Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil International

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Algérie | A quoi sert alors la police de l'urbanisme ? (29-06-2011)

Le 19 juin 2011, Zahir Mehdaoui, journaliste, présente dans les colonnes du Quotidien d’Oran (qui est une édition nationale) les enjeux des premières assises nationales de l'urbanisme en Algérie. «L’anarchie urbanistique» est sans conteste l’un d’eux. Mais, pour y remédier, pas de solutions miracles. Beaucoup de questions urgentes, peu de réponses évidentes.

Urbanisme et aménagement du territoire | Oran

Contexte
Les premières assises nationales de l'urbanisme en Algérie se sont tenues les 19 et 20 juin derniers au Palais des nations, dans la banlieue ouest d'Alger. A charge pour les plus de 1.200 délégués, parmi lesquels de nombreux ministres, d’élaborer une charte pour l'amélioration de l'urbanisme en Algérie.
Dans son allocution d’ouverture, ainsi que le rapporte APS (Algérie Presse Service), le ministre de l'Habitat et de l'Urbanisme Noureddine Moussa a souligné que ces assises, «organisées suite aux directives du président de la République, ont pour objectif de faire une évaluation de la situation de l’urbanisme en Algérie et de proposer les solutions urgentes aux insuffisances constatées».
Les participants étaient également appelés à s’interroger sur les mesures et actions d’amélioration et d’adaptation de la planification et de l’aménagement de l’espace et sur la voie à suivre pour rendre efficace l’action publique de l’amélioration urbaine et comment gérer les nouvelles réalités urbaines.
Vaste chantier.
CL

NOURDINE MOUSSA : «LE CONTROLE EST NOTRE POINT FAIBLE»
Zahir Mehdaoui | Le Quotidien d’Oran

ALGER - Le ministre de l'Habitat et de l'Urbanisme, Nourdine Moussa, a fait savoir hier que «le contrôle de l'urbanisme est notre point faible».

Intervenant à l'ouverture des travaux des premières assises nationales de l'urbanisme, le ministre, contrairement à ses habitudes, a été critiqué, en soutenant que «nous avons construit une multitude de cités mais nous n'avons pas fait de villes».

Nourdine Moussa incombe toutefois ce qu'il a qualifié «d'anarchie urbanistique» au contexte historique. Il précise, lors d'une conférence de presse animée en marge de ces assises organisées au Club des Pins à Alger, que les années 1990 ont vu la prolifération de cette anarchie et que, désormais, la responsabilité est partagée entre l'Etat et la société. L'Etat à lui seul ne peut pas faire face au problème, estime encore le ministre, qui appelle la société à «s'approprier l'urbanisme».

A quoi sert alors la police de l'urbanisme ? Le ministre, qui souligne qu'il existe actuellement 1.200 agents habilités qui veillent sur le terrain, affirme que l'Etat ne peut pas mettre un policier et un gendarme derrière chaque citoyen.

Nourdine Moussa rassure toutefois qu'avec la création de l'inspection générale de l'urbanisme ainsi que des inspections régionales, il y aura beaucoup d'améliorations en matière de lutte contre l'anarchie urbanistique.

En tous les cas, le département de Nourdine Moussa mise beaucoup sur ces premières assises de l'urbanisme pour apporter des réponses à de nombreuses questions, à commencer par s'interroger sur ce que nous voulons en matière d'architecture urbanistique.

«Dans les agglomérations urbaines de notre pays, près du tiers du parc immobilier connaît un état de dégradation avancée en raison du vieillissement des matériaux de construction, du manque d'entretien, des surcharges et des transformations anarchiques réalisées par les occupants», a déclaré hier Ahmed Nasri, directeur général de l'Agence nationale de l'urbanisme (ANURB). Ce dernier ajoute, lors d'une communication sur le thème 'La rénovation urbaine : une problématique, une alternative' que, compte tenu du caractère éminemment sensible de cette question, l'intervention pour restructurer ou rénover un quartier revêt un caractère d'intérêt général. De ce fait, explique-t-il encore, la question «relève de la responsabilité des collectivités locales, des propriétaires et de l'Etat».

02(@Amekinfo).jpg Lors de sa présentation de la 'note méthodologique' et de la synthèse des rencontres régionales de l'urbanisme organisées à Ouargla, Tlemcen et Constantine, Mme Meddahi a affirmé pour sa part que la mission de l'urbaniste ne se réduit pas au seul aspect réglementaire. Son objectif, dira-t-elle, est plus large et porte systématiquement sur «l'organisation du cadre bâti et des activités socio-économiques, la planification d'infrastructures de viabilité et des réseaux de communication, l'utilisation rationnelle du foncier urbanisable, le choix, la répartition et la localisation des équipements, l'aménagement des espaces publics, la protection des sites naturels et culturels marqués et enfin la prévention des aléas naturels et technologiques».

Elle souligne que les changements rapides intervenus ces dernières années sur le plan économique et social sont à l'origine de nouvelles dynamiques urbaines et rurales, impliquant l'émergence de nouveaux besoins qui se traduisent généralement par une pression de plus en plus croissante dans l'usage du sol, déjouant ainsi les projections et les échéances des instruments d'urbanisme.

L'évaluation des instruments d'urbanisme, ajoute-t-elle, est effectivement à l'ordre du jour. «Elle s'inscrit dans de multiples débats, idées et analyses visant à comprendre et à déceler l'incohérence de leur fonctionnement, à aborder la question de la qualité urbaine et de ses conditions de production et de ses processus de régulation», soutient Mme Meddahi, pour qui les évolutions socio-économiques dans notre pays ont permis de constater que l'organisation s'est avérée beaucoup plus complexe, d'autant plus que, dans plusieurs cas, les instruments d'urbanisme n'ont pas, dit-elle, anticipé ces évolutions.

Placées sous le haut patronage du chef de l'Etat, ces premières assises se fixent comme objectif de définir une nouvelle politique, une stratégie claire et une vision à même de sortir le bâti et l'urbanisme de l'anarchie et des sentiers battus.

Les participants à ces assises nationales disposent de deux jours pour faire des propositions à travers l'organisation de 4 ateliers qui seront consacrés à «la cohérence urbaine comme outil de la qualité du cadre bâti», «la régénération urbaine comme outil de revitalisation des fonctions urbaines», «l'aménagement rural intégré» et «l'adaptation de la réglementation».

Zahir Mehdaoui | Le Quotidien d'Oran
19-06-2011
Recherche par : La rédaction

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 de PANARCHITECTURE

Ce sont des projets tant attendus qui sortent enfin de terre : trois maisons individuelles neuves dans le sud de la France et un Hôtel à Paris rue du Faubourg Saint Honoré.  Ce sont quelques journées en gilets jaunes...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Margot-Duclot

Le mois de décembre 2018 prolonge une année très occupée par des chantiers et des concours avec le suivi de 5 opérations simultanées : la dernière ligne droite pour la Caserne de Reuilly à Paris...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de Métra+Associés

La livraison du collège et de la crèche rue des Pyrénées et des maraîchers dans le 20ème arrondissement de Paris  achève le grand projet mixte de remodelage urbain regroupant un centre-bus de la...[Lire la suite]