Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil Etudiant

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Actualité | TEA for all and all for TEA : l'architecture in vivo (13-01-2012)

Organisé par l’enseignant Bruno Sève de septembre 2010 à avril 2011 à la Faculté d’Architecture UABJO à Oaxaca, au Mexique, l’atelier TEA (Taller Espacios Abiertos) visait à offrir aux étudiants ayant participé à l’expérience «l’opportunité de connaître toutes les étapes du projet, du croquis à l’oeuvre achevée». Mission accomplie... et plus encore.

Vie étudiante | Mexique

«Depuis toujours - et déjà en tant qu’étudiant - j’ai pensé que les études d’architecture étaient trop théoriques et pas suffisamment pratiques», souligne Bruno Sève, architecte, fondateur de l’atelier TEA, Taller Espacios Abiertos (Atelier des espaces ouverts), ayant réuni, durant l’année universitaire 2010-2011, une vingtaine d’étudiants à mi-parcours dans leurs études à la Faculté d’Architecture UABJO à Oaxaca, au Mexique.

A ce titre, invité à l’UABJO, Bruno Sève a créé, au titre de professeur principal du laboratoire 'Représentation et Expression en Architecture', un groupe de travail proposant «une alternative à l’enseignement du Projet en Architecture» en partant du concept jusqu’à la réalisation de projets. Autrement dit, un atelier d’auto-construction. Pour autant, l’enseignant souhaitait «sortir de la dimension trop artisanale des ateliers d’auto-construction» pour conférer à la démarche «une dimension artistique».

«Je voulais qu’on fasse rêver», dit-il.

De commencer par organiser, pendant un mois, un cours théorique abordant différents concepts telle la reconversion de friches industrielles. En effet, après quelques recherches, le site était tout trouvé en l’espace extérieur de l’ancienne gare ferroviaire d’Oaxaca, aujourd’hui reconvertie en musée, composé de voies et de wagons désaffectés. «Un site avec un vrai potentiel, un véritable terrain de jeu», souligne Bruno Sève.

Suite à l’introduction théorique - «ce qui était important était qu’on se comprenne ; il s’agissait ni de verser dans une démarche trop technique ni dans une démarche trop artistique» -, équipe enseignante et étudiants travaillèrent pendant deux mois sur la phase d’avant projet, in situ. Deux mois ponctués, chaque semaine, par «un atelier critique».

«Au bout d’un mois, nous avions déjà de très bons concepts. Ensuite, nous sommes rentrés dans les détails puis nous sommes passés à la phase d’essai consistant à réaliser des prototypes à l’échelle 1:1 sous la tutelle de professionnels, maîtres charpentiers et forgerons - car nous avons essentiellement travaillé l’acier -». In fine, la construction proprement dite des projets s’étendit sur deux mois «durant lesquels les étudiants se sont débrouillés tout seuls».

Bruno Sève se dit «admiratif de l’efficacité des étudiants qui, à la fin, ont fait appel, pour finir en temps et en heure, à plus de cent personnes qu’ils ont eux-mêmes formés».

02(@DR).jpgParmi les réalisations, Bruno Sève cite le projet intitulé 'Paysage et Aménagement Urbain'. «Les étudiants avaient, au départ, du mal à énoncer un concept. Ils s’installaient toujours sur un monte-charge posé sur les rails pour discuter. Nous leur avons donc suggéré de réfléchir là-dessus. L’une d’entre eux est venue un jour avec la phrase suivante : 'assis sur un radeau, navigant sur une rivière' et nous nous sommes dit que c’était un bon départ». Résultat : montés sur roulettes et disposés sur les rails, des «radeaux» assemblés les uns aux autres servent, au choix, d’assises ou à composer une scène «car il faut savoir que le musée reçoit de nombreux concerts».

«Au départ, les étudiants voulaient assembler une vingtaine de radeaux mais, in fine, nous en avons réuni trois de deux mètres sur quatre». Un nombre limité par des moyens financiers non moins limités. «Au total, le projet a coûté moins de 3.000 euros pour trois prototypes de radeaux et la réhabilitation de cinq wagons».

