Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Cahier Spécial - Finale Batimat - Mercredi 16 novembre

Présentation | Le logement selon Emmanuelle Colboc, un cas lyonnais (16-11-2011)

«Concevoir un projet de logements, c’est proposer des différences d’habiter, de pratiquer la ville de la rue à chez soi, c’est donner le choix aux habitants d’être au soleil ou à l’ombre, d’avoir une vue dégagée, frontale ou en diagonale», explique Emmanuelle Colboc, à Batimat le lundi 7 novembre 2011. Dans cette logique, elle conçoit à Lyon Confluence un ensemble de 67 logements.

Batimat | Logement collectif | Lyon | Emmanuelle Colboc

Notice architecturale

C’est avec plaisir que nous avons abordé ce projet de logements situé sur une parcelle particulière de la ZAC La Confluence. La particularité du site réside dans le contraste des éléments urbains qui le constituent.

Le grand avantage de cette parcelle est de s’ouvrir généreusement au Sud vers un futur équipement scolaire qui ne lui portera pas ombre. La façade Nord du projet borde un tronçon du cours Bayard élargi à cet endroit, ce qui augmente l’importance de la façade lue avec une forte marge de recul. L’angle de la parcelle avec la rue Denuzière induit un simple retournement de la volumétrie vers l’Ouest tout en tenant compte de la rupture d’échelle que le projet doit assimiler pour accueillir la future volumétrie basse du groupe scolaire.

A l’opposé, le passage en hauteur de la voie ferrée qui borde le côté Est de la parcelle est un élément potentiel de rupture du site que nous proposons plutôt d’accueillir au travers de nos choix volumétriques.

02(@EColboc)_B.jpgL’orientation de la parcelle, principalement orientée Nord-Sud, supposait de mettre le maximum de séjours au Sud. Cette donnée de base avait pour conséquence de bâtir au Nord une façade constituée exclusivement de chambres. C’est pourquoi la taille de la parcelle, sa longueur d’une part et la présence de la voie ferrée d’autre part, nous ont conduit à proposer une volumétrie en deux temps.

Un premier bâtiment de silhouette verticale s’adosse à la voie ferrée pour dialoguer avec l’horizontale de son tracé, protégeant ainsi du bruit l’intérieur de la parcelle. Une autre partie du projet est constituée par la façade du cours Bayard et son retournement rue Denuzière.

Entre les deux, une faille large de six mètres offre aux passants du cours une vue sur le jardin intérieur qui met en relation la masse végétale de l’espace public avec l’intérieur de l’îlot. Le long linéaire plein Nord de la façade du cours Bayard se trouve ainsi interrompu par cette faille qui laisse passer le soleil du Sud et présente un bâtiment adossé à la voie ferrée qui révèle la profondeur de la parcelle. Ce choix volumétrique, induit par le site, permet d’organiser le projet en deux parties et d’installer de façon identifiée les accès des 34 logements sociaux d’une part et des 33 logements en accession à la propriété d’autre part.

03(@EColboc)_B.jpgL’ensemble des logements a été étudié avec la même équité : un bon ensoleillement, offrir plusieurs choix de vues, rendre indépendante la partie nuit, prolonger le plus d’espace possible vers les terrasses, proposer à tous une réelle qualité de lumière. Les grands logements sont installés dans la partie basse du bâtiment de façon à éviter de trop nombreux flux en étages. La nouvelle réglementation 'handicapés' restreint encore l’habitabilité des logements.

Dans le respect des surfaces demandées que nous comprenons eu égard aux moyens des futurs habitants, nous proposons pour la plupart des logements un ensemble cellier-cuisine particulier qui permet d’ouvrir la cuisine sur le séjour. Le cellier pouvant accueillir l’élément bruyant (la machine à laver) rend plus confortable l’ouverture de la cuisine vers le séjour et libère ainsi un coin-repas entre la cuisine et le séjour. Néanmoins, l’indépendance cuisine / séjour peut être retrouvée dans la totalité des logements sauf les trois 2 pièces superposés aux niveaux 1, 2 et 3 donnant sur la rue Denuzière.

04(@EColboc)_S.jpgLa desserte des logements sociaux au travers de deux halls permet de ne desservir que trois logements par palier. Le hall unique des logements en accession à la propriété dessert un logement de plus en partie courante, mais l’efficacité du noyau permet de minimiser les charges des futurs habitants.

