tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Cahier Spécial - En direct de Batimat - Vendredi 11 novembre

Actualité | Pour Arcelor Mittal, le bois ? 'Laisse béton !' (11-11-2011)

Hall 1, Arcelor Mittal en impose. Surprise ! «Le bois, plus que le béton, est notre principal concurrent», assure Cyril Valla, délégué régional Sud-Est de la célèbre firme venue Porte de Versailles exposer, entre autres, des ossatures métalliques adaptées à l’habitat.

Batimat | Acier | France

«L’acier avait mauvaise réputation. Beaucoup considérait qu’il n’était pas assez noble pour être utilisé. Nous étions, à une époque, regardés comme des ferrailleurs. Heureusement, les mentalités évoluent», indique Cyril Valla.

Il faudra néanmoins pour un architecte qui souhaite développer une structure en acier «plus de travail pour gagner la confiance de la maîtrise d’ouvrage», dit-il.

Jusqu’à présent, Arcelor Mittal accueillait propositions et projets et adoptait de fait une position passive. Aujourd’hui, la stratégie est différente et la compagnie souhaite désormais convaincre les architectes des bienfaits des structures métalliques, notamment pour le logement individuel.

02(@ArcelorMittal).jpg«Il y a une mainmise de la filière bois sur la maison individuelle. Nombreux pensent qu’il est 'traditionnel' de construire en bois alors que les techniques ne le sont pas à proprement parler. Le bois, plus que le béton, est notre concurrent», souligne le délégué.

Depuis cinq ans, Arcelor Mittal développe Styltech, «une activité qui traite le logement et le bureau. Il n’y a alors pas d’interface entre nous et l’architecte. Nous sommes en collaboration directe», dit-il.

Choisir l’acier plutôt que le bois ou le béton dépend du «coup de crayon» ou encore de la «difficulté de mettre en oeuvre une solution traditionnelle».

03(@ArcelorMittal)_S.jpg «Il y a également les contraintes du site. Un sol sablonneux ne permet pas de mettre en oeuvre d’autres produits. L’acier est quatre fois moins lourd que la brique parpaing. De fait, une ossature métallique réduit les charges sur le sol», explique Yann Jully, délégué régional Styltech.

Autre point mis en avant, «la gestion économique et écologique de la construction : il y a un soin apporté dans la manière de construire. Nous sommes en filière sèche puisque nous pré-industrialisons le système constructif», ajoute-t-il.

«Une fois que le cycle de vie de l’édifice est terminé, la structure est même recyclable à l’infini», dit-il.

04(@ArcelorMittal)_S.jpgL’acier plus que le bois alors ? «Bien sûr. D’autant plus que sa mise en oeuvre est toute aussi rapide. Par ailleurs, en ce qui concerne les immeubles de bureau, les enveloppes sont davantage liées à l’acier et au vitrage. Nos installations sont donc complémentaires», affirme-t-il.

Au tour de Cyril Valla de renchérir : «La simplicité d’utilisation aussi. Chaque produit est adapté à une solution. Nous permettons la réalisation de casquettes, de porte-à-faux, de pilotis... Nous travaillons aussi dès lors qu’il y a des contraintes d’accessibilité. Il est parfois impossible de transporter des poutres en bois. L’acier, par sa géométrie, est 'manuportable'. Autre intérêt : il n’y a aucune chute. Nous livrons un kit, des boulons, une visseuse et... en avant !»

Jean-Philippe Hugron

Réactions

PascalB | DG | IDF et Maroc | 23-11-2011 à 12:59:00

La filière bois n'est pas le concurrent de la filière acier, y compris pour la conception de maisons individuelles. Il faut y voir au contraire un allié dans le développement des constructions intelligentes par la filière sèche qui prône l'optimisation des composants par fonction : c'est à l'opposé des systèmes classiques. La filière maçonnerie est à ce titre le vrai concurrent technologique car il existe encore sur le marché des configurations basiques et peu performantes (isolation par l'intérieur et ponts thermiques par ex.), ce qui n'existe plus dans les filières sèches.
La filière acier aurait sans doute plus à gagner à travailler avec la filière bois et fédérer leur lobbies pour une promouvoir les constructions durables qu'à inventer une concurrence, de fait, inexistante.
Pascal Bonaud, ex-ArcelorMittal et propriétaire d'une maison acier.

Réagir à l'article


tos2016
elzinc

Portrait |Ludwig Leo, le techno-pop berlinois

L’AA School rend hommage à Ludwig Leo, figure discrète de la scène architecturale allemande disparue en 2013. L’exposition, qui fait escale à Londres du 5 mai au 6 juin 2015, a d’ores et...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |La fine équipée de Monica Donati

Le collectif avant tout ! Monica Donati s’empresse de présenter tous ses collaborateurs. Elle évoque même avec enthousiasme un nouveau projet d’association - 300% - qu’elle monte avec Margot-Duclot et Paul...[Lire la suite]


elzinc novembre

Portrait |Samuel Delmas, archi-sensible

Crèches, unités psychiatriques, centres de formation… En somme, des programmes de la banalité. Samuel Delmas transmue ce quotidien en espaces de qualité. Son art est, de fait, précis. Il repose sur «le...[Lire la suite]