Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

La façade multi-facettes du Culture Yard d’ElseneurLa façade multi-facettes du Culture Yard d’Elseneur

Présentation | Culture Yard d'Elseneur (Danemark) : être et devenir, telle est la question (24-11-2010)

Livré en octobre 2010 par l’agence d’architecture danoise AART, le ‘Culture Yard’ d’Elseneur est la figure de proue d’un master plan visant à transformer un site industriel en zone culturelle. Ni réhabilitation pure ni simple adjonction, l’enveloppe multi-facettes confectionnée par AART conte l’histoire d’une mutation. Présentation.

Réhabilitation | Bâtiments Publics | Culture | Acier | Brique | Verre | Danemark | Torben Skovbjerg

«Le projet s’inscrit dans un cadre hors du commun», souligne Torben Skovbjerg, architecte et co-fondateur de l’agence danoise AART. Implanté sur les quais de l’ancien chantier de construction naval d’Elseneur (Helsingør), le ‘Culture Yard’ (17.000m²) fait face à l’illustre château de Kronborg, cadre de la tragédie Hamlet de William Shakespeare.

«En raison de la conjoncture économique, le chantier naval était fermé depuis quelques années et la municipalité a décidé (en 2004 ndlr) de transformer ce site en zone culturelle, en commençant par créer ce centre culturel», raconte l’architecte. En 2006, l’agence AART remporte le concours international ayant mobilisé «une centaine de participants».

Enjeu de la compétition: réhabiliter trois bâtiments en briques rouge, typiques des villes industrielles du nord de l’Europe, pour y aménager deux salles de concert, une bibliothèque, un café et des salles de conférence. Selon Torben Skovbjerg, l’agence AART fut distinguée car «plutôt que réhabiliter ces constructions, nous avons choisi de les renouveler».

«L’objectif général étant de changer l’image de marque de la ville, nous avons proposé de raconter l’histoire de cette mutation d’un passé industriel à une zone culturelle». Entre être ou ne pas être, AART a choisi ‘devenir’.

02(@aart).JPGEntre la nouvelle structure et la façade d'origine, l'arcade publique «Nous avons conservé intacts les trois volumes en les recouvrant d’une structure verre et acier multi-facettes. Précisément, l’enveloppe couvre en partie les trois bâtiments et, à certains endroits, laisse apparaître l’ancienne structure en brique», explique l’architecte.

«Une opération de réhabilitation aurait privé les anciens bâtiments de tous ces détails qui fondent leur identité». Non seulement AART a préservé autant que possible l’existant, touchant à peine aux plafonds et aux murs, mais tous les éléments nouveaux, comme les cages d’escalier, ont été mis en oeuvre dans l’esprit d’origine.

La greffe isole autant qu’elle confère une forme inédite à l’ensemble. «Traditionnellement, les centres culturels sont dotés de matériaux précieux mis en oeuvre avec finesse», souligne l’architecte. AART a préféré le verre et l’acier, des matières «plus rudes» et une mise en oeuvre «plus tranchante». L’objectif n’était pas de créer un contraste mais, au contraire, «d’offrir un écho aux jetées et remparts du site historique autant qu’aux toits en pente de la ville».

Inspirée «par les coques des bateaux», la géométrie complexe de l’enveloppe est aussi le fruit de paramètres techniques. Jeux d’opacité et variations d’angles permettent «d’optimiser l’ensoleillement tout en minimisant la chaleur générée par une lumière frontale».

«Certes, l’adjonction d’une telle structure sur l’ancienne structure en brique est plus audacieuse qu’une construction neuve, tant en terme techniques que d’image, mais ce parti-pris est aussi des plus durables», soutient Torben Skovbjerg.

03(@aart).jpg Préserver un passé industriel, lui conférer un aspect contemporain... et aussi lier trois constructions et mettre en valeur un paysage exceptionnel : les architectes ont fait d’une brique plusieurs coups. L’épaisseur créée entre la nouvelle structure et les murs rouges forme «une arcade liant et distribuant les trois bâtiments». Par ailleurs, les surfaces vitrées reflètent le paysage et offrent une vue dégagée sur le château de Kronborg. «Depuis les balcons des anciens bâtiments, le visiteur a une vue imprenable sur le monument», souligne l’architecte.

Inauguré le 10/10/2010 à 10h10, «le Culture Yard fut ce jour-là visité par 10.000 personnes». Torben Skovbjerg cache à peine sa fierté ; «l’endroit est magique», dit-il.

Du côté d’Elseneur, il y a quelque chose d’enchanté au royaume du Danemark.

Emmanuelle Borne

Fiche technique

Programme : salles de conférences, salles de concert, bibliothèque, café.

Maître d’oeuvre : AART A/S

Maître d’ouvrage : municipalité d’Elseneur (Danemark)

Paysage : AART A/S

BET : Søren Jensen A/S

Calendrier : concours 2006; livraison octobre 2010

Surface : 17.000m²

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 de Dominique Coulon et associés

En 2018, l'agence a remportée sept concours et a été nominée au EU Mies Award ainsi qu'à l'Équerre d'argent pour le théâtre à Freyming-Merlebach (57). Les logements pour personnes...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Randja

La jolie expérience que nous vivons actuellement sur notre chantier de la maison du technopôle à Saint-Lô illumine notre année 2018. La phase de construction nous procure du plaisir et une satisfaction savoureuse....[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 d'AZC

L’équipe AZC vous souhaite à tous, Une Bonne Année 2019 ![Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Brunet Saunier Architecture

2018…. Avec l’analyse de 90 projets hospitaliers de BRUNET SAUNIER ARCHITECTURE mis en scène lors de l’Exposition « Phylum H » à la Galerie d’architecture qui proposait un regard transversal,...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de DVVD

2018 est dans la continuité des années précédentes avec le démarrage de plusieurs chantiers : la couverture du central de Roland Garros, l’hôtel Meininger Porte de Vincennes, le cinéma MK2 Nation,...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Lina Ghotmeh - Architecture

Lina Ghotmeh — Architecture affirme sa quête vers un avenir juste et durable. L'agence franco-libanaise dessine son architecture par un regard écologique et historique comme en témoignent cette année le programme de...[Lire la suite]