tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Visite | Inversement proportionnelle, l'Eglise des Lilas signée Enia Architectes (16-02-2011)

Mario Botta avait défrayé la chronique en érigeant la dernière cathédrale du millénaire à Evry. Enia Architectes, dans une moindre mesure, réalise l’une des premières églises du XXIe siècle. Si les échelles diffèrent, les problématiques demeurent et interrogent le rapport de l’architecte au sacré. Ainsi, les concepteurs de l’église des Lilas préfèrent penser en termes d’«espace capable».

Bâtiments Publics | Cultes | Seine-Saint-Denis | enia architectes

«Quand on parle d'églises modernes d'aucuns évoquent leur laideur», confie le père Frédéric Benoist. Exercice de style donc, la nouvelle église des Lilas, dont la première messe fut célébrée le 31 janvier 2011, est affaire d'architecture et de symbolique.

Un projet d'autant plus délicat qu'il est intimement lié, en l’occurrence, à la destruction de l'église voisine dont la réhabilitation eut été dispendieuse. Précision utile, la démolition sera effectuée «avec toute la délicatesse nécessaire et en y retirant au préalable tous les signes religieux», indique-t-il.

«Nous avons repris les éléments du programme sans jamais s’appuyer sur la tradition religieuse car, pour rentrer dans la coutume, il faut un fondement théologique majeur», explique Brice Piechaczyk, architecte de l'agence Enia Architectes retenue à l'issue d'un concours en 2005 pour la réalisation d'un nouveau lieu de culte aux Lilas.

«Nous nous sommes demandés ce que devait être une église sans jamais chercher à savoir à quoi devait ressembler une église. Nous ne fabriquons pas des lieux sacrés, nous créons un espace où le sacré peut prendre place», explique-t-il.

Ainsi, sans autre conviction que celle d’homme de l’art et même s’il se réclame de culture chrétienne non pratiquante, Brice Piechaczyk conçoit, avec ses associés Mathieu Chazelle, Simon Pallubicki et l’agence italienne Mauro Galantino, «un espace capable».

La masse de pierres blanches, du valverde autoporteur, se détache du fatras urbain de la rue Jean Moulin. L'absence d'ornement donne naissance à une façade silencieuse. «Pause urbaine», recueillement architectural, l'église adopte un volume simple, «aboutissement de tous les paramètres», explique l'architecte. Ici, l'église ne se donne pas, elle s'approche.

02(@HerveAbbadie)_B.jpg L'entrée franchie, un long couloir offre un «espace transitoire entre l'intensité de la rue et le calme de l'espace liturgique».

Plus qu'un parcours vers la sérénité, la séquence répond à l'inversion du programme. «Nous avons souhaité réorienter l'église vers l'est, la façade d'abside est donc sur la rue. Nous avons reproduit la configuration existante dans le programme mais en réalisant un miroir de la distribution proposée». Un choix ayant, semble-t-il, séduit le jury du concours.

Autre particularité, «le baptistère gère les flux».

«Il fallait se sentir gêné», indique Brice Piechaczyk. «Il a été placé ici à cause de l'architecture et de l'itinéraire que l'on est obligé de faire. Par ailleurs, le retournement pour la célébration exprime l'idée de conversion et de changement. Le baptistère est au coeur du peuple de Dieu», souligne le père Frédéric Benoist.

03(@HerveAbbadie)_B.jpgAutour, les bancs. Pour les offices courants, l'assemblée se réunit près du choeur. A l'étage, desservi par deux escaliers, une tribune englobe l'espace et permet à l'église d'accueillir plus de fidèles et d'adapter sa capacité selon les événements.

La nef s'inscrit dans un grand rectangle dont l'inclinaison du plafond participe à la dynamique de l'espace. «Nous touchons l'essence de notre métier», souligne Brice Piechaczyk. Pour la confection d'un espace sacré, l'architecte s'en remet à la lumière. «Elle arrive de partout sans jamais montrer d'où elle provient». La simplicité n’est qu’apparente.

04(@HerveAbbadie)_B.jpg Cette lumière haute et indirecte éclaire le choeur et «accentue l'effet d'élévation». Née d'un décalage, une faille côté sud génère un éclairage zénithal. Enfin, les vitraux sont autant de taches colorées qui animent le lieu. Leur disposition n'est pas sans évoquer Ronchamp. «C'est une histoire d'amour avec Corbu, je ne m'en cache pas», confirme Brice Piechaczyk, élève de Ciriani.

Le modernisme, une religion ?

A noter que l’église des Lilas est l’un des rares édifices cultuels construits dans le cadre d’un marché public. Elle n’en constitue pas moins la première phase d’un chantier plus important : un campanile et un centre paroissial viendront s’y adjoindre. Inauguration prévue en décembre 2012.

Jean-Philippe Hugron

Fiche technique

Maître d’Ouvrage : Ville des Lilas / diocèse de Saint-Denis
Maître d’oeuvre : Architecte mandataire : ENIA Architectes (Chazelle, Pallubicki, Piechaczyk) - Architecte associé : Mauro Galantino. Chef de Projet : Olivier Rousseau
Lieu : Les Lilas, France
Superficie : 2.000m² SHON
Programme : construction de l’église Notre-Dame du Rosaire des Lilas et du centre paroissial attenant avec démarche HQE
Montant des travaux : 4.5M€ HT (3MHT église, 1.5MHT centre paroissial)
Mission : concours, projet lauréat
Livraison : 2010
BET - IOSIS bâtiments
BE HQE - Elioth
Acoustique : Acoustique et Conseil
Eclairagiste : Ingélux
Artistes :
Vitraux : Didier et Alice Sancey, Ateliers Loire
Mobilier Liturgique : ENIA architectes et Claude Cheret
Sculpture du Choeur : Claude Abeille
Statue de la vierge : Dominique Kaeppelin
Chemin de croix : Laurence Bernot
Croix du Choeur : Jean Jacques Bris

Réagir à l'article


tos2016
elzinc novembre

Portrait |Bartolo Villemard, les pilotes de la métamorphose

L’image, l’objet, la forme, le contexte… autant de tartes à la crème ! Eric Bartolo et Jérôme Villemard en sont pleinement conscients. Toutefois, le duo se refuse de participer au jeu des mots...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Pour ne plus avoir d'a priori, schneider+schumacher

L'architecture allemande est particulièrement méconnue depuis «l'autre côté du Rhin». Elle se résume bien souvent à l'austère image d'une rigueur ascétique, à un art...[Lire la suite]


elzinc novembre

Portrait |La maquette sans Chichi ? Impensable!

Chichi. Antonio Chichi. Prononcez Kiki. Italien. Plus exactement Romain. Né dans le quartier de San Lorenzo, de parents pauvres. Rien ne le prédestinait à la célébrité si ce n'est son talent. Son oeuvre est...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Pierre-Alain Dupraz, architecte-topographe

«Pour mes pairs, je serais romand de tendance française», sourit Pierre-Alain Dupraz. De l'autre côté de la frontière, en France, il est, tout simplement, un architecte «suisse». De fait, il...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Les mégalo-structures de Jon Jerde, un hommage

Il n'est pas dans l'habitude du Courrier de l'Architecte de tenir un carnet et de publier les nécrologies convenues en ces tristes occasions. L'exception fait toutefois la règle. Jon Jerde est décédé le 9...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Poy Gum Lee, des gratte-pagodes de New York à Shanghai

Tuiles vernissées sur gratte-ciel Art déco… un bien étrange syncrétisme visible, entre autres, à Shanghai. Mais quelle ville n’a pas eu la tentation d’adopter la modernité et de la...[Lire la suite]