Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil Etudiant

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Concours | La vie de château, une greffe urbaine (01/2013)

Premier prix de l’édition 2013 du Concours Acier, ce projet a été jugé comme la réponse la plus pertinente au thème donné, l’urbanité suspendue. «Les candidats ont relevé le défi : reconstruire la ville sur la ville. [Ils] ont proposé différentes possibilités de densifier l'habitat en se greffant sur le tissu urbain. Le tout en utilisant les qualités et propriétés de l'acier». Un projet de Jérémie Germe, Justine Pinguet et Chloé Thomazo.

ENSA Paris-Val de Seine | Logement collectif

Un enjeu du renouveau urbain

Nous avons décidé d’intervenir sur une structure bâtie en 1936 se situant au cœur du projet de renouvellement urbain de la cité du Bel Air à Montreuil. Il s’agit de l’ancien château d’eau de la ville abandonné depuis 2003, symbole et signal de ce quartier.

Notre réflexion sur la ville et les nouveaux modes d’habitat nous ont amenés à nous intéresser à cette structure pour laquelle la ville de Montreuil porte un grand intérêt afin de l’inscrire durablement dans la vie de la cité, notamment au travers du projet de renouvellement urbain.

Construire la ville sur-elle-même c’est avant tout densifier le tissu urbain, mais c’est aussi réutiliser et rénover des structures à fort potentiel constructif afin qu’elles soient de nouveau utiles pour la communauté. 

Nous avons donc réalisé une véritable opération d’acuponcture urbaine, en ciblant le potentiel de la structure du château d’eau et l’opportunité urbaine exceptionnelle qu’il offre au sein de la cité, afin de pérenniser et de valoriser ce symbole du renouveau de la ville.

S’ouvrir à de nouveaux horizons

Notre  démarche s’inscrit dans plusieurs objectifs : offrir des logements de qualité, favoriser le lien social et proposer un programme exceptionnel pour le grand public. Les vingt logements que nous avons créés préservent les qualités du logement individuel dans un logement collectif, notamment en développant les surfaces extérieures privées, en rendant les appartements traversant, mais aussi en exposant la circulation commune à l’air libre.

02-J.Germe-J.Pinguet-C.Thomazo-.jpgLe château d’eau possède deux éléments majeurs à mettre en valeur : la cuve qui est un immense volume à exploiter, mais aussi sa hauteur exceptionnelle. Le choix d’un planétarium dans la cité n’est pas anodin. C’est un équipement qui sensibilise le public à notre monde, à l’univers, et  qui nous responsabilise. Il est important aujourd’hui de sensibiliser les générations futures à l’environnement, mais aussi de pouvoir offrir des lieux pour l’imagination et le rêve, lorsque que l’on ne peut plus voir les étoiles en ville.

Le château d’eau devient ainsi bien plus qu’un symbole pour la cité, c’est un promontoire pour contempler la ville et le monde qui nous entourent mais aussi pour voir plus loin et observer notre place au sein de l’univers.

L’acier : Une réponse aux enjeux techniques

Le château d’eau de Bel Air constitue une structure auto stable grâce à son système de poteaux et d’entretoises et il peut porter une charge conséquente de 1.500 tonnes, ce qui correspond à la masse d’eau présente autrefois. Nous avons donc envisagé une augmentation à l’horizontale de son volume original.

Pour cela, nous avons imaginé un système de poutres rayonnantes, appuyées sur les poteaux en béton déjà existants et soutenues en bout de flèche  par des suspentes. Les planchers collaborant, soutenus par ces poutres, confèrent au système l’homogénéité de ses charges par effet diaphragme.

Le rapport élevé résistance/poids de l’acier confère à la structure additionnelle sa légèreté et minimise ainsi les risques liés à l’augmentation des charges sur le château d’eau.

Enfin, grâce à l’emploi d’assemblages boulonnés, l’endommagement de la structure béton est limité et l’ouvrage reste réversible.

03-J.Germe-J.Pinguet-C.Thomazo-.jpgNous avons donc développé dans le cadre de ce concours une réponse qui participe aux objectifs de densification urbaine actuels, qui fait sens dans un quartier comme celui du Bel-Air, et cela grâce aux spécificités structurelles avantageuses de l’acier.

Jérémie Germe
Justine Pinguet
Chloé Thomazo

Réagir à ce projet

Réactions

01-11-2013

pas mal comme projet, mais si cela est tout du potentiel de ce gigantesque concours...