Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil Etudiant

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Concours | Infiltration venant du vacuum (10/2010)

La notion de ‘vacuum’ est considérée comme un ‘matériau architectural’ permettant de créer des espaces publics en l’évidant. L’idée est de créer un ‘espace négatif’ dans le bâtiment afin de permettre sa meilleure accessibilité et d'ouvrir un espace public en continuité de l’espace urbain.

Ecole Spéciale d'Architecture | Patrimoine

Le volume des trois bâtiments existants permet de stocker les archives dans des capacités maximums. Mais, ces trois bâtiments sont en rupture avec la silhouette des bâtiment alentours et avec le tissu urbain. La relation entre les trois bâtiments et la ville est complètement coupée par la ravin entre le mur de soutènement et les trois bâtiments, La seule entrée ne peut pas entièrement répondre aux besoins du programme de logements et les bâtiments ne peuvent pas s’intégrer dans l’espace urbain. L’identité de l’ensemble des bâtiments est devenue flou. Aujourd’hui, les gens ne connaissent plus la fonction de ces bâtiments.
Vers une nouvelle compréhension du site, le projet s’impose comme un espace semi-ouvert avec différents niveaux à densité variable, ce qui offre un grand potentiel à accommodation à différents activités. La forme de ce projet a une relation topologique avec l’espace urbain. diagramme1.jpgCe projet forme un espace de communication entre le public et le privé, ainsi qu’ entre les habitants et les visiteurs. Les stratégies sont comme ci-dessous: 1.Construire par ‘vacuum’ La partie coupée à l’angle de ‘Allée Pierre de Coubertin et de la Rue Montbauron crée un espace négatif par le vacuum et ouvre une entrée au cœur de l’îlot. 2.‘Existence-absence’ Implanter un espace de partage entre le niveau de la rue et le bas des bâtiments. C’est un lieu dit ‘existence-absence’ qui s’affirme. Il vient de la combinaison paradoxale entre la densité élevé et la disparition. Cette combinaison permet au bâtiment de devenir un espace flottant avec différents densités. 3.Topographie ‘opérationnel’ En haut de ce espace de partage, les surfaces, pliées et dynamiques, décomposent l’ensemble des espaces. Par conséquent, Ces espaces deviennent des terrains libres, plus acceptables et forment un nouveau tissu. Ce nouveau tissu devient une couche d’infiltration qui favorise la circulation entre l’espace intérieur et l’espace extérieur et une meilleur relation entre le public et le privé. Les gens peuvent en bénéficier, comme un salon commune. diagramme2.jpg 4.L’existence devient ‘flottant’ Le espace négatif divise l’ensemble des espaces et crée une partie en haut et une partie en bas des bâtiments. Le partie en haut du bâtiment est conservée comme espace privé, composé de logements qui flottent sur la couche d’infiltration. Pour finir, il prolonge la mémoire historique de ce quartier.

Xiaofu FEI
Yingjie YU

Réagir à ce projet

Réactions

01-04-2011

Un parti pris intéressant et des images qui le légitime clairement. Bravo !

Actualité |ENSA de Strasbourg : à master franco-allemand, double diplôme

Nouveauté de la rentrée 2011 à l’ENSA Strasbourg, le master 'Cultures architecturales et projet urbain dans les Eurorégions' est issu d’un partenariat avec la Faculté d’architecture du KIT de...[Lire la suite]


Conférence |La fabrication du sens, l'Homo Faber selon Mario Botta

«L’architecture est le reflet de l’histoire, c’est un miroir impitoyable, une image du pouvoir, de l’économie et de l’éthique», affirmait Mario Botta le 8 février 2013 au Collège...[Lire la suite]

Interview |Concours 'Nouveaux Habitats Nomades' : coup de pouce aux jeunes talents

Organisé par le photographe-réalisateur Arnaud Contreras et l’architecte-musicien Serge Calka, le dernier-né des concours destinés aux étudiants en architecture et design, dont la remise des projets est...[Lire la suite]

Enquête |HMONP : De la MSP à la VAE ?

Focalisant une partie des débats entre 2003 et 2006, la durée de Mise en Situation Professionnelle (MSP) dans le cadre d’une HMNOP initiale est fixée à six mois minimum. Une période suffisante à la fois...[Lire la suite]

Actualité |'Ingénieur puis architecte', deux diplômes, une école

Récemment reconnu par l’Union européenne, le double cursus 'ingénieur puis architecte' de l’INSA (Institut National des Sciences Appliquées) de Strasbourg permet d’obtenir, en sept ans, le diplôme...[Lire la suite]