tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil International

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Irlande | Drame aux docks de Dublin : un nouveau théâtre prend forme (04-05-2011)

Paru le 11 novembre 2009 dans 'The Irish Times', journal irlandais de référence, de tendance libérale et sociale démocrate, un article signé Franck McDonald présente les enjeux du Grand Canal Theatre à Dublin, signé Daniel Libeskind et pièce maîtresse du Grand Canal Square, opération de reconversion d’une partie des docks de Dublin.

Bâtiments Publics | Culture | Acier | Verre | Europe | Daniel Libeskind

Contexte
Ayant ouvert ses portes le 18 mars 2010, le Grand Canal Theatre comprend un théâtre de 2.100 places pour 13.700m² ainsi que deux zones réservées à des bureaux et commerces, dont 21.000m² composant le 'South office block' et 33.000m² le 'North office block'.
Le volume du théâtre est composé de panneaux de revêtement acier sur béton renforcé et structure acier ponctuées de bandes de vitrage haute performance. Quant aux bâtiments 'commerciaux', ils sont parés d’une double peau en verre dotée de volets vénitiens.
EB

DRAME DANS LES DOCKS : UN NOUVEAU THEATRE PREND FORME
Franck McDonald | The Irish Times

Dublin - Les Dublinois, comme tout le monde en Irlande, seront surpris quand le Théâtre du Grand Canal, sur les Docks du Grand Canal, à Dublin, ouvrira enfin ses portes le jour de la Saint Patrick en mars prochain (2010 ndlr) avec une représentation du lac des cygnes par le Ballet national russe. Au premier coup d’oeil, ils découvriront un auditorium qui fait deux fois la taille du théâtre Gaiety et presque trois fois la taille du nouvel Opéra de Wexford.

Avec 2.000 places - et environ 90 de plus quand la trappe de l’orchestre est recouverte -, la dernière réalisation dublinoise est réellement impressionnante. Et parce que le bâtiment fut conçu par la 'starchitecte' internationale Daniel Libeskind, il prend inévitablement la forme d’une délirante structure angulaire nourrie à la touche personnelle, déconstructiviste, de l’architecte.

Les profils en dents de scie du Musée Juif à Berlin se retrouvent partout, de la façade pliée en verre et acier se déployant sous une canopée à l’avant du bâtiment jusqu’à la forme des bars et balcons.

Il n’y a rien de commun non plus dans la structure surplombant la scène ; elle est comprise, avec toutes les installations mécaniques, au sein du vaste toit en pente qui descend vers Grand Canal Square. Réaménagé par la paysagiste new-yorkaise Martha Schwartz, ce square (Grand Canal Square, au sens anglais du terme Ndlt) étend sa superbe jusqu’au bassin adjacent sur les docks.

02(@DubhEire)_S.jpgCes profils sont flanqués d’un immeuble de bureaux offrant la plus belle façade de Dublin (signée Duffy Mitchell O’Donoghue) et d’un hôtel en cours de construction dont le promoteur est Terry Devey et dont les motifs en damiers sont une grossière version du concept original développé par l’architecte portugais Manuel Aires Mateus, qui prévoyait un bâtiment semblant taillé dans un unique bloc de pierre.

Construit, le Grand Canal Theatre est d’ailleurs différent du concept diffusé en fanfare en 2004 par la Dublin Docklands Development Authority (DDDA). Il évoquait alors un vaisseau spatial doté d’une large rampe attirant les visiteurs vers un premier niveau.

Selon Dominic Deeny, directeur opérationnel de Chartered Land, client du projet, le bâtiment fut rabaissé au niveau du sous-sol pour faciliter l’entretien, au niveau du rez-de-chaussée, de l’espace de la scène. Résultat : la hauteur du bâtiment est de quelques mètres moins importante que prévue à l’origine.

Mais Libeskind insista pour que le bâtiment dépasse toutes les autres constructions alentour, afin de devenir un repère local. Effectivement, son toit diagonal revêtu de pierre - sa '5e façade - est visible depuis les parties basses de Townsend Street, surgissant au-dessus de Misery Hill et d’autres points de perspective.