Parmi ces wagons, Bruno Sève évoque le projet 'Cubes et formes'. «Ces étudiants ont eu un regard ludique, inattendu, que j’ai beaucoup aimé. Ils ont fait l’analogie entre les wagons et ces cubes d’apprentissage dans lesquels on insère différentes formes». Pour autant, «nous les avons guidés vers un concept plus abstrait». Au final, les assises disposées dans le wagon servent également, une fois 'clipsées' sur les parois, à diffuser la lumière au sein de l’espace.

03(@DR).jpg«Je veux mettre l’accent sur l’expérience humaine que fut TEA», dit Bruno Sève, «toujours en contact» avec ses étudiants.

«Pour l’instant nous peaufinons le projet car nous souhaitons rentrer par une plus grande porte». En clair, «il nous faut trouver l’aide financière appropriée».

Vu le succès de l’expérience, l’enseignant souhaite effectivement la réitérer, au Mexique mais aussi en Europe.

Bruno Sève exprime le désir «de proposer à des universités européennes ce type de projet. Il devrait être possible de consacrer un master à ce type d’expériences, à l’instar du Rural Studio aux Etats-Unis»*.

Car, insiste-t-il, «si on choisit de faire de l’architecture, c’est bien sûr pour énoncer des concepts mais surtout pour construire».

Emmanuelle Borne


* Créé en 1993 par l’Université d’Auburn aux Etats-Unis, Rural Studio propose aux étudiants en architecture d’apprendre leur futur métier de manière concrète via la construction de maisons pour mal-logés.

04(@DR).jpg


Réactions

marina | oaxaca,oaxaca | 14-01-2012 à 05:15:00

woow es hermoso ese espacio abierto, quedo increible, realmente felicito ala directora de ese lugar y bueno al arquitecto bruno seve y a su gran equipo de estudiantes y bueno a su fiel compañera bedani, nos dejo un lugar hermoso,digno de admirar y bueno se y me consta que dejaron no solo su trabajo ahi, sino EL CORAZON MISMO,SE que trabajaron dia y nocheeeeeeeeee para poder terminar el trabajo,hojala y hubiesen mas gente como ellos, mis felicitaciones SR ARQUITECTO un abrazo y deseando regrese pues los oaxaqueños le agradecemos su inspiracion

FREDY | VACF | mexico | 13-01-2012 à 20:33:00

jajajaja SE TUVO UN GRAN APRENDIZAJE EN ESTE PROYECTO ESPEREMOS QUE MAS ADELANTE SIGAMOS PROGRESANDO EN LA ARQUITECTURA Y EMPECEMOS A OCUPAR MAS ESPACIOS PERDIDOS ...

vace | architect | México | 13-01-2012 à 20:00:00

:D

Réagir à l'article


Enquête |L'Architecte diplômé d'Etat (ADE) en HMONP, un salarié comme les autres ?

Craignant de devenir des 'larbins d’agences' au début de la réforme LMD, voilà les jeunes architectes rassurés. Les textes sont clairs : outre la convention tripartite signée entre l’école,...[Lire la suite]


Compte-rendu |Devenir architecte-citoyen grâce au réemploi des matériaux de construction

Ouvrant un cycle de conférences dédié au réemploi de matériaux de construction, dont la première partie était organisée par l’association Bellastock le 29 février dernier à...[Lire la suite]

Actualité |Collectif Etc. promeut à vélo la ville citoyenne

D’une part, un tour de France à vélo. D’autre part, des projets réalisés par de jeunes architectes avec la participation de citoyens conquis. Cela donne 'Détour de France', périple conçu et...[Lire la suite]

Actualité |TEA for all and all for TEA : l'architecture in vivo

Organisé par l’enseignant Bruno Sève de septembre 2010 à avril 2011 à la Faculté d’Architecture UABJO à Oaxaca, au Mexique, l’atelier TEA (Taller Espacios Abiertos) visait à...[Lire la suite]

Enquête |HMONP : petit lexique à l'usage du profane

HMONP, ADE, MSP, VAE... La dernière réforme des études d’architecture n’a pas seulement transformé la formation des architectes. Elle a aussi révolutionné leur horizon sémantique,...[Lire la suite]