Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Cahier Spécial - Finale Batimat - Mercredi 16 novembre

Présentation | Des associations typologiques par Jean-Pierre Pranlas-Descours (16-11-2011)

Le 9 novembre dernier, l’architecte Jean-Pierre Pranlas-Descours présentait à Batimat, entre autres, des projets de logements, à Paris et Montreuil-sous-Bois, chacun composé d’associations de typologies différentes (collectif, intermédiaire, individuel groupé). Des projets illustrant «de nouvelles formes d’habitat contemporain».

Batimat | Logement collectif | Ile-de-France | Jean-Pierre Pranlas-Descours

20 logements rue de Charonne, Paris XIe arrondissement 

A l’angle des rues de Charonne, Léon Frot et Emile Lepeu, le projet regroupe un ensemble de vingt logements répartis en six bâtiments différents, dont deux réhabilités, ainsi que des commerces en rez-de-chaussée.

La situation de ce site s’inscrit dans un faubourg parisien au coeur du XIe arrondissement. L’aspect composite de ce site tant du point de vue des échelles que des architectures environnantes a été l’objet d’une réflexion sur le caractère propre de l’architecture du faubourg.

S’appuyant sur un certain nombre de tracés existants, le projet associe différents types de bâtiments allant de l’immeuble de rapport en R+6 à la maison individuelle en R+2.

Volontairement discontinu, cet ensemble associe autant les nouveaux bâtiments que les bâtiments réhabilités (l’un datant du XVIIIe siècle, l’autre de la fin du XIXe siècle).

Sur les quinze logements, une quinzaine de type d’habitations est proposée. A ce programme complexe s’ajoutent trois ateliers d’artistes en coeur d’îlots.

Deux accès sont proposés pour rejoindre les différentes entrées des logements :
* un hall d’entrée regroupant les services, rue Lepeu ;
* un passage entre deux bâtiments, rue Léon Frot.

Les logements sont distribués soit à partir d’un système de coursives, soit à partir de la cour et du jardin au centre de la  parcelle.

Il s’agit ainsi de renouer avec les principes d’organisation des parcelles de ce quartier de Paris, qui développent des usages multiples de ces cours intérieures.

Enfin, les trois ateliers d’artistes - chacun associé à un logement - sont adossés contre un mur pignon, l’atelier se développant au premier étage pour une meilleure qualité de lumière.

02(@DR)_B.jpg25 logements à Montreuil-sous-Bois

Le projet s’inscrit dans le cadre du réaménagement du centre ville de Montreuil-sous-Bois, projet urbain d’Alvaro Siza.

En limite de ce secteur, l’îlot de la rue de l’Eglise occupe une position majeure dans l’histoire de la ville. Coeur ancien du développement urbain, cet îlot a vu s’accumuler de nombreux types d’édifices au cours des siècles : bâtiments villageois rue de l’Eglise, ensemble des logements ouvriers au sud, bâtiments contemporains des années 1970 au nord. Le système composite est lié également à la présence d’anciens murs à pêches qui ont structuré le parcellaire.

Les 25 logements se répartissent entre trois programmes : un bâtiment collectif sur la rue en R+3 / R +4, un ensemble de logements intermédiaires en R+2 qui s’aligne sur les anciennes traces d’un mur à pêches, un ensemble de cinq maisons qui s’associent aux maisons individuelles présentes sur le site. Ces maisons, bordées par un mur, reprennent les tracés existants.

De cette situation historique est issue une offre typologique complexe et variée qui met en résonance les tracés urbains et les modes d’habitabilité.

03(@DR)_S.jpg64 logements, ZAC Franklin Walwein, Montreuil-sous-Bois

Ce projet de 64 logements s’inscrit dans le plan urbain de l’architecte portugais Alvaro Siza. L’implantation du bâtiment, son gabarit avait été précédemment défini dans ce projet urbain dont la volonté était d’ouvrir le coeur de ville vers les coteaux de Montreuil.

Le programme se développe suivant une forme en Z avec une partie en R+9 et une autre en R+5. Afin d’inscrire le projet dans les seize mètres d’épaisseur du gabarit-enveloppe, le projet propose un principe de façade fait de grandes loggias (2,50 mètres de profondeur) et de volets coulissants au nu extérieur des loggias.

Les prestations du bâtiment tant intérieures qu’extérieures ont été particulièrement soignées : menuiserie alu-bois, parquet, enduit extérieur en stucco, volets aluminium laqués.

Plus qu’une interprétation, il s’agissait d’établir une épure des intentions urbaines du projet initial d’Alvaro Siza.

Jean-Pierre Pranlas-Descours

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 de NBJ

En 2018, l’agence poursuit ses engagements multiples. Quelques concours perdus comme le groupe scolaire de Montpellier ou le projet Ville Port de La Grande Motte qui a été l’occasion d’une belle collaboration avec...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de DVVD

2018 est dans la continuité des années précédentes avec le démarrage de plusieurs chantiers : la couverture du central de Roland Garros, l’hôtel Meininger Porte de Vincennes, le cinéma MK2 Nation,...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de Metek

En 2018 Metek s’engage pour parler d’architecture autrement en accompagnant« Crimée enchantée, histoire (s) d’une architecture », (film de Sophie Comtet Kouyaté), et « Villa...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de PANARCHITECTURE

Ce sont des projets tant attendus qui sortent enfin de terre : trois maisons individuelles neuves dans le sud de la France et un Hôtel à Paris rue du Faubourg Saint Honoré.  Ce sont quelques journées en gilets jaunes...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'Ellenamehl

2018 : une année de chantiers tous azimuts ! 2019 devrait être du même ordre… Réemploi du bâti, seconde vie, site patrimoniaux complexes ou bâtiments neufs dans des quartiers en devenir, l'agence ne...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Pierre-Alain Dupraz

Après une riche année 2017, notamment avec les 1ers prix obtenus pour deux concours majeurs sur Genève que sont l’aménagement de la rade et la réalisation de la Cité de la musique, ce dernier en...[Lire la suite]