vmz

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Cahier Spécial - Allemagne

Présentation | Un cheval par-dessous le toit, une bibliothèque 'zauberschön' (28-09-2011)

Livrée en 2010, la nouvelle bibliothèque d’art de l’université de Münster est transparente. Le parti imaginé par le groupe d’étudiants Zauberscho(e)n peut surprendre. Aucun trésor national ici, à Münster ; l’édifice abrite les collections du campus. «Nous voulions faire du livre un point fixe», explique Stephan Weber.

Bâtiments Publics | Culture | Allemagne | Zauberscho(e)n

Il y a un an s’achevait le chantier. Il y a un an, Stephan Weber et Andreas Schuring recevaient leur diplôme.

Avec Mathias Horstmann (qui a abandonné le projet au moment de son exécution), ces trois étudiants avaient constitué un collectif, Zauberscho(e)n - littéralement «d’une beauté ensorcelante» - et décidé de participer au concours lancé en 2008 par l’Ecole d’Architecture de Münster auprès de ses étudiants pour la conception d’une bibliothèque.

Si le procédé est quasi inédit, il représente en conséquence l’opportunité rare pour des étudiants d’appréhender directement les processus de conception et de construction.

«Il y avait deux partis possibles : créer un édifice à côté de l’ancienne bibliothèque ou proposer une extension du bâti existant», explique Stephan Weber. Tous trois ont opté pour le second scenario.

Le bâtiment originel, un baraquement militaire dédié aux troupes montées, présente une architecture de briques aux façades austères. «Notre parti est simple : trois murs, un toit. Nous voulions être ouverts et créer un nouveau point dans le campus», explique Stephan Weber.

Ce point, plus que le bâtiment lui-même, est son contenu : le livre. Montrer, exposer aux yeux de tous l’outil du savoir. Le lieu est alors immédiatement identifiable et se mue selon ses concepteurs en «signe mémorable».

02(@RBorgmann)_B.jpgPour ce faire, les apprentis architectes usent de quelques surfaces libres pour travailler les couleurs avec, pour référence académique, Gottfried Semper. Le célèbre théoricien de l’architecture dont il fallut attendre plus d’un siècle et demi les premières traductions en français continue, outre-Rhin, de faire ses classes.

Il s’agissait donc, à travers ce projet, de rendre grâce à la polychromie tant étudiée par le maître. In fine, la brique rouge s'associe au plafond vert, couleur complémentaire. Au sol, le noir, neutre, accentue les contrastes.

«Regardez les alentours à travers la façade et ceux-ci apparaissent plus colorés et brillants qu’ils ne le sont vus à l’extérieur», notent les architectes. Effets visuels et jeux d’images caractérisent le projet.

03(@RBorgmann)_B.jpg«L’espace est divisé en plusieurs parties et offrent des lieux de travail à l’atmosphère différenciée», souligne Stephan Weber. A titre d’exemple, un rideau aux propriétés acoustiques étudiées peut être tiré et offrir un recoin silencieux.

Le dispositif est prétexte à ornement et s’habille d’un motif réinterprétant la fresque de Raphaël, l’Ecole d’Athènes.

Autre détournement, celui du dessin des trois colonnes supportant en partie le toit de l’édifice. «Leur forme est issue du mouvement des pattes d’un cheval allant au galop», explique l’architecte. Mémoire ou génie du lieu, à n’en point douter, la parade fonctionne.

Poursuivant leurs études tout en construisant, certes avec le soutien de l’agence munichoise Buehler und Buehler, Stéphane Weber et Andreas Schuring n’ont toutefois pu faire de ce projet leur sujet de diplôme. «Nous voulions être plus théoriques», explique le premier, aujourd’hui chez Herzog et de Meuron.

Poursuivant leurs expériences respectives, ces deux jeunes architectes doivent parfaire leur cursus de deux années passées en agence. Supplémentaires et obligatoires, elles sont le préalable nécessaire à l’ouverture d’une agence.

