Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil Etudiant

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

La structure principale sera en pierre massive, sur laquelle viendra s’y ajouter une structure métallique, afin de garder une image d’architecture «à-bâtir», dont son esthétique se construira par l’apport constructif de ses habitants.

Diplôme | Zone d'Autonomie Autorisée (06/2012)

Le programme de ce projet de fin d’étude était orienté vers la création d’un centre d’hébergement pour personnes Sans Domicile Fixe, s’appuyant sur les bases de l’auto-contruction.

ENSA Montpellier | Autres

Il y avait 86 000 SDF en France en 2001. En 2006 les associations d’aides aux SDF estimaient leur nombre à environ 100 000. Les derniers chiffres publiés début 2011 ont révélé que 133.000 personnes étaient considérées SDF en France.

A l’heure où le logement ne devrait plus être un problème pour personne, nous observons l’émergence d’une nouvelle classe sociale brossant les SDF, les néo-hippies, les gens de la rue et les travailleurs à la rue. Au delà des classes habituelles (riches, pauvres et depuis peu, classes moyennes), cette nouvelle trame semble s’organiser autour des enjeux de notre actualité (la paupérisation, la densification croissante,les pressions étatiques toujours plus menaçantes). Une nouvelle population portant au vif les problèmes économico-sociaux d’aujourd’hui ne doit pas rester dans l’ombre, nous pensons au contraire que c’est en elle que nous trouverons l’air pour faire respirer à nouveau un pays en voie d’intoxication.

J’ai choisi d’orienter ce projet de fin d’étude vers la création d’un centre d’accueil et d’hébergement pour personnes sans domicile fixe, l’implantation dans un contexte urbain m’a semblé évident, cependant, la contrainte foncière rend cette tâche difficile, C’est pour cela que j’ai pris le parti pris du délaissé urbain, bien que de tels terrains collectionnent les contraintes (bruits, axes routiers, pente…), ils restent cependant situés en plein coeur de la ville sans pour autant faire l’objet d’une attraction financière qui dérogerait la réalisation du projet. Mon exploration m’a donc conduit le long des bords d’autoroute, des bords du lez, des voies ferrées, des grands axes de circulation, parcourant ces délaissés urbains, définis par leurs déclivités.

IMAGE-02.jpgParti pris du délaissé urbain: bien que de tels terrains collectionnent les contraintes (bruits, axes routiers, pente...), ils restent cependant situés en plein coeur de la ville sans pour autant faire l’objet d’une attraction financière. L’idée est de venir se protéger du bruit, et de créer une épaisseur protectrice pour ces personnes sans-abris. Cette épaisseur, cette protection, nous renvoie à l’architecture médiévale, caractérisée par ces constructions défensives, lourdes, par ces ambiances si particulières, tournées autours du clair-obscur. Mais pas seulement, cela nous renvoie aussi à une architecture plus modeste, plus fragile venant se nicher entre deux contreforts d’une église, ou encore se réfugier à l’intérieur d’une arène protectrice. C’est ce dialogue là qui nous intéresse, ce contraste entre une architecture lourde venant à la fois protéger ces futurs habitants, et une architecture plus légère, qui pourra s’y développer librement.

IMAGE-03.jpgContraste entre une architecture lourde venant à la fois protéger ces futurs habitants, et une architecture plus légère, qui pourra s’y développer librement. Concevoir un Centre d’accueil pour personne sans-domicile fixe, cela n’est pas simplement offrir un nouvel endroit ou l’on pourra répondre à ces besoins physiques, (hygiène et santé) mais c’est aussi le lieu qui viendra asseoir une position dans la société. Et pour que société se fasse, un dialogue, un échange doit s’établir ainsi qu’un endroit «qui soit mien» dans une moindre mesure, où les personnes SDF puissent se sentir chez soi afin de se recueillir. Nous pensons que l’auto-construction couplé au programme de centres d’hébergements pourrait équilibrer cette autonomie que porte les personnes sans domicile  fixe, et cette nécessité de faire société.

Offrir les fondations d’un hébergement, et laisser aux SDF la responsabilité de l’édifier pourrait être une première étape dans le processus d’intégration des SDF à la société. Ainsi je prends le parti de croire en cette reconstruction responsable, et décide de créer ce que j’appellerai une ZONE D’AUTONOMIE AUTORISÉE.

Le centre d’accueil pour SDF sera accompagné d’un atelier de construction qui fonctionnera comme un GIP (Groupement d’Intérêt Public). Lieu de stockage de matériaux de récupération, lieu d’expérimentation, mise à disposition de machines et d’outils de construction, cet atelier facilitera la pratique d’autoconstruction des locataires du centre d’accueil. Cette mixité des programmes a pour but de créer un échange actif, «dédramatisant» la situation des SDF.

Mélanie Fistarol

Réagir à ce projet

Réactions

27-02-2013

http://fr.calameo.com/books/00037443202a71c6c0bd7

A cette adresse se trouve le mémoire accompagnant ce projet de fin d'étude.

26-02-2013

Un vrai bol d,air dans une periode ou l'individualisme et le rejet de l'autre sont de rigeurs oui l'architecture n'est pas neutre et ausdi engagee comme l'est la politique ,la chanson et bien d'autres choses ..l'idee de lautoconstruction est vraiment interessante dans le projet et support dinsertion sociale ..envore bravo

26-02-2013

sujet intéressant mais je trouve votre rendu très triste (couleurs, ambiances...) dommage, pour le sujet traité qui n'est déjà pas très gai...

22-02-2013

enfin un archi qui sort du lot !

Exposition |Pavillon de l'Arsenal : Paris 'out of the box'

Organisées du 2 au 21 octobre 2012 au Pavillon de l’Arsenal (Paris 4e), deux expositions* de travaux d’étudiants se font écho : 'Paris Possible' est composée d’architectures alternatives investissant...[Lire la suite]


Enquête |HMONP : De la MSP à la VAE ?

Focalisant une partie des débats entre 2003 et 2006, la durée de Mise en Situation Professionnelle (MSP) dans le cadre d’une HMNOP initiale est fixée à six mois minimum. Une période suffisante à la fois...[Lire la suite]

Actualité |Collectif Etc. promeut à vélo la ville citoyenne

D’une part, un tour de France à vélo. D’autre part, des projets réalisés par de jeunes architectes avec la participation de citoyens conquis. Cela donne 'Détour de France', périple conçu et...[Lire la suite]

Chronique |Run Run Shaw Media Center : parcours au sein d'une architecture spectacle

Othman Mikou est étudiant en 3e année à l'ENSA Paris-Val de Seine. Son projet Magenta l'emmène en de multiples pays afin d'étudier architectures symboliques, vernaculaires et contemporaines. Après...[Lire la suite]

Actualité |ENSA de Strasbourg : à master franco-allemand, double diplôme

Nouveauté de la rentrée 2011 à l’ENSA Strasbourg, le master 'Cultures architecturales et projet urbain dans les Eurorégions' est issu d’un partenariat avec la Faculté d’architecture du KIT de...[Lire la suite]