièrement et symboliquement la relève, la nouvelle génération de navigateurs se frottant à la vallée des fous. A la suite de Michel Desjoyeaux, Roland Jourdain ou Jean Le Cam, ils sont le souffle de vie du Moros. - La halle aux poissons est le lieu « ferment de démocratie » 1 par excellence. Elle redonne ses lettres de noblesse à un usage maritime en déclin : plus qu’une criée, la halle devient le lieu de tous les échanges : entre habitants et pêcheurs toute l’année et avec les estivaux quelques mois de juin à septembre. Son emplacement même, en plein cœur du port, est une position stratégique pour la ville : elle offre à tous la possibilité d’une porosité entre ville et usage maritime. - Historiquement la place du quai Pénéroff est le lieu de rencontre de tous les concarnois. Sa position d’interface entre ville, ville close et port en fait un espace de perspective, de franchissement important. La densité de cette place se doit de rester faible, afin d’en garder toutes ses perspectives, tout en en offrant de nouvelles et en facilitant les accès entre ville/ port et ville close. Point final du défilé des filets bleus en août chaque années, elle trouve sa force dans les festivals, concerts, représentations culturelles sur fond de port et de ville close, et dans sa pratique piétonne le reste du temps. - La course au large, véritable enjeu pour la ville, cet usage timidement installé à Concarneau avec Kaïros, est une dynamique importante. Sa position en proue d’estuaire, à l’embouchure même de l’océan, en fait le théâtre des départs de course et de la recherche dans la compétition. En complémentarité avec Mer Agitée et le pôle Finistère de course au large, Concarneau possède l’avantage d’une tradition de point de départ et d’arrivée de nombreuses courses. Image-20.jpg INTERSTICES : La ville en creux Chercher le temps du passage immobilisé, c’est rechercher L’INTERSTICE. De nouveaux espaces sont créés à marée basse, permettant la traversée, le franchissement ou l’avancée. Sur une même journée, le paysage urbain change, en fonction des marées montantes et descendantes. Créer un paysage changeant au rythme des marées pose l’affirmation d’une conscience de la dynamique littorale et participe à la création d’une singularité de la ville. L’eau est un élément fédérateur qui, historiquement et naturellement, fait partie intégrante de la ville de Concarneau. De même, l’eau, à travers sa dimension de franchissement, de déplacement, est un interstice entre deux espaces, un seuil. La ville maritime se construit par des représentations collectives et qui évoluent avec nos civilisations. En reconsidérant les représentations de la ville maritime bretonne nous pouvons reconsidérer le sens même de la singularité de ces espaces. Au sein de ces trois outils, des activités temporellement différées mais complémentaires viendront créer des interstices dans la ville, comme des accidents urbains. C’est à partir de cette démarche que nous pourrons créer du sens entre la ville, la maritimité et les nouveaux enjeux énergétiques du XXIème siècle.

Gaëlle RENONCET

Réagir à ce projet

Réactions

08-06-2012

sympa

25-05-2012

bof

21-05-2012

Je trouve cela très bien qu'on tente enfin de faire évoluer la pratique du port, surtout à Concarneau!

12-05-2012

Structuré, novateur

12-05-2012

très beau projet, novateur!

11-05-2012

Projet à la fois ambitieux, et très ancré dans le réel. Il intègre la ville de Concarneau avec ses besoins et ses ambitions. J'ai aimé l'idée non pas de transformer l'espace dans un simple but créatif, mais bien de l'adapter tout en le respectant, faire de ses spécificités des atouts. Il y a du sens dans cela, et la renaissance de villages maritimes un peu délaissés pourrait bien être un enjeu majeur dans les années à venir, tant la notion de développement durable est clé dans nos sociétés. En tout cas, très beau projet, passionnant!

10-05-2012

Projet très interressant!

10-05-2012

Un super projet !

10-05-2012

Très belle approche !

10-05-2012

Un superbe projet, intimement lié à l'activité économique de la ville de Concarneau et de la région, qui arrive à concilier les traditions du passé avec les futures sources de richesse qui seront précieuses à l'avenir. Un projet qui permet aux habitant de profiter de l'élément naturel qu'est la mer, sublimée ici.

10-05-2012

Top

10-05-2012

Un projet magnifique, qui comprend tout: les enjeux pour la population, pour la vie économique, pour le loisir et surtout pour la nature. Allier respect des contraintes naturelles et modernité devrait être au coeur de bien plus de projets architecturaux. Bravo !

10-05-2012

Très beau projet, rien à dire.

10-05-2012

?? Le délire complet!!

10-05-2012

Très bien pensé ! Ce que je préfère ce sont les aménagements en fonction de la marée. La balade le long de l'estuaire avec l'accès au marché aux poissons est inventif, tout les fonts de mer devraient être piétons, c'est plus agréable autant pour les touristes que les locaux. Le principe d'un 'multiport' en un seul est bien respecté. Le passage entre les 2 rives à pied était nécessaire, ça rend accessible la rive moins touristique et ça permettra peut être de développer ce point. Jadore la région et j'aime ce projet, il est novateur, contemporain tout en gardant l'esprit de la ville.

10-05-2012

magnifique projet!!!