Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Actualité | A l'école de l'archi ? Merci les copines ! (16-02-2011)

Mathématiques, histoire-géographie, biologie, éducation civique, arts plastiques... etc. Quid de l’architecture ? Certes, elle est un petit alinéa de l’arrêté du 11 juillet 2008*. Mais concrètement, que pourrait être cet enseignement. Avec quels moyens ? L’agence Bellecour a reçu la visite inopinée de deux jeunes stagiaires. Démonstration.

75010 | Studio Bellecour

«Deux copines m’appellent, leurs enfants doivent faire un stage en entreprise d’une semaine. Je dis oui à la première et... oui à la seconde», raconte Laurence Caillau, chargée du développement de Studio Bellecour. Ce n’est pas comme si l’agence de la porte St Denis à Paris, qui vient d’ailleurs de remporter un concours à Bordeaux et de livrer des logements à Angers, n’avait que ça à faire.

Merci les copines !

De fait, un lundi matin, deux ados, Arthur et Lucas, rappelaient Laurence à ses promesses. Ah oui, la découverte en entreprise... L’amitié.

Soudain, que faire ? «Je vais leur faire faire quelque chose en rapport avec l’archi», se dit Laurence.

Installés dans une salle ouvrant sur l’agence au travail, les deux gamins se voient présentés des livres - «des livres d’images» - et des textes, dont un entretien avec Christian de Portzamparc sur l’ilot ouvert - rien que ça - et un book de l’agence. Arthur et Lucas ont pour tâche d’exprimer leur 'ressenti'. «Ils se plongeaient dans un univers qu’ils ne connaissaient pas», se souvient Laurence. Elle-même pestant in petto qu’enseigner n’était pas sa vocation.

Suffisamment tôt, pressentant l’ennui, elle revint vers ses hôtes avec un nouveau projet. «Dessinez-moi la maison de vos rêves», dit-elle.

Elle-même entreprit de leur expliquer ce qu’était un plan, une «vue de dessus». Arthur et Lucas ont dessiné la maison de leurs rêves. Ni fenêtre, ni toilettes, le salon mesure 150m², les chambres sont minuscules. Pour le coup, Laurence, qui n’est pas architecte, a pu leur expliquer les proportions, les dimensions, l’importance des toilettes.

Puis, elle leur a donné un plan d’appartement de l’agence pour exemple et une règle graduée. «1cm = 1 mètre !», dit-elle. Les enfants ont fait un nouveau plan de la maison de leur rêve.

02(@DR)_S.jpgLes jours suivant, merci les copines.

Le dessin en trois dimensions. Arthur et Lucas furent invités à reproduire un plan puis un volume... sans calque. Puis, avant de s’attaquer à la maison de leurs rêves, il leur fallut écouter le retour critique qui s’imposait. «Il faut penser à tout, y compris l’orientation» leur disait Laurence, qui se marrait in petto.

Au fur et à mesure des échanges, dont ceux avec les architectes de l’agence pendant les pauses déjeuners, les deux jeunes stagiaires, comprenant les tenants et aboutissants, se remettaient à l’ouvrage.

03(@DR)_B.jpg «A la fin, ils étaient heureux et fiers de ce qu’ils avaient intellectualisé. Ils ont fait un pas énorme en comprenant que le métier d’architecte est un métier de réflexion. Ils ont pu dès lors changer leur rapport à l’habitat», souligne Laurence Caillau.

Au fil des jours et des exercices, tant les plans que les rendus se sont améliorés. Il en est même déconcertant de voir ce que ces deux ados ont réalisé en une semaine. Tel venait soudain voir Laurence pour lui demander comment on dessinait une cuvette de toilette en plan. Elle le renvoyait au modèle. L’ouverture des portes, des fenêtres, la terrasse... Cerise structurelle, à la fin des cinq jours, l’un deux avait même réalisé la maquette de sa propre maison.

«Durant cette semaine, le moment que j’ai vraiment apprécié c’est quand j’ai dessiné le plan de ma toute dernière maison», a déclaré Lucas qui a eu 19/20 pour son rapport de stage. Une vocation peut-être ?

04(@DR)_S.JPGSurtout, peut-être n’est-il pas si difficile de faire naître des vocations, au moins une curiosité. Si deux gamins peuvent en une semaine produire un vrai plan pour une vraie maison de leurs rêves - 1cm=1m - démonstration est faite que tous les enfants, ou peu s’en faut, peuvent être éveillés à l’architecture. En agence ou à l’école, qu’importe. Arthur et Lucas, repartis avec leurs plans et leurs dessins, sauront parler d’architecture à leurs petits copains et petites copines. Ils se souviendront.

Laurence aussi s’en souviendra. Merci les copines !

Jean-Philippe Hugron

* L’enseignement de l’histoire des arts - parmi eux, les arts de l’espace où figurent, entre autres, architecture et urbanisme - à l’école primaire, au collège et au lycée est rendu obligatoire par l’arrêté du 11 juillet 2008. C’est à ce titre que l’Ordre des architectes d’Ile-de-France et les CAUE de la région, par exemple, ont lancé une action : 'Les architectes dans les classes'. D’autres initiatives sont à remarquer comme par exemple l’édition par l’ENSA Grenoble d’un cahier de recommandations à l’attention des architectes intitulé Transmettre l’architecture en milieu scolaire, disponible sur simple demande.

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 de Margot-Duclot

Le mois de décembre 2018 prolonge une année très occupée par des chantiers et des concours avec le suivi de 5 opérations simultanées : la dernière ligne droite pour la Caserne de Reuilly à Paris...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Fresh Architectures

2018 a été une très belle année pour FRESH Architectures. A ce titre, ALLURE s’est affirmé comme le projet phare, mené de concert par nos équipes et par celles de notre partenaire : ITAR...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de Brenac & Gonzalez & Associés

L'atelier d'architecture Brenac & Gonzalez & Associés a livré, au cours de l’année écoulée, une série de bâtiments aux programmes variés. Notamment, plusieurs immeubles de bureaux...[Lire la suite]