«Etre à son nom est une question de personnalité», soutient Stéphane Weber. Les jeunes agences ont leur place en Allemagne même si elles «ne sont pas toutes porteuses d’une avant-garde comme en Autriche ou au Pays-Bas», constate-t-il.

La cause ? «L’architecture contemporaine n’est pas encore totalement perçue et acceptée comme faisant partie d’une culture. Depuis 2007, le Bundesstifung Baukultur, une organisation basée à Potsdam, oeuvre pour la promotion de l’architecture», dit-il.

Une année à passer à Bâle, «l’occasion d’apprendre à gérer la grande échelle» pour l’un, une année encore à Münster pour l’autre et tous deux ouvriront, peut-être, leur agence... expérience et construction à l’appui.

Jean-Philippe Hugron

Fiche technique

Client : Land Nordrhein-Westfalen
User : University of Applied Sciences Muenster, Academy of Art Muenster
Function : Library for Architecture, Art and Design
Location : Leonardo-Campus Muenster
Programm : 400sqm, 1.450 shelf-meter, 3 studycarrels, singleworkingzone, conferencezone
Architects : Planungsgemeinschaft zauberscho(e)n, Muenster ; Buehler und Buehler Prof. Dipl. Ing. Architekten BDA, Muenchen
Team (design) : zauberscho(e)n : Mathias Horstmann, Andreas Schuering, Stephan Weber ; Buehler und Buehler : Prof. Prof. h.c. Herbert Buehler
Team (realization) : zauberscho(e)n : Andreas Schuering, Stephan Weber ; Buehler und Buehler : Prof. Prof. h.c. Herbert Buehler
Structural engineer : Ingenieurgemeinschaft Fuehrer Kosch Juerges, Aachen
General contractor : Averbeck Bau GmbH, Ostbevern
Steel construction : Bentheimer Stahl und Hallenbau, Bad Bentheim
Facade planning/construction : Josef Gartner GmbH, Gundelfingen
Planning + construction time : 2008-2010
Completion : April 2010

Réagir à l'article


tos2016
elzinc

Livre |L'architecture 'invisible' de Bernard Zehrfuss

Bernard Zehrfuss, Fitzcarraldo de Fourvière ? En s’appropriant les pentes de la colline sur laquelle, autrefois, se développaient les gradins de l’amphithéâtre de Lugdunum et en y logeant le musée...[Lire la suite]

elzinc

Livre |L'architecture 'invisible' de Bernard Zehrfuss

Bernard Zehrfuss, Fitzcarraldo de Fourvière ? En s’appropriant les pentes de la colline sur laquelle, autrefois, se développaient les gradins de l’amphithéâtre de Lugdunum et en y logeant le musée...[Lire la suite]



elzinc

Album-photos |La Trinité : CAB est d'Equerre

«Ce bâtiment est tel un fond de scène. Nous l’évoquons comme une infrastructure et nous nous sommes servis de l’architecture pour faire de l’urbanisme», affirme Marc Botineau, associé de CAB....[Lire la suite]

elzinc novembre

Album-photos |La Trinité : CAB est d'Equerre

«Ce bâtiment est tel un fond de scène. Nous l’évoquons comme une infrastructure et nous nous sommes servis de l’architecture pour faire de l’urbanisme», affirme Marc Botineau, associé de CAB....[Lire la suite]

elzinc novembre

Présentation |Fernando Menis, volcan, soupe et kilomètre zéro

Depuis Tenerife, Fernando Menis imagine une architecture tellurique, quasi volcanique. La plupart de ses édifices sont d’imposantes structures minérales, plus ou moins torturées, autant que peuvent l’être...[Lire la suite]

elzinc novembre

Album-photos |Pris en flag' à Miami !

Leurs bureaux sont à Paris et l'une de leurs dernières réalisations, à Miami. BarbaritoBancel Architectes a en effet récemment livré le «flagship» Dior de la métropole floridienne qui...[Lire la suite]