Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil Etudiant

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Diplôme | Polygone, métisser collectif et individuel (09/2012)

Habiter aujourd’hui en ville nous apparait comme la recherche d’un vivre ensemble. Il ne s’agit pas seulement d’occuper un certain nombre de m², mais de se définir en fonction d’un tissu de relations sociales. Dans un contexte français où beaucoup aspirent à la maison individuelle comment créer les conditions pour le plaisir d'habiter un collectif?

ENSA Strasbourg | Logement collectif

Problématique

Comment proposer un mode d’habiter aujourd’hui issu du métissage de l’habitat collectif et de l’habitat individuel. Cette notion d’habiter individuellement au sein d’un collectif peut se traduire conceptuellement par un travail sur les transitions entre intime, individuel, partagé, collectif, public.

Dans ce cœur d’ilot à reconquérir, nous avons mis en avant des principes de compacité et simplicité volumétrique, dans une volonté d’économies, afin d’investir davantage dans la qualité d’usage et les espaces en + offerts aux habitants, générant un lien social certain. Ainsi, le projet se compose de 70 logements de typologies modulaires variées, allant du studio au T5, associés à des espaces communs. Au RDC, la cour intérieure rappelle les places villageoises où se retrouver ; elle est associée à divers espaces verts partagés (jeu, promenade…) et à des espaces intérieurs tels que les locaux vélos, la buanderie, des salles communes.

Chaque étage dispose d’espaces « + » qui se fondent parmi les logements et dont la fonction n’est pas prédéfinie et pourra ainsi s’adapter aux besoins des usagers (salle de jeux, chambres d’amis…). Reflet de l’habiter, la façade n’est pas une limite, mais plutôt un lien entre intérieur et extérieur. Côté cour, les coursives extérieures permettent l’accès aux logements (passerelle d’entrée), côté jardin, des prolongements extérieurs divers (loggia vitrée ou bâtie, balcon…) agissent pour une identification et une appropriation du chez soi par chacun.

01-insertion-urbaine.jpg

Contexte

_SITUATION Un quartier au Sud de la ville de Strasbourg.

> quartier en renouvellement urbain, de nombreux projets de logements sont en cours.

> quartier animé, proche de toutes les commodités, des services, et surtout bien desservis par le tram et les pistes cyclables.

_SITE Un cœur d’ilot, aujourd’hui occupé par des garages individuels peu attractifs et pour la plupart inutilisés, en contradiction avec l’idée de densité urbaine.

> un vide urbain de 8400m² à reconquérir, à requalifier par le projet de logements, en espaces à vivre.

> idée de construire la ville sur la ville pour proposer une nouvelle vie à cet intérieur d’ilot qui peut devenir espace de convivialité

> les atouts du quartier arboré et hétérogène (gabarits, époques, couleurs...) pousse l’idée du métissage urbain dans ce tissu spécifique de cœur.

LE TISSU SPECIFIQUE ET L’INTERIORITE GENEREE NE SIGNIFIE PAR UN REPLI SUR SOI, MAIS POUSSE A CONSERVER LA QUALITE DU POURTOUR, A PROFITER DE LA SITUATION POUR Y IMPLANTER UN NOUVEAU PROGRAMME D’HABITAT METISSE AVEC UNE REFLEXION SUR DIFFERENTS USAGES ET MODES DE VIE, ET OU LA SITUATION EN CŒUR D’ILOT SE PRETE BIEN A CE SCENARIO.

02-plan-RDC.jpg

Démarche

HABITAT METISSE : UNE OPERATION DE LOGEMENTS EN CŒUR D'ILOT DANS LE QUARTIER DU NEUDORF A STRASBOURG.

Comment proposer un mode d’habiter aujourd’hui issu du métissage de l’habitat collectif et de l’habitat individuel? Comment dans cet ilot, ce vide à reconquérir et à la forme si particulière, exprimer ces idées? La genèse de l’implantation découle de plusieurs réflexions (essais de densité, vis-à-vis, distances avec les bâtiments existants en pourtour...)

Le projet a pour volonté de garder l’idée de centralité, de cœur, et nous nous sommes concentrées sur la valeurs qualitative des espaces non bâtis; c’est pourquoi le projet s’organise autour des vides mis en place pour générer différents lieux de vie, des espaces communs, à la fois aire de jeux, rue domestique, potager collectif, promenade, en pourtour, et cour minérale agissant en cœur intérieur de la vie collective.

Le projet participe ainsi par son implantation au paysage spécifique du cœur d’ilot (gabarits, distances, accès...) et permet une multitude de seuils du public au plus intime. L’accent est ici mis sur les espaces à partager, extérieurs et intérieurs; la partie ouest du RDC accueille pour cela des services ouverts au public sur rue, et ouverts aux habitants de l’ilot dans les premiers bâtiments (crèche, buanderie, salles communes, atelier vélos...)

