Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Présentation | Les réserves monolithiques de Vezzoni et Associés (27-04-2011)

«Je ne connais pas la forme d’une oeuvre mais je connais l’esprit d’une oeuvre [...] la forme arrive à la fin, non au début». Vezzoni et Associés se réfèrent volontiers au propos d’Eduardo Chilida dès lors qu’il s’agit de présenter les futures réserves du MUCEM à Marseille. D’un travail sur l’épaisseur est né un monolithe sculpté dans la matière.

Divers | Béton | Marseille | Vezzoni & Associés

Principes fondateurs

En écho aux masses industrielles voisines, le projet des réserves du MUCEM s’installe de manière radicale et compacte dans le site. Son volume simple et aisément identifiable répond à une volonté de repère mais aussi d’écho au musée des civilisations.

A partir d’une surface identique au sol (72x72m), il traite de la question de l’épaisseur. L’épaisseur de l’histoire des hommes, le rapport à la terre raconté par les objets entreposés, le rapport au temps. A l’inverse du musée qui représente le côté visible de l’institution, le bâtiment des réserves développe ce qui ne se voit pas. Ces réserves sont l’envers du décor, le secret conservé.

Ce grand monolithe de béton de pierre froide (ultime courtoisie aux ouvrages de pierre de Cassis du site), tel un morceau de roche, est sculpté dans son épaisseur pour permettre à la lumière naturelle d’y pénétrer. La carapace de béton rugueux et irrégulier (béton coulé en place puis éclaté à la boucharde) est alors entaillée, excavée, pour laisser entrevoir dans l’épaisseur du bâtiment la luminosité d’un béton de marbre lisse et réfléchissant. Un univers intérieur se développe autour de ces creux permettant aux différents bureaux de baigner dans une atmosphère paisible tournée vers le parc à l’abri des bruits de la ville.

02(@Vezzoni&Associes).jpgParti urbain : un bâtiment unique

Cette option permet de répondre à des questions essentielles comme obtenir un gabarit maximum en écho aux masses industrielles voisines et au socle de la caserne d’artillerie ou encore offrir une image simple et aisément identifiable lors des visions fugaces qu’en auront les passagers des trains.

Il s’agit également de conserver le maximum de végétation existante et laisser deviner le jardin intérieur depuis la rue et de faire référence à l’histoire des murs en pierre de Cassis du site par l’utilisation de béton de poudre de pierre froide.

En offrant la vision d’une cinquième façade depuis la caserne du Muy et la voie SNCF, la toiture est habillée de grandes dalles de béton de pierre de Cassis et conforte l’image du monolithe.

Parti architectural : un monolithe sculpté par la lumière

03(@Vezzoni&Associes)_B.jpgL’édifice aux dimensions identiques à celles du MUCEM (72x72m) se présente compact et rugueux, sculpté dans son épaisseur. Le volume initial tel un bloc de pierre froide va être excavé et entaillé. De la matière en est arrachée pour laisser pénétrer la lumière naturelle et éclairer, en son coeur, bureaux et zones publiques.

Côté jardin, au sud, la masse compacte du bâtiment est entaillée pour dévoiler l’univers intérieur des bureaux. Une fois découpée, cette masse rugueuse devient lisse et brillante pour permettre à la lumière de jouer avec les ombres des frondaisons et offrir une ambiance paisible aux chercheurs.

Les panneaux de vitrage au nu de la paroi polie amplifient l’effet de peau intérieure continue. Ils sont constitués d’une double paroi de verre ventilée avec store intégré qui permet une isolation thermique efficace.

04(@Vezzoni&Associes)_B.jpgExigences programmatiques en matière d'oganisation fonctionnelle

Les réserves Gros Objets se situent au sous-sol, de plain-pied avec la zone de transit. Une bande de 6 mètres de large au centre du volume, comprenant les circulations horizontale et verticale et les locaux techniques, les dessert de part et d’autre.

Aux niveaux supérieurs, un volume unique de réserves occupant la moitié Nord du carré, permettra une réelle modularité et évolution des espaces nécessaires. Ce volume inclut les 1.000m² de Nouvelles Collections à 6 mètres de hauteur sous plafond et 1.500m² de Réserves Spécifiques.

Les différents ateliers composant la zone de travail sur les collections sont inclus dans le volume des réserves et bénéficient ainsi du même traitement climatique. Ils sont en relation directe avec le pôle des réserves par la circulation centrale et ouverte sur le jardin. Une double paroi vitrée ventilée permet de gérer la stabilité de la température intérieure de ces locaux.

Les zones d’accueil du public et les bureaux sont traités dans la 'tête' du bâtiment, proche de l’entrée principale, dans un volume clairement identifiable, en connexion avec la circulation principale des réserves. Une liaison interne assure les connexions verticales entre les bureaux et les locaux du rez-de-chaussée. Ces espaces s’ouvrent sur le jardin intérieur et le parvis, dont les platanes sont conservés.

Vezzoni & Associés

05(@Vezzoni&Associes)_B.jpgFiche technique

Localisation : Marseille (13)
Date : 2004
Maîtrise d’ouvrage : Ministère de la culture et de la communication, EMOC
Maîtrise d’oeuvre associée : AURA / A. Jollivet architecte, Mazet et associés économie, Ingerop ingénierie
Coût prévisionnel : 13,2M Euros HT
Surface utile totale : 13.033m²

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 de Randja

La jolie expérience que nous vivons actuellement sur notre chantier de la maison du technopôle à Saint-Lô illumine notre année 2018. La phase de construction nous procure du plaisir et une satisfaction savoureuse....[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Brenac & Gonzalez & Associés

L'atelier d'architecture Brenac & Gonzalez & Associés a livré, au cours de l’année écoulée, une série de bâtiments aux programmes variés. Notamment, plusieurs immeubles de bureaux...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 d'AIA Life Designers

En 2018, AIA Life Designers a livré la réhabilitation du Grand Hôtel-Dieu, lieu historique emblématique de la ville de Lyon qui accueille désormais un programme mixte très riche. L’agence a...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Parc Architectes

Cette année Parc Architectes traverse les frontières et les océans avec le démarrage des études pour le Centre culturel de la Polynésie française à Tahiti et sa sélection au concours...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'OLGGA

En 2018, OLGGA est lauréat de 3 nouveaux projets : le stade Gagarine sur les hauteurs du Havre (76), un gymnase à Wallers Arenberg (59) et le nouveau stade de Chambéry (73) d’une capacité de 5000 places.  ...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'OLGGA

En 2018, OLGGA est lauréat de 3 nouveaux projets : le stade Gagarine sur les hauteurs du Havre (76), un gymnase à Wallers Arenberg (59) et le nouveau stade de Chambéry (73) d’une capacité de 5000 places.  ...[Lire la suite]