tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Visite | De la technique à l'architecture, CCD joue avec le feu (02-11-2011)

«C'était la guerre ! Ils ont mis le feu partout», se souvient l’architecte Régis Daniel. Ce 17 mars 2011, Nicolas Sarkozy était de visite à l'Ecole Nationale Supérieure des Officiers de Sapeurs Pompiers (ENSOSP) de Vitrolles. Conçue par l'agence marseillaise CCD architecture, l’institution, livrée en 2010, promet - avec entre autres ses «maisons à feux» - toutes les catastrophes possibles.

Autres | Acier | Corten | Vitrolles | CCD Architecture

De la gare TGV d'Aix-en-Provence, sur la route de Vitrolles, émergent quelques étranges bâtiments, gris et rose. «Des carcasses vides», prévient Régis Daniel. «Nous voulions affirmer le côté surréaliste du projet et montrer ces quelques constructions. Nous voulions faire un paysage à la Chirico», dit-il.

Pour CCD architecture, le programme était vaste : des maisons, un immeuble, des rues, un carrefour, une route nationale bordée de platanes, une portion d'autoroute, des zones de simulation d'inondation, d'autres de tremblement de terre... «Nous devions reconstituer toutes les catastrophes de la vie d'un pompier», explique l'architecte.

Cet étonnant concours prévoyait la composition d'un ensemblier associant architectes, entreprises et bureaux d'études. «Nous sommes entourés et à la question 'si nous avions une appréhension ?’ je réponds non. Chaque projet est une nouvelle aventure. Nous avons notamment fait la gare de tramways de Marseille, un programme très technique et technologique», souligne Régis Daniel.

Situation contrainte ? Certes, mais «nous avions une marge de manoeuvre énorme. Il est rare d'avoir autant de liberté et autant de choix dans les traitements. Il est toujours intéressant d'avoir un projet technique et d'en faire un projet architectural», confie-t-il.

«Nous aurions pu juxtaposer les éléments et les hiérarchiser», dit-il. A l’origine, la démarche a davantage été paysagère. Affleurements rocheux et cuestas structurent le site et CCD, avec les paysagistes de l'agence APS, s’est évertuée à reconstituer un relief «dégradé», mis à mal par la création de pistes de motocross.

«Nous sommes intervenus et avons fait en sorte que les collines soient le plus naturelles possibles. Nous avons également replanté plusieurs milliers d'arbres afin de reconstituer la forêt méditerranéenne», précise Régis Daniel. Outre ce parti nécessitant l'utilisation d'un logiciel réglant la topographie, l'équipe s'était fixée pour objectif de ne pas sortir un mètre cube de terre.

02(@CCDarchitecture).jpgPour l’architecte, «une maison à feux est un non-bâtiment». Les composantes techniques sont irréductibles et ne s'accordent que difficilement au paysage. Question d'architecture, l'intégration.

L'organisation était libre. «Nous avions pour point de départ la topographie. Nous avons recherché une plateforme pour caler 500 mètres d'autoroute. Seul le carrefour urbain et la vigie émergent de l’ensemble», précise l'architecte. Les autres éléments se répartissent sur vingt hectares. Hangar et caserne ont été placés dans un repli du terrain.

S'il ne s'agit pour les zones d’entraînement que de constructions évidées, les architectes ont envisagé ces éléments comme des «sculptures». De béton teinté, tantôt rouge, rose ou gris, les volumes dessinent à l'horizon la silhouette d'une ville.

03(@DR)_B.jpgLe parti «sculptural» a été poussé plus encore dans le cadre d'un concours en 2011, perdu, pour une autre maison à feux à Velaux (13). Le programme invitait à la constitution d’un maximum de configurations possibles. «De cette diversité nous avons fait un seul bâtiment que nous avons également traité comme une sculpture de béton», raconte l'architecte.

A Vitrolles, la vigie assume, elle aussi, sa présence par un jeu volumétrique. «Nous voulions la revêtir de Corten mais le bureau de contrôle nous l'a interdit alors que nous ne pouvions calculer la résistance de ses attaches dans le temps, un faux problème», confie l'architecte. Une redite pour l'agence qui s’est vu infliger le même refus pour le centre culturel de la Seyne-sur-Mer, demeuré non construit à ce jour.

04(@DR)_B.jpgLe Corten, outre son esthétique, était d'autant plus pertinent que l'intérieur des maisons à feux en est habillé. «C'est le matériau qui résiste le mieux aux variations de température et aux différents traitements», indique l'architecte. Bref, en façade, ce sera un acier «peint façon Corten».

Concevoir une architecture de la catastrophe n’est pas imaginer celle de la destruction. «Il y a des bâtiments que nous avons réalisés qui sont bien plus malmenés : les tags, les peintures refaites, que sais-je... Ce bâtiment suggère, en tout cas, plus de respect», sourit Régis Daniel.

Jean-Philippe Hugron

Fiche technique

Nom de la réalisation : Ecole Nationale des Officiers Sapeurs Pompiers - ENSOSP
Programme : maison à feux, tronçon autoroutier, plateau technique
Lieu : Vitrolles (13)
Maitrise d’oeuvre : CCD architecture / R2M (économie) / APS (paysagiste) / Beterem infra (vrd) / Garcia ing. (fluides) / Secmo (structure)
Maitre d’ouvrage : Icade G3A
Bureau de contrôle : norisko
Surfaces shon : 8.500m² + 28.500m² extérieurs
Date ouverture chantier : juillet 2007
Date de réception : juin 2008
Cout total HT (et date de valeur) : 20.000.000.00€ valeur 2007

Réagir à l'article


tos2016
elzinc

Portrait |Les mégalo-structures de Jon Jerde, un hommage

Il n'est pas dans l'habitude du Courrier de l'Architecte de tenir un carnet et de publier les nécrologies convenues en ces tristes occasions. L'exception fait toutefois la règle. Jon Jerde est décédé le 9...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Carl Fredrik Svenstedt, Swedish connection

Parisien, Suédois, formé aux Etats-Unis, ayant grandi au Canada, Carl Fredrik Svenstedt est un étrange hybride culturel. Architecte, il joue, derrière une apparence sage, des contradictions. Un goût pour la...[Lire la suite]


elzinc

Portrait |Jorge Ayala, un architecte sans architecture ?

Jorge Ayala poursuit son activité loin des chantiers, loin même des plans d’exécution. L’horizon du professionnel s’est élargi et l’imaginaire peut aisément s’émanciper des...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |L'architecture en Barani-rama

Pour capter une architecture vécue, mais aussi des paysages habités, Christian Barani part «à la dérive». Sa relation avec l'art de bâtir est toutefois récente. Son frère, Marc Barani,...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Bruno Rollet, des nouvelles du front ?

Les conditions difficiles d’exercice du métier d’architecte ou encore la réduction des prérogatives d’une profession amènent de nouvelles pratiques. Dans ce contexte, l’angle d’attaque social...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Les mégalo-structures de Jon Jerde, un hommage

Il n'est pas dans l'habitude du Courrier de l'Architecte de tenir un carnet et de publier les nécrologies convenues en ces tristes occasions. L'exception fait toutefois la règle. Jon Jerde est décédé le 9...[Lire la suite]