Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Cahier Spécial - Allemagne

Présentation | La Maison L ou la forme inédite de la famille moderne (28-09-2011)

Sept ans de réflexion partagée : telle est l’aventure de cette maison conçue par Christian Pottgiesser qui s’élève désormais à quelques kilomètres de Paris. Sept ans de dialogue pour ce qui, initialement, se définit comme l’extension d’une orangerie du XVIIIe siècle. Ce qui, à l’arrivée, trouve une forme nouvelle, imprévue.

Logement individuel | Yvelines | Christian Pottgiesser

L’échange ne concerne pas que les architectes et les commanditaires. Ce qui se donne à voir, avec la maison L, n’est autre que la forme inédite de la famille moderne, elle-même en dialogue, en perpétuelle recomposition.

Vivre ensemble mais avec pour chacun une part d’autonomie plus sensible ; préserver son espace de privauté mais rester aussi au contact renouvelé des autres...

Au final, cinq légères tours de béton brut, d’un blanc d’une douceur étonnante, émergent du roc commun, construit de pierres sèches de Cadaqués, qui les enserre ou les borde.

Cinq tours : une pour chaque enfant, une pour les parents, plus spacieuse, pourvue également d’une terrasse avec vue... sur La Défense. La maison est une petite ville.

Et la ville... une maison. Car celle-ci, soumise à cette tendance explosive, résiste. L’on n’entre jamais que par l’aire commune. Et c’est une surprise que de constater le contraste entre la simplicité extrême des tours (deux étages : dressing au rez-de-chaussée, salle de bains au premier, chambre au second) et le dessin labyrinthique de l’espace commun où elles se trouvent, où elles se perdent.

En bas, serpentant entre la forme organique de la base et le périmètres des tours qui s’y intègrent (sans oublier quelques murs enveloppants), s’ouvre un espace à la fois multiple et continu, imprévisible, tout en variations d’intimité, tout en détours - comme s’il s’agissait d’éviter la moindre idée préconçue pour ménager à la rencontre l’espace de la surprise, du plaisir -.

02(@GDupin).jpgLa base - le sein - de cette maison-Elle, s’intègre au jardin, que ses murs de pierres sèches articulent et prolongent à la fois. Le sol sur lequel elle est posée, grâce à une pente astucieusement imposée au terrain, rejoint en bout de parcours la promenade qu’offre son toit jardin, tandis que cet enveloppement se renforce encore de la clôture souhaitée par les commanditaires.

Six portes-fenêtres, un éclairage zénithal aux franges doucement modelées du toit. Et tout se passe comme si la complexité du dialogue familial s’élargissait au rapport avec l’extérieur. La partie commune, la plus publique, est aussi la plus protégée, tandis que les tours s’ouvrent largement à l’extérieur grâce aux baies plein mur des chambres : depuis le jardin, le plus intime est le plus exposé.

03(@GDupin).jpgL’architecture de la maison, finalement, semble fonder un jeu permanent qui relèverait chaque tension, la prendrait au sérieux, plutôt que de l’atténuer. Contraste entre les tours et le dédale ludique de l’espace partagé ; contraste, pour ces mêmes tours, entre leur massivité et l’ouverture maximale que l’on y expérimente... Contraste jusque dans la matière, avec un béton brut, qui, jouant du blanc comme des diverses largeurs des lattes de coffrage, se révèle particulièrement accueillant, intime, à l’intérieur - tandis que la pierre de Cadaqués signe l’hermétisme de l’extérieur -.

Avec la maison L, assurément, il ne s’agit plus d’enfermer les contradictions inhérentes au quotidien dans une refonte normative des espaces, mais bien de s’en nourrir, topologiquement, esthétiquement, d’en faire son matériau originel pour leur donner un lieu et un présent possibles.

Emmanuel Rubio

04(@GDupin).jpgFiche technique

Ingénieur structure : Joel Betito
Localisation : Yvelines
Année de réalisation : 2011
Etudes : 3 ans
Travaux : 3 ans et demi
Surfaces 616m² SHON (926m² SHOB) + 4.850m² de jardin
Matériaux utilisés : béton brut de décoffrage (structure), planche de pin brut (coffrage), pierres de Cadaqués (façade du rez-de-chaussée), béton blanc poncé (sol), acier couleur rouille (châssis vitrés, verrière), chêne (menuiserie extérieures des tours), chêne massif trois plis (mobilier intérieur).

Réactions

Dommage | Retraitée | 28000 | 20-03-2014 à 09:52:00

Ah! Enfin la maison de mes rêves ., sobre, lumineuse, des espaces arrondis, de belles matières ,mais dommage et un peu tard ....j ai 75 ans..... Merci

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 de RozO

Ce salon urbain réalisé par RozO pour Icade marque un renouveau de ces parcs d'activité en développant une autre relation au lieu de travail. RozO redessine l'ensemble des espaces extérieurs du site afin que ces...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Philéas

Cette année, Philéas a soufflé ses 25 bougies et se développe joyeusement : une équipe maintenant de 25 collaborateurs, renforcée par un pôle image et un pôle communication, des projets autour de...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 d'Ellenamehl

2018 : une année de chantiers tous azimuts ! 2019 devrait être du même ordre… Réemploi du bâti, seconde vie, site patrimoniaux complexes ou bâtiments neufs dans des quartiers en devenir, l'agence ne...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Gaëtan le Penhuel & Associés

Dans le nouveau quartier de la Confluence à la pointe de la presqu’île lyonnaise, l'atelier d'architecture Gaëtan le Penhuel & Associés a livré en 2018 un projet au programme mixte réparti en deux...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Parc Architectes

Cette année Parc Architectes traverse les frontières et les océans avec le démarrage des études pour le Centre culturel de la Polynésie française à Tahiti et sa sélection au concours...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de DE-SO

Durant l'année 2018, ici et ailleurs, l'agence DE-SO  poursuit le développement de  projets urbains et d'architecture. De récentes livraisons lui ont valu d'exposer son travail en Angleterre, en Allemagne, en Italie,...[Lire la suite]