Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil International

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Espagne | Réouverture du Palais Güell, oeuvre d'Antoni Gaudí, à Barcelone (14-09-2011)

Après 7 ans de travaux de restauration, le Palais Güell a ré-ouvert ses portes le 26 mai 2011. L'une des premières oeuvres d'Antoni Gaudí (construite entre 1885 et 1890) a été commanditée par son mécène industriel, le comte Güell, afin de lui servir de résidence. Cet hôtel particulier figure au patrimoine de l’humanité de l’UNESCO depuis 1984. Communiqué.

Barcelone | Antoni Gaudí

Le Palais Güell est l'un des bâtiments emblématiques de l’architecte catalan, à Barcelone. La ville en compte 11, dont 9 sont classés par l’UNESCO (la Maison - Casa - Batlló, le Parc Güell, la Sagrada Família...).

Classé au patrimoine mondial par l'Unesco en 1984 en reconnaissance de sa valeur exceptionnelle et universelle en tant que pièce clé du renouveau de l'architecture à l'échelle mondiale, cet hôtel particulier fut la résidence privée de la famille Güell à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle.

Il s'agit du seul exemple d'ouvrage d'architecture domestique achevé par Gaudí qui n'ait pas fait l'objet par la suite de modifications essentielles. Les travaux effectués ont porté sur la consolidation de la maçonnerie, la mise en place de l'air conditionné... tout en préservant au Palais sa splendeur d'origine.

Les visiteurs peuvent donc à nouveau découvrir la conception novatrice de l'espace et du traitement de la lumière, l'originalité et la richesse des solutions constructives et décoratives fruit du génie créateur de Gaudí, ainsi que le savoir-faire et la dextérité de ses collaborateurs (artistes, industriels et artisans) dans l’exécution des éléments en fer forgé, en céramique, en verre, en pierre ou en bois, contribuant à faire de ce Palais une oeuvre exceptionnelle.

Le parcours de visite conduit des anciennes écuries du sous-sol (remarquables pour leurs grandes colonnes fongiformes en brique apparente) au toit en terrasse (où le pain de sucre, ou aiguille, de la coupole centrale est entouré de 20 cheminées aux formes insolites), en passant par l'étage noble (ensemble de pièces formant un continuum visuel, articulées autour du salon central) et par l'étage qui abrite les appartements privés de la famille Güell.

Un audiovisuel et une exposition consacrée à la restauration effectuée figurent parmi les temps forts de ce parcours.

02(@Ramon Manent)_S.jpgLa restauration

La restauration de l'édifice a été menée conformément à l'approche défendue depuis 25 ans par le service du patrimoine architectural local du Conseil de la province de Barcelone (Diputació de Barcelona), fondée sur l'analyse (historique, constructive, artistique et sociologique) du monument et une intervention postérieure conséquente, réalisée avec le plus grand soin.

L'analyse préalable a comporté une étude méthodique de la documentation et des informations fournies par le bâtiment lui-même, du comportement possible du sous-sol eu égard à l'usage prévu, des matériaux et éléments de construction, visibles ou non (murs, plafonds, lambris, revêtements) et du traitement de la couleur et de la lumière (naturelle et artificielle) par Gaudí dans les différents espaces du Palais.

03(@Ramon Manent)_S.jpgQuant à l'intervention architecturale, l'objectif essentiel a été la récupération de toutes les valeurs formelles et spatiales d'origine. Dans la plupart des cas, cela s'est fait au moyen d'une restauration ou d'une reconstitution fidèle en s'appuyant sur les études préalables.

Lorsque l'apport d'éléments ou de matériaux nouveaux s'est avéré nécessaire ou approprié, le principe de la diachromie harmonieuse (dialogue harmonieux entre les matériaux d'origine et les nouveaux, sans confusion) a été appliqué.

Enfin, l'adaptation du bâtiment aux exigences fonctionnelles et de sécurité actuelles a été effectuée de façon à ce que les nouveaux équipements n'altèrent pas les valeurs originelles du bâtiment.

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 d'AAVP

Entre transparence et opacité, ornement et austérité, entre la violence du quotidien et la résistance de certains, l’amour dans tout ça se fraye encore un chemin. Les projets de l’année 2018 ne...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'Antonini Darmon

Des concours aux chantiers et vice-versa : une année en grand écart, émaillée de quelques récompenses (c’est bête mais ça fait toujours plaisir…) Ces récompenses, nous les avons...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de Loci anima

       Loci anima a livré cette année la tour de logements ADN à Issy les Moulineaux et ses 69 maisons avec terrasses non superposées qui termine l’ensemble de l’opération du quartier...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'OLGGA

En 2018, OLGGA est lauréat de 3 nouveaux projets : le stade Gagarine sur les hauteurs du Havre (76), un gymnase à Wallers Arenberg (59) et le nouveau stade de Chambéry (73) d’une capacité de 5000 places.  ...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de ChartierDalix

L'année 2018 de l’agence ChartierDalix c’est 7 chantiers dont la restructuration de la Caserne Lourcine à Paris 13e  en université de Droit Paris I, un bâtiment de bureaux entièrement en structure...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Bernard Desmoulin

Mes amis Pline, Cicéron, Tacite, César, Horace, Virgile, Aristote, Xénophon et Homère se joignent à moi pour souhaiter au Courrier de l’Architecte une digne année 2019. Bernard Desmoulin[Lire la suite]