tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Cahier Spécial - En direct de Batimat - Mardi 8 novembre

Présentation | La rassurante carapace d'un commissariat signé Fabienne Bulle (08-11-2011)

Aujourd’hui, l’architecte Fabienne Bulle a présenté sur le stand de ConstruirAcier (1P27, au coeur du hall 1 de Batimat consacré au gros oeuvre et à la structure) le commissariat de Clichy-Montfermeil (93), qu’elle a livré en avril 2011. «Pas une forteresse mais une carapace», dit-elle. La nuance est d’importance. Découverte.

Bâtiments Publics | Acier | Seine-Saint-Denis | Fabienne Bulle

Dès l’origine du concours, la Préfecture de Police de Paris, maître d’ouvrage, avait exprimé la demande d’«un bâtiment garant de la civilité», figure de proue d’un projet de rénovation urbaine.

Ni simple commissariat, encore moins bâtiment carcéral, l’enjeu pour Fabienne Bulle, lauréate en juin 2008, était de créer «un bâtiment sécurisant et non pas sécuritaire, tout à la fois symbole de civilité» dans un quartier sensible, épicentre des émeutes de 2005 dans les banlieues françaises.

Pour éviter l’effet de repli, «il fallait réinventer la limite», souligne l’architecte. Ainsi, au lieu de créer une enceinte verticale, elle a donc choisi, au sud du bâtiment, de pencher des plaques d’acier Indaten de telle manière qu’elles semblent émerger de leur base composée de talus plantés.

«Je l’ai conçu vu de haut». Le commissariat de Clichy-Montfermeil est effectivement surplombé des tours HLM de la Cité Bois du Temple. De fait, les mouvements rouille des plaques d’acier, ajourées en partie haute pour un effet évanescent, forment, «loin d’une provocation», l’enceinte «rassurante» d’un bâtiment conçu pour être vu par les habitants du quartier.

«D’aucuns ont parlé de luciole (le bâtiment s’illumine la nuit ndlr), d’autres d’oeuvre d’art, d’autres d’archéologie moderne». Fabienne Bulle préfère cependant, entre toutes, la dénomination de «carapace».

Le dessein ? «Une manière douce de dire qu’il n’y a pas de limites nettes» et aussi une façon de «protéger les vues pour la dignité des personnes».

Si le choix d’une teinte cuirassée sert certes à accentuer l’effet 'émergent', les tons des tôles pleines et perforées se patineront au fil du temps de manière à accompagner l’évolution urbaine.

Pourquoi avoir privilégié l’acier ? Fabienne Bulle montre en effet, généralement, une prédilection pour le bois. «En bois, je ne pouvais pas déployer des plaques. J’ai préféré l’effet cinétique que l’acier permet d’obtenir», explique-t-elle. Un effet perçu notamment au nord du bâtiment où l’architecte a mis en oeuvre des lames ondulantes.

02(@HerveAbbadie)_S.jpgAu nord toujours, une boîte rouge en aluminium laqué émerge du bâtiment. Ce 'signal urbain' forme l’escalier d’accès au public.

Prolongeant ce volume écarlate, un plan libre, constitué d’une surface en acier perforé et conçu au titre du 1% artistique, «aide à constituer le parvis autant qu’il annonce les circulations intérieures».

A l’intérieur du bâtiment, Fabienne Bulle s’est attachée à créer des espaces largement dimensionnés avec, notamment, un hall de verre triple hauteur et des bureaux ouverts sur «les circulations conçues comme des pièces à part entière puisque tout le monde est constamment en mouvement».

Emmanuelle Borne

03(@FabienneBulle)_S.jpgFiche technique

Lieu : Clichy-Montfermeil (93)
Programme : unité de sécurité de proximité, accueil, boxes des plaintes, poste de police, unités d’appui, bureau d’ordre et d’emploi, service général, brigade de sureté urbaine, unités de recherches judiciaires et de protection sociale, technique, groupe de voie publique, aide aux victimes, locaux d’archives et de documentation, administration, locaux communs, sociaux et de vie collective, commandement, armurerie, vestiaires, parking, cour de service.

Maître d’ouvrage : Préfecture de Police de Paris
Architecte : Fabienne Bulle
Calendrier :
* Concours : juin 2008 ;
* Livraison : avril 2011.

Surface : 3.000m² SHON
Coût : 11.360.000€ HT
BET : ABAC Ingénierie
Economiste : Fabrice Bougon
Environnement : Agence Franck Boutté
Sculpteur : Philippe Guillemet

Réagir à l'article


tos2016

elzinc

Portrait |La maquette sans Chichi ? Impensable!

Chichi. Antonio Chichi. Prononcez Kiki. Italien. Plus exactement Romain. Né dans le quartier de San Lorenzo, de parents pauvres. Rien ne le prédestinait à la célébrité si ce n'est son talent. Son oeuvre est...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |Antonin Raymond, un architecte sans histoire ?

Les œillères de l’histoire orientent le regard vers des géographies familières et proches. Les ouvrages encyclopédiques sont parfois myopes dès qu’il s’agit d’aborder des objets...[Lire la suite]

Eglise Meguro à Tokyo


elzinc

Portrait |Les mégalo-structures de Jon Jerde, un hommage

Il n'est pas dans l'habitude du Courrier de l'Architecte de tenir un carnet et de publier les nécrologies convenues en ces tristes occasions. L'exception fait toutefois la règle. Jon Jerde est décédé le 9...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |Pour ne plus avoir d'a priori, schneider+schumacher

L'architecture allemande est particulièrement méconnue depuis «l'autre côté du Rhin». Elle se résume bien souvent à l'austère image d'une rigueur ascétique, à un art...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |FUSO, les trois jamais à l'étroit

«Voyez avec notre avocat». La phrase pourrait en effrayer plus d'un. Elle se veut, bien au contraire, rassurante. Le troisième homme de l'agence parisienne FUSO, Ghislain Grotti, est un professionnel du droit des affaires. La...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |Chen Kuen Lee, après Scharoun

Voilà une carrière qui force la curiosité. En 1931, Chen Kuen Lee quitte la Chine pour rejoindre l’Allemagne. Il y étudie l’architecture et travaille aux côtés de Hans Poelzig et Hans Scharoun. Il...[Lire la suite]