Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil Etudiant

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Diplôme | Drancy, cohabitation entre mémoire et vie (07/2012)

Symbole de la mémoire de la Shoah, l’espace mémoriel de l’ancien camp de Drancy est peu lisible. Le mémorial que je projetais de créer ne pouvait être pensé comme un objet indépendant des différents mémoriaux déjà existants en France. Il devait, en outre, faire partie d’une volonté commune de transmission.

ENSA La Villette | Patrimoine

La confrontation à un site chargé, non d’un héritage unique mais d’héritages au pluriel a été d’une très grande richesse face à ma réflexion de départ concernant la matérialisation des lieux de mémoire. En effet, cette réalité m’a permis d’ajuster, de jauger mon engagement afin de le confronter sans échappatoire à la réalité complexe et bigarrée d’un territoire encore aujourd’hui en crise. Tout au long de mon travail, j’ai gardé en tête trois principes fondamentaux à respecter et concilier : - Que le poids du passé n’empêche pas la vie dans le présent - Que le présent ne nie pas les fautes du passé. - Que présent et mémoire du passé puissent coexister chacun à leur manière, afin de nous permettre de grandir. 02.jpg Plus que de concilier ces principes, j’ai tenté de n’en faire qu’un, celui qui porterai du projet de la coexistence. L’idée n’était pas celle de la concession, du retrait de l’un pour laisser sa place à l’autre, mais plutôt, d’attribuer à chaque couche de l’histoire un place forte, sa place juste. Les prises de positions, les décisions que j’ai été menée à prendre se devaient d’être fortes et se sont répondus , encastrés au fur et à mesure de l’avancement du projets, par échos, par contradictions, par incisions, par ricochets, pour former un tout indissociable. C’est ainsi que j’ai tenté de marier l’idée d’une organisation urbaine d’ordre pratique avec un programme d’ordre symbolique, le tout confronté à une matérialisation posant indéniablement des problèmes techniques. Les strates sombres du passé se sont peu à peu enfouies sous terre et que la vie quotidienne qui s’invente chaque jour s’est retrouvé à sa place : au niveau sensible et encore à vif de l’épiderme. Après avoir écrit un mémoire théorique «l’architecture mémorielle ou la matérialisation de l’irreprésentable», je me suis confrontée au choix de la réponse pratique et me suis rendue compte à quel point il était vertigineux de s’aventurer dans cette matérialisation non seulement d’une quelconque idée, mais qui plus est, à la matérialisation de sensations que devrait créer un espace, faute de fonctionnalité. 03.jpg C’est ainsi que je me suis retrouvée dans la recherche d’une réponse actuelle à une question qui elle-même n’est faite finalement que de données contemporaines, et qu’il me tiendrait à cœur d’étendre à travers les trois points suivants : La redéfinition du RDC du bâtiment en U existant Le bâtiment en U existant est classé monument historique, ce qui signifie qu’il ne peut être ni détruit, ni modifié, ni même égratigné. En revanche certaines parties des bâtiments ne font pas partie de ce classement : le RDC et les cages d’escaliers. C’est pour cela que par extension au projet présenté, il me semble judicieux de développer une proposition de nouvelle définition du RDC de cet immeuble, en lui redonnant une dynamique tant programmatique que spatiale. Intervention sur la façade classée Cet immeuble est classé, nous l’avons vu, non pas pour des raisons d’une esthétique exceptionnelle, ni même d’un système constructif exceptionnel, mais simplement pour sa valeur de témoignage historique : premier grand ensemble construit en France qui annoncerai toute une série de lotissements à bon marché. La réalité en est que l’expression de l’immeuble tout au long de sa façade de 480 mètres linéaires est plus que banale. C’est pour cela que j’aimerai poursuivre ma réflexion sous la forme d’un travail tant didactique que formelle en mettant en place une structure végétalisée indépendante et rythmant cette façade. Cette structure devrait étendre la capacité de révélations des couches, en ne laissant apparaitre que partiellement cette façade du passé. Un parcours mémoriel jusque l’ancienne gare de Bobigny Tel est aussi l’enjeu d’un projet In Situe les déportés étaient emmenés de Drancy à la Gare de Bobigny puis de la Gare de Bobigny à Aushwitz. C’est pourquoi une des extensions des projets mémoriels est d’implanter une promenade, un parcours à remonter l’espace et à remonter le temps entre Drancy et l’ancienne garde de Bobigny. La réalité de l’histoire de ce lieu est relative aux histoires de vies (et par extension de morts) qui s’y sont déroulés, et non une histoire de formes. C’est pourtant par la forme architecturale que j’ai tenté de traduire, d’apporter une réponse au traitement de cette mémoire.

Nehama Cohen

Réagir à ce projet

Réactions

19-09-2012

Enfin un projet d'étudiants qu'il faudrait réaliser au plus vite!

30-07-2012

Mais arrêtez un peu de commentez vos propres projets.. c'est affligeant, et ça n'a plus aucun intérêt.
"Suprenant", "véritable réflexion d'architecte", "extrême rigueur du projet","recherche d'esthète","simplement formidable", "extraordinaire projet..".

La note finale était si faible?

24-07-2012

C'est un projet remarquable ! Il fait naître des émotions très différentes : la peine pour ce qui s'est passé, mais aussi le réconfort de voir qu'il y a des personnes qui se sentent concernées par ce sujet... Bravo !

20-07-2012

il nous remet en memoire l'innomable sans heurter les consciences grace au cheminement de la lumiere vers l'obscurite

19-07-2012

Projet très intéressant.Cette idée d'installer un lieu de mémoire au sein même d'un lieu de vie est surprenante.

19-07-2012

Le principe de conception est excellent et correspond à une véritable réflexion d'architecte.J'ai cru comprendre que l'idée consiste à enfouir en profondeur une mémoire rendue accessible par un cheminement qui va du présent au passé.
Aussi l’extrême rigueur du projet laisse une place importante à une recherche d'esthète.C'est beau

19-07-2012

simplement formidable!!

19-07-2012

Ya rien a dire!!! Pas de mot pour exprime ce extraordinere project!!!!