Néanmoins, l’architecte n’a pas toujours eu gain de cause. De simples aspects pratiques ont forcé l’abandon des composants les plus radicaux du dessin du théâtre. Les architectes de l’agence RHWL, spécialisée en la matière, firent partie de l’équipe de conception ainsi qu’Arup Acoustics afin d’assurer la performance de l’auditorium.

03(@JoergHaeske)_S.jpgMais le hall d’entrée pleine hauteur semble encombré par de trop nombreuses colonnes en angles (bien sûr), lesquelles se retrouvent également de chaque côté de l’auditorium, revêtues dans le style Libeskind. L’essentiel du travail fut conduit par l’agence d’exécution McAuley Daye O’Connell mais Deeny (Chartered Land) dit que l’essentiel du projet est signé de 'l’architecte concept'.

Libeskind fut commissionné pour concevoir le théâtre par le promoteur d’origine Terry Devey. La légende veut que le starchitecte polonais ait dessiné le projet en avion puis l’aurait faxé à son bureau de Zurich où il fut l’objet d’un traitement 3D pour le lancement du projet en 2004.

Deux ans plus tard, alors que le projet n’avançait pas, Joe O’Reilly de Chartered Land pris le relais de Devey. C’était à l’automne 2006 et la raison de ce changement d’investisseur, restée confidentielle, est sans doute liée à l’augmentation des prix du marché.

Les nouveaux promoteurs rassurèrent sans tarder la DDDA que son projet le plus 'iconique' se concrétiserait en embauchant l’entreprise générale Sisk pour commencer les travaux en janvier 2007 ; les travaux furent lancés six mois plus tard. A ce moment, les promoteurs avaient convenu de vendre leur part des 250 ans de bail de la DDDA à Harry Crosbie. Deeny (Chartered Land) soutient qu’ils procédèrent ainsi parce que «nous ne sommes pas du milieu» alors que Harry Crosbie l’est.

04(@RedAgenda.com)_B.jpgC’est en effet la société d’organisation événementiel Live Nation qui gérera le théâtre, notamment en tant qu’organisateur de représentations internationales. «Durant une récession, les gens veulent se divertir», confie Crosbie.

Le réel intérêt de Chartered Land résidait en fait dans les espaces de bureaux implantés le long de Cardiff Lane. Le projet de Terry Devey pour 400 suites de bureaux au sein du Marché Georgian Dublin fut abandonné en faveur de plateaux de bureaux sertis de triple vitrage ; Libeskind soutient d’ailleurs que l’effet produit fut inspiré par le Livre de Kells*.

La partie sud du Théâtre, 13.935 mètres carrés, fut pré-louée au cabinet de notaires BCM Hanby Wallace. Son atrium est habillé des phrases tirés du livre Finnegan Wake de James Joyce** ; toutes les lettres sont inversées, dont des lettres manquantes qui apparaissent sur le sol et qui peuvent uniquement être lues (et encore, avec difficulté) dans les vitres angulaires.

Avec les cabinets McCann FitzGerald et Beauchamps d’ores et déjà domiciliés dans des bureaux à proximité du théâtre, ce réseau d’avocats va gagner en masse critique quand le cabinet William Fry emménagera dans la partie nord du bâtiment. L’enveloppe contenant les 11.334 mètres carrés sera bientôt livrée.

Même si la deuxième partie du 'bloc' nord n’a pas encore été louée, Deeny estime que Grand Canal Square sera rentable, pour Chartered Land, dès le départ, même si le théâtre coûte à lui seul 80 millions d’euros et que le loyer versé par Harry Crosbie couvrirait à peine l’investissement.

05(@RedAgenda.com)_B.jpgMais la société est satisfaite : les espaces de bureau ont obtenu une 'excellente' note BREEAM*** malgré le fait qu’ils soient tous dotés d’air conditionné grâce à un système de poutrelles de refroidissement.

La vaste opération commerciale envisagée par Terry Devey est réduite à des boutiques disséminées au niveau de la rue. Starbucks devait se montrer acquéreur de l’une d’elle mais ce contrat échoua. Elles seront plus faciles à louer une fois que l’espace de bureau sera occupé par davantage d’avocats avides de sandwiches et de café.

Pas plus que d’autres, Chartered Land n’envisage les docks comme une destination commerciale. A l’exception, peut-être, du 'festival commercial'. L’échec du CHQ (bâtiment commercial) à attirer les clients est une leçon. «On joue plus au foot sur la lune», souligne un observateur.

