Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Présentation | Rapsodie pastorale à Granville : K-Architectures à la baguette (24-11-2010)

Livrée en juin 2010 à Granville (50), l'Ecole Intercommunale de Musique du Pays Granvillais mêle à la facture d’édifices contemporains le vocabulaire du patrimoine agricole. Une réalisation hybride, en cuivre oxydé, qui se fond dans son paysage, signée K-Architectures (Karine Herman, Jérôme Sigwalt). Présentation.

Bâtiments Publics | Culture | Cuivre | Manche | K-architectures

«Nous sommes partis de l’idée de ruralité». Jérôme Sigwalt, architecte et fondateur avec Karine Herman de K-Architectures, explique le concept à l’origine de l'Ecole Intercommunale de Musique du Pays Granvillais, un bâtiment de 1.300m² construit sur le territoire de la commune de Granville. «C’est paradoxal car, généralement, ce type de programme se situe en centre-ville», dit-il. En l’occurrence, situé en pleine campagne, «le site a inspiré l’écriture architecturale du projet».

«En découvrant le lieu, nous avons tout de suite pensé aux peintures de Millet*», indiquent les architectes. Une source d’inspiration adjointe d’une référence au sacré. «En fait, nous nous sommes racontés une histoire, nous avons imaginé un petit couvent du XVIIIème siècle qui aurait été reconverti et modifié par plusieurs générations de fermiers».

En réinterprétant les archétypes du patrimoine rural de manière contemporaine, K-Architectures offre un bâtiment «indatable», flanqué de quatre «chapelles», empruntant à la morphologie de la ferme et, par différents détails, à la facture d’un bâtiment public contemporain. A l’occasion, Karine Herman et Jérôme Sigwalt se sont amusés à créer un néologisme, celui d’ACM, ‘architecture culturellement manipulée’.

«Nous avons fait disparaître tous les éléments pittoresques pour éviter de tomber dans l’écueil du néo régionalisme et nous avons procédé à un travail de simplification en effaçant les saillies des huisseries, les gouttières, les différences de matériaux», disent-ils. Pour les façades, les architectes ont privilégié un cuivre pré-patiné aux teintes oxydées «qui rappelle la tôle ondulée des hangars agricoles». Pour autant, se retournant en couverture, la matière se détourne ainsi de sa référence d’origine. Surtout, «elle opère une transition presque naturelle avec l’environnement».

02(@SimonDeprez).jpg «Le paysage était un enjeu majeur du projet», poursuit Jérôme Sigwalt. Les architectes ont notamment joué avec la pente naturelle du lieu en créant trois rampes qui font remonter le sol sur la toiture du bâtiment. «Avec le temps, quand la végétation aura pris de l’ampleur, seules les quatre ‘chapelles’ (abritant la salle d’orchestre, la salle de percussion, la salle de formation musicale et le bureau du directeur) émergeront du paysage», observe l’architecte.

N’ayant pas été missionnée pour les aménagements paysagers du projet, K-Architectures a fourni ses recommandations à la maîtrise d’ouvrage. «Nous avons réalisé une esquisse en décrivant le plus précisément possible la façon dont nous imaginons le paysage car, pour nous, cet enjeu fait partie intégrante du parti architectural».

L’aspect entièrement minéral de l’école va de pair, selon Jérôme Sigwalt, avec «des futaies sauvages venant spontanément coloniser le projet». L’agence a d’ailleurs anticipé l’entretien de cet écosystème composé d’essences locales, en recommandant de faucher ces futaies par bandes intermittentes «deux fois par an». Pour l’instant, pas d’herbes folles «ondulant au gré du vent» mais les architectes espèrent voir leurs projections prendre forme d’ici la saison prochaine.

A l’enjeu paysager du projet fait écho la philosophie ‘impactless’ de l’agence. «Nous sommes conformes à la HPE 2005 mais, avant tout, ce qui nous importe est de préserver le patrimoine naturel et de réaliser une architecture économe en matière d’empreinte écologique», souligne Jérôme Sigwalt.

03(@SimonDeprez)_S.jpg Le minimalisme dont se réclame K-Architectures se retrouve également dans l’organisation intérieure du conservatoire. «Nous avons privilégié un plan simple et fluide, sous la forme d’une distribution en peigne», explique Jérôme Sigwalt. L’entrée principale du bâtiment se situe au sud. Depuis le hall d’entrée, un volume vitré calé entre deux jardins, des circulations perpendiculaires desservent les trois départements de l’école, qui abritent les différentes salles de musique.

Chaque salle étant dédiée à différents instruments, chacune a fait l’objet d’un traitement acoustique différent, un travail mené avec Altia acoustique. Les parallélépipèdes - «une catastrophe en la matière» - étant proscrits, les salles de musique sont composées de parois «inclinées qui permettent de pallier le phénomène d’écho flottant».

Par ailleurs, «de fines ouvertures verticales percent la façade et font entrer, dans chaque salle de musique, une lumière tamisée, quasi monacale».

Le plus miraculeux peut-être est que K-Architectures, qui s’apprête par ailleurs à livrer le Centre de conservation et d’études archéologiques de Soissons (02), renoue ici avec l’inspiration fondatrice de l’agence, le K de ces Montpelliérains d’origine : les herbes sauvages, un lieu ouvert à tout et à tous, appropriable ; «un lieu de liberté et d’imaginaire, fort et magnifique». Musique !

Emmanuelle Borne

04(@SimonDeprez).jpg Fiche technique

Ville : Granville

Architecte : K-architectures (Karine Herman et Jérôme Sigwalt architectes associés, Rebecca Pelayo et Sébastien Fiore architectes assistants)

Maître d’ouvrage : Communauté de Communes du Pays Granvillais

Superficie : 1.305m² SHON

Budget : 2,3M€ H.T. (travaux)

Livraison : juin 2010

Prestation : Mission base complète MOP + EXE partiel, paysage et signalétique

* Jean-François Millet (4 octobre 1814 - 20 janvier 1875)

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 d'AAVP

Entre transparence et opacité, ornement et austérité, entre la violence du quotidien et la résistance de certains, l’amour dans tout ça se fraye encore un chemin. Les projets de l’année 2018 ne...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de MDR

L’année 2018 est déjà écoulée et MDR ne l’a pas vue passer tant les projets furent encore prenants : variés et complexes compte tenu d’une conjoncture tendue par la rareté du...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de Silvio d'Ascia Architecture

L’agence Silvio d’Ascia Architecture a livré en 2018 le projet « O’rigin », un immeuble de bureaux qui revendique une simplicité intemporelle à travers une architecture de pierre. L’agence...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de NBJ

En 2018, l’agence poursuit ses engagements multiples. Quelques concours perdus comme le groupe scolaire de Montpellier ou le projet Ville Port de La Grande Motte qui a été l’occasion d’une belle collaboration avec...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Loci anima

       Loci anima a livré cette année la tour de logements ADN à Issy les Moulineaux et ses 69 maisons avec terrasses non superposées qui termine l’ensemble de l’opération du quartier...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de PANARCHITECTURE

Ce sont des projets tant attendus qui sortent enfin de terre : trois maisons individuelles neuves dans le sud de la France et un Hôtel à Paris rue du Faubourg Saint Honoré.  Ce sont quelques journées en gilets jaunes...[Lire la suite]