Les 70 logements proposés sont conçus sur une base modulaire (noyau de base avec l’entrée et les pièces humides, auquel s’ajoutent des pièces modules espace nuit ou continuité du séjour), ce qui permet ainsi un métissage certain dans les typologies (du studio au T5, sur 2 niveaux ou avec une double hauteur..). Incorporés dans un volume en béton, ils sont accessibles par des coursives extérieures, au statut lui aussi métissé, lisière entre le commun et le chez-soi proche, et qui se ramifie pour chaque entrée, en passerelle privative aménageable par chacun.

Des espaces en + et à partager sont expérimentés, tel au RDC, sous forme de pièces aux fonctions non prédéfinies mais qui peuvent ainsi s’adapter aux envies des habitants de chaque palier. Insérées dans la trame modulaire des logements, dans des vides, ces pièces accueillent une chambre d’amis, une salle de jeux, ou encore jusque sur les toits, qui deviennent des terrasses, un café, un belvédère ou un jardin.

De part et d’autres de cette base du logement en béton brut, on y trouve des strates, des épaisseurs habitables; côté cour des fenêtres au cadre épais donnent sur les coursives décollées de la façade et côté jardin, les baies vitrées toute hauteur rendent accessibles les prolongements extérieurs divers (balcon, loggia tempérée, loggia bâtie).

La façade devient ainsi le reflet de l’habiter dans ces logements collectifs, concrétisant notre vision du vivre ensemble, à travers un lieu de vie appropriable, capable de donner aux habitants un sentiment de fierté, d’appartenance.

anaïs godefroy-rieb godefroy-rieb
Pauline Toenz

Réagir à ce projet

Réactions

31-01-2013

Très belle reflexion sur l'habitat collectif. Beaucoup plus sympa qu'un pavillon individuel !

19-12-2012

Très beau projet, un village en plein centre ville. Très convivial, de nos jours où le "vivre ensemble" s'apparente plutôt au "chacun pour soi". A développer dans toutes les villes.

17-12-2012

Bravo, excellent concept de mise en commun de l'habitat collectif permettant de " canaliser" les besoins de chacun tout en restant sur une réalisation urbaine à taille humaine.

14-12-2012

Beau projet

13-12-2012

votre projet donne vraiment envie d'y vivre, et d'y habiter, que ce soient les logements et les espaces à partager, encore trop peu présents...
et je pense par là que c'est une des premières choses importantes en architecture : avoir réussi à si bien penser aux futurs usagers, ces "habitants" dans tous les sens du terme... bravo!

11-12-2012

tres beau projet bien en phase avec les besoins du monde actuel,qui bouge ,change,se transforme ,se metisse!Ou comment concilier son individualité ,ses particularité au sein d'un collectif.. L'architecture doit se mettre au service du bien vivre au quotidien et ce projet en est une bien belle concretisation

11-12-2012

beau travail, bel reflexion sur le logement. idée des modules cool et bien mis en oeuvre

11-12-2012

Très bon projet, intéressant et réfléchi.

10-12-2012

bonne intégration dans l'existant , avec espace vert ...

10-12-2012

Une belle intégration au tissu urbain, offrant une ouverture sur les extérieurs du quartier tout en préservant une "intimité" propre au cachet de l'habitat

10-12-2012

Superbe travail effectué pour ce projet !

Bravo.

Franz

10-12-2012

une belle réflexion autour d'un thème -le logement- qui est bien peu souvent choisi pour un diplôme de fin d'études, bravo pour le défi!

10-12-2012

Excellent projet, bonne intégration paysagère, la modularité et la polyvalence des éspaces est d'une grande richesse.

10-12-2012

Un projet d’habitat, un plant, un dessin, doivent nous faire envie d’y être, d’y habiter.
Moi, je ne connais pas le quartier mais déjà, seulement avec les explications, j’irais volontiers y vivre !
Bravo!

Conchi Laurent

10-12-2012

Modularité très intéressante. Espaces communs répartis et intégration dans le paysage.

Enquête |HMONP : vers un numerus clausus de fait ?

«Le principal problème de la réforme LMD c’est qu’elle a instauré un PPP entre écoles et agences», souligne Jean Magerand, architecte et enseignant à l’ENSA Paris-La Villette. En...[Lire la suite]


Entretien |«La profession a raté son mariage avec les écoles»

Jean-Philippe Erwan-Le Boeuf, architecte et cofondateur de l’agence Calq architecture, déplore «la rupture entre les écoles d’architecture et la profession» en ce qui concerne les architectes engagés dans...[Lire la suite]