Franck McDonald | The Irish Times Dublin
11-11-2009
Adapté par : Emmanuelle Borne

* Considéré comme un chef-d'oeuvre du christianisme irlandais, le livre de Kells est un manuscrit illustré de motifs ornementaux et réalisé par des moines de culture celtique vers l'an 820
** Réputé comme étant un texte difficile, voire illisible et intraduisible, Finnegans Wake est néanmoins considéré comme un monument de la littérature du XXe siècle
*** British Building Research Establishment’s Environmental Assessment Method ; 'BRE Environmental Assessment Method' ou la méthode d'évaluation de la performance environnementale des bâtiments développée par le BRE.

06(@JoergHaeske)_B.jpg

Fiche technique

Grand Canal Square Theatre and Commercial Development
Commission : 2004
Completion : 2010
Client : Ramford Limited, Chartered Land

Building Address : Grand Canal Square, Dublin 2, Ireland

Building Area (Mixed Use)
South Office Block : 21,092sq.m (226,992sq.ft)
Theatre : 13,768sq.m (148,171sq.ft), 2,100 Seating
North Office Block : 33,320sq.m (358,590sq.ft)

Credits
Joint Venture Partner : Architekt Daniel Libeskind AG
Executive Architects (Commercial) : MCauley Daye O'Connell Architects
Project Management : Lafferty Project Management
Quantity Surveyor : Davis Langdon PKS
Contractor : John Sisk & Son Ltd., Dublin
Structural Engineer : ARUP Consulting Engineers, Dublin
Mechanical and Electrical Engineer : ARUP Consulting Engineers, Dublin
Acoustic Consultant : Arup Acoustics
Venue Consultants : ARUP Venue Consulting
Theatre Constultant : Arts Team (part of RHWL Architects)
Architectural Lighting Designer : Pritchard Themis
Fire Protection Consultant : Michael Slattery Associates
Facade Consultants : Billings Design Associates
Cladding Consultants : Offices and Theater BOH
Facade : Permasteelisa Group
Steel/Glass : Permasteelisa Central Europe
Health and Safety : Bruce Shaw Partnership
Facade Sub-Contractor : Permasteelisa Central Europe (Theatre), Permasteelisa S.p.A (Commercial Buildings)
Landscape : Martha Schwartz Partners

Réagir à l'article


tos2016
elzinc

Livre |L'architecture 'invisible' de Bernard Zehrfuss

Bernard Zehrfuss, Fitzcarraldo de Fourvière ? En s’appropriant les pentes de la colline sur laquelle, autrefois, se développaient les gradins de l’amphithéâtre de Lugdunum et en y logeant le musée...[Lire la suite]

elzinc novembre

Visite |Keramis et les cinq mousquetaires

Un bâtiment en peau de girafe. La proposition est étonnante d’autant plus qu’elle revêt le musée de la céramique de La Louvière. Sans doute faut-il y voir une allusion aux craquelures du...[Lire la suite]


elzinc

Livre |L'architecture 'invisible' de Bernard Zehrfuss

Bernard Zehrfuss, Fitzcarraldo de Fourvière ? En s’appropriant les pentes de la colline sur laquelle, autrefois, se développaient les gradins de l’amphithéâtre de Lugdunum et en y logeant le musée...[Lire la suite]

elzinc

Album-photos |Villefranche-sur-Mer : CAB à bonne école

«Ce projet est un hold-up sur le paysage», affirme Bita Azimi, associée de l’agence niçoise CAB. A quelques pas de la Citadelle Saint-Elme de Villefranche-sur-Mer (06), la nouvelle école maternelle livrée...[Lire la suite]

elzinc novembre

Album-photos |Pris en flag' à Miami !

Leurs bureaux sont à Paris et l'une de leurs dernières réalisations, à Miami. BarbaritoBancel Architectes a en effet récemment livré le «flagship» Dior de la métropole floridienne qui...[Lire la suite]

elzinc

Présentation |«Faire de l'architecture devient la part intime du projet», assure Joe Vérons

La technique n'est plus le sujet. En revanche, l'administration et la lutte face à la bureaucratie devient un enjeu majeur. Coûts et délais en découlent. Dans ce contexte, faire de l'architecture semble annexe voire...[Lire la suite]