Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Présentation | A Rouen, Stéphane Bigoni et Antoine Mortemard créent un double écrin (02-02-2011)

Livré en octobre 2010, le Centre de congrès et d’exposition H2O est le résultat d’une réhabilitation intérieure-extension d’un ancien hangar installé sur le port de Rouen. Auditorium et salles d’exposition immaculés, cage d’escalier cinétique, le résultat est plastique pour une opération «délicate» menée par l’agence Bigoni Mortemard.

Réhabilitation | Bâtiments Publics | Culture | Rouen | Bigoni Mortemard Architectes

«L’auditorium est l’élément fondateur du projet». Antoine Mortemard, co-fondateur de l’agence d’architecture Bigoni Mortemard, revient sur les prémices du projet. Destiné aux réunions politiques de la Communauté de l’Agglomération Rouennaise, maîtrise d’ouvrage au moment du concours, en mai 2006, la jauge de cette salle de conférence fut augmentée deux fois pendant les études, au rythme des évolutions administratives.

Notamment, la Communauté de l’Agglomération Rouennaise fusionne, en janvier 2010, avec la Communauté d'Agglomération d'Elbeuf et les Communautés de Communes Seine-Austreberthe et du Trait-Yainvilleo pour devenir la Communauté de Rouen, Elbeuf et Austreberthe (CREA). Résultat : «entre le concours et la livraison, le nombre de places est passé, hors tribunes presse et public, de 170 à 220 places».

Autre changement survenu lors de la prise de fonction de Laurent Fabius, président de la CREA : «les salles d’exposition prévues dans le cahier des charges ont été supprimées au profit d’un mini-musée pour enfants dont les thèmes sont les sciences et le développement durable».

Malgré ces changements, le plan «simple» de Bigoni et Mortemard n’a, de fait, pas subi de modifications drastiques. «Le rez-de-chaussée est composé de deux salles d’exposition, de l’accueil et des bureaux administratifs, le premier étage de l’auditorium et le deuxième étage du foyer», précise l’architecte.

Selon Antoine Mortemard c’est notamment, outre la simplicité du plan, ce dernier espace qui a plaidé en leur faveur lors du concours. «Ce foyer de 300m² n’était pas prévu dans le programme. Pourtant, il nous paraissait important de doter l’auditorium d’un espace complémentaire. Nous avons donc trouvé un principe de coupe permettant de dégager de l’espace sous la charpente à cet effet, sans dépasser l’enveloppe budgétaire».

02(@BigoniMortemard).jpgFoyer, auditorium, salles d’exposition, les espaces sont immaculés, un aspect que les architectes ont dû négocier. «Le blanc ne faisait pas l’unanimité car qui dit salles d’exposition destinées aux enfants dit couleur. Au contraire, nous estimions que, dans la mesure où le programme d’exposition varie, il était important d’avoir un fond apaisant et de laisser à la scénographie le soin de créer les salles».

A espaces immaculés, surfaces vitrées. «Nous travaillons beaucoup la lumière et la vue, laquelle est très marquée mais aussi différente selon les espaces. Les vues du foyer sont composées de grandes baies filantes sous la toiture, les ouvertures des salles d’exposition sont plus séquencées, composées d’une série de portes-fenêtres et la surface vitrée de l’auditorium offre une vue panoramique sur une boucle de la Seine».

Précisément, «l’auditorium est doté d’une double façade composée d’une surface vitrée, d’une galerie technique et de volets électriques blancs, doublés par des stores translucides couleur rouille». Une fois ces stores fermés, le pignon vitré de l’auditorium, structuré par des menuiseries aux tons rouille, donne l’impression d’être recouvert de Corten. Une astuce.

«Quand nous avons remporté le projet, la réhabilitation clos-couvert de l’enveloppe était en cours», précise Antoine Mortemard. Chargés des aménagements intérieurs, les architectes ont également conçu l’extension du bâtiment industriel, «qui s’étend depuis le pignon de l’auditorium jusqu’à l’auvent du volume existant».

03(@BigoniMortemard)_S.JPG«Afin de marquer la continuité avec les briques d’origine, nous voulions une surface en Corten mais le secteur étant protégé, le cahier des charges était très strict. Nous n’avions droit qu’à trois matériaux : métal, brique et verre». Laissant la brique au volume existant, Stéphane Bigoni et Antoine Mortemard ont travaillé avec un laqueur pour conférer leurs tons ocre aux menuiseries ainsi qu’aux ventelles de la partie latérale de l’extension.

Quant aux aménagements intérieurs, «ce fut très compliqué car nous ne pouvions pas toucher aux structures ; il fallait créer une boîte dans la boîte». Pour ce faire, les architectes ont adopté la technique du béton coulé, «seule solution valable en termes d’acoustique».

A la manière de poupées russes, la boîte dans la boîte contient une pépite : l’escalier, qui articule l’ensemble du bâtiment.

04(@BigoniMortemard)_B.jpg«Nous voulions un lien fort entre les différents éléments du programme et avons traité l’escalier telle une installation». Composé d’une double volée de marches entourant un vide central, l’espace est cerné de quatre couches de moucharabieh. Chacune est formée de panneaux en acier laqué blanc. «Les vibrations créées par la quadruple épaisseur nous ont permis d’obtenir un effet cinétique», disent-ils. Soudé sur place, ce garde-corps atypique a nécessité deux mois de chantier.

De manière générale, ne pouvant toucher à l’enveloppe, ce chantier s’est révélé être une oeuvre de haute précision : «Il fallait intervenir avec beaucoup de délicatesse, au centimètre près».

Le résultat est à la hauteur des attentes. Depuis sa livraison, l’auditorium est en location quasi permanente.

Emmanuelle Borne

Fiche technique

Architectes : Stéphane Bigoni, Antoine Mortemard
Equipe : Joachim Bakary, William Baud, Tim Berger, Pierre Georges, Aymeric Goutal, Julien Hosansky, Mathieu Massault, Takami Nakamoto
BET : SIMA ingénierie, Louis Choulet, ORFEA acoustique
Scénographe : Thierry Guignard
Entreprise : Millery
Surface : 1.800m²
Livraison : octobre 2010

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 d'Atelier Aconcept

Depuis 2001, Atelier Aconcept affûte ses méthodes en misant sur la bonne humeur. C’est ce qui permet à son équipe de proposer des projets radicalement tournés vers le quotidien des usagers. Ainsi, la salle Jean...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de ChartierDalix

L'année 2018 de l’agence ChartierDalix c’est 7 chantiers dont la restructuration de la Caserne Lourcine à Paris 13e  en université de Droit Paris I, un bâtiment de bureaux entièrement en structure...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 d'AAVP

Entre transparence et opacité, ornement et austérité, entre la violence du quotidien et la résistance de certains, l’amour dans tout ça se fraye encore un chemin. Les projets de l’année 2018 ne...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Search

L’Agence Search, fondée à Paris en 2005 par Caroline et Thomas Dubuisson, s’illustre dans des registres variés d’équipements publics et privés. L’actualité de l’agence concerne,...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Parc Architectes

Cette année Parc Architectes traverse les frontières et les océans avec le démarrage des études pour le Centre culturel de la Polynésie française à Tahiti et sa sélection au concours...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Loci anima

       Loci anima a livré cette année la tour de logements ADN à Issy les Moulineaux et ses 69 maisons avec terrasses non superposées qui termine l’ensemble de l’opération du quartier...[Lire la suite]