Chacun des paliers est éclairé naturellement, soit directement par la façade, soit au travers d’un châssis coupe-feu donnant sur l’escalier pour ce qui est du hall donnant sur le cours Bayard. Les trois escaliers bénéficient de lumière naturelle.

Les matériaux

L’ensemble du bâtiment est isolé par l’extérieur et se trouve revêtu de deux types de matériaux : la grande majorité en Eternit de couleur blanc calcaire et les deux extrémités Est et Ouest en brique vernissée blanche.

Afin de donner une certaine abstraction aux percements de la façade Nord, nous proposons des ouvertures verticales avec allèges vitrées fixes de trois tailles différentes. Certaines chambres n’ont qu’un grand châssis, d’autres en ont deux plus étroites. Adultes et enfants bénéficient ainsi d’une vue toute hauteur sur l’extérieur.

05(@EColboc).jpgLes tableaux des fenêtres et les appuis sont en aluminium thermolaqué de couleur chaude évoquant le bois. Celui-ci intègre également le volet roulant existant pour toutes les pièces de vie. Les fenêtres situées façade Est côté voie ferrée sont des doubles fenêtres.

Les terrasses superposées les unes aux autres peuvent bénéficier d’une structure autonome ou être partiellement mises en appui sur le bâtiment. Les jardinières représentées sur les façades peuvent être équipées ou plus simplement conçues pour accueillir les bacs à plantes des futurs habitants.

Les toitures sont pour la plupart végétalisées, d’autres traitées en jardinières, comme celles longeant la coursive du niveau 7. D’autres éléments de toitures sont en Quartz Zinc pour limiter les terrasses accessibles et respecter les surfaces demandées. Ces toitures Zinc en allège permettent également de protéger l’espace de la terrasse du vide alentour. Des panneaux solaires sont installés sur le haut des deux programmes.

06(@EColboc)_S.jpgLeur dimensionnement est au nombre de logements qu’ils alimentent. Des acrotères hautes, dans le prolongement des façades ou en retrait, en zinc, permettent de dissimuler les organes techniques en toiture.

L’ensemble du jardin sur parking est généreusement planté avec une hauteur de terre de 70 centimètres hors isolation. Deux fosses à arbres de 25 mètres cubes sont prévues pour planter deux beaux sujets (un tilleul argenté et un hêtre vert) au Sud, à proximité de la cour d’école.

Concevoir un projet de logements, c’est proposer des différences d’habiter, de pratiquer la ville de la rue à chez soi, c’est donner le choix aux habitants d’être au soleil ou à l’ombre, d’avoir une vue dégagée, frontale ou en diagonale, autant de spécificités qui dans ce site et ce projet sont pour nous des thèmes merveilleux à travailler. Beaucoup de points sont encore à étudier, mais nous pensons offrir un dispositif volumétrique et fonctionnel qui accompagne les contraintes urbaines et programmatiques tout en offrant des différences aux logements qui permettent une meilleure appropriation du lieu de vie par chacun.

Emmanuelle Colboc

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 d'Ellenamehl

2018 : une année de chantiers tous azimuts ! 2019 devrait être du même ordre… Réemploi du bâti, seconde vie, site patrimoniaux complexes ou bâtiments neufs dans des quartiers en devenir, l'agence ne...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de NeM

NeM vous présente deux projets : la collection d’art africain de la Congrégation du Saint-Esprit et le Siège de WWF France.[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de Jacques Ferrier Architecture

En 2018, l’agence Jacques Ferrier Architecture a livré le projet Aqualagon, plus grand centre aquatique d’Europe situé à Marne-la-Vallée, ainsi que la réhabilitation des arènes de Lunel, dans...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de GUINEE*POTIN ARCHITECTES

Des concours s’échelonnant toutes les mois, 8 de perdus à l'exception de deux : l’école publique de St Pabu dans le Finistère, et notre premier projet francilien, avec Palast et Echelle Office, pour 90...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'Avenier&Cornejo

2018, année de l’engagement… pour l’environnement…la société… et l’Architecture a son rôle à jouer. Alors nous avons communiqué… exposition à New York sur...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Martin Duplantier Architectes

Des idées, des envies. De ville, de pièce. Une association, un renouveau. Un livre, une histoire. Des mots, des formes. Dessus, dessous. Loser, winner. [Lire la suite]