Design Ikonik septembre 2013

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Cahier Spécial - Maisons 2012

Visite | Jacques Moussafir relie les espaces et brouille les pistes (25-01-2012)

Livrée en septembre 2011 à Bois-Colombes (92), la Maison Leguay est une réhabilitation-extension composée de trois modules, dont deux neufs. Difficile pourtant de distinguer le nouveau de l’ancien, tant la géométrie, les matériaux et les menuiseries brouillent les pistes. Pour parfaire la fusion, des interstices vitrés jouent un rôle de sas.

French Touch | Réhabilitation | Extension | Logement individuel | Brique | Hauts-de-Seine | Jacques Moussafir

«Espace et lumière, fluidité et convivialité étaient les maîtres mots du projet». Les termes sont ceux de Laurence Leguay, maître d’ouvrage avec son mari Frédéric Leguay d’une maison livrée au terme de l’été à Bois-Colombes et non, contre toute attente, ceux de son architecte Jacques Moussafir.

Dans le salon, un ouvrage sur Peter Zumthor. Pas de doute, ces clients-là sont avertis. Avantage, inconvénient ? «Au-delà de la sympathie, ce qui compte est une vraie demande d’architecture», répond Jacques Moussafir.

La relation qui a donné naissance à cette maison de briques noires fut visiblement de confiance. En témoigne la visite du Courrier, que l’architecte a confiée à la propriétaire. «Nous nous sommes choisis», confirme Laurence Leguay.

«Ayant acheté ce terrain doté d’une maison typique de banlieue que nous voulions réhabiliter et agrandir, nous avions repéré les réalisations de Jacques à Montreuil et Suresnes. Un jour, l’une de mes collaboratrices évoque son nom. J’ai pris ça comme un signe». Le soir même, Laurence Leguay contacte l’architecte.

Malgré «un budget minuscule» (revu à la hausse depuis ndlr), il y a rencontre. Une affaire de goût donc.

Résultat : trois modules en équerre couvrent 232m², dont 114m² pour le pavillon d’origine en brique et pierre meulière relié à «deux clones», selon l’architecte, via deux failles de verre «allant des fondations jusqu’au toit», selon les maîtres d’ouvrage.

Précisément, entre les deux interstices vitrés, le module de circulation dessert d’une part la cuisine surmontée, à l’étage, de la chambre des parents et, d’autre part, le salon surmontant «les chambres des filles» en demi sous-sol.

«Ces césures vitrées offrent à la fois un rapport fugace avec l’extérieur tout en reliant différents lieux», souligne Jacques Moussafir. Par relier, il entend «brouiller les limites entre l’existant et les extensions».

02(@HerveAbbadie)_S.jpg«Les sas vitrés permettent d’éviter d’accoler la brique teintée dans la masse de l’extension et la brique peinte de la construction existante», ajoute Laurence Leguay. Effectivement, à l’extérieur, rien ne jure et le corps noir de la maison Leguay la distingue sans ostentation d’un contexte coquet.

«Nous n’étions pas partis sur une brique sombre a priori. Au départ, nous voulions de la brique constructive mais le prix est prohibitif. Quand j’ai découvert cette brique teintée dans la masse longue de 22 centimètres, je suis tombée en arrêt», souligne Laurence Leguay. «J’aurais préféré une brique plus satinée pour offrir un écho au toit en zinc», précise Jacques Moussafir.

Une teinte bienvenue par les voisins ? «D’aucuns y voient un effet blockhaus», sourit Laurence Leguay. De fait, l’impression est trompeuse. «C’est une maison hyper-ouverte sur elle-même». Articulée autour d’une terrasse et prolongée par un jardin sur lequel Jacques Moussafir a multiplié les ouvertures, l’espace intérieur est effectivement «fluide».

«Hormis celles des WC et des chambres des filles, pas de portes».

Par ailleurs, c’est béton au sol et parpaings apparents au mur. «Un choix évident» pour les Leguay, raccord avec l’économie du projet, nécessitant «une exigence quant à la pose», selon Jacques Moussafir.

Représentant «la brique constructive que nous n’avons pas pu nous offrir» [Laurence Leguay], le parpaing est une autre manière de «brouiller les choses» [Jacques Moussafir]. «Les parpaings viennent habiller l’isolant posé sur la brique porteuse de l’existant, alors qu’à l’inverse, dans l’extension, le parpaing est porteur», dit l'architecte.

Béton, brique, parpaing... mélèze. Outre le sculptural escalier, le bois compose de vastes caissons accueillant les baies vitrées ainsi que la menuiserie des autres ouvertures. Une façon «de réchauffer le tout» selon Laurence Leguay.

Ne pas y voir pour autant «une mise en oeuvre pittoresque». Pour Jacques Moussafir, aucun matériau n’est «anecdotique». Chacun est condition sine qua non d’un mariage réussi.

«Jacques Moussafir ne fait pas seulement des oeuvres d’art ; il se préoccupe de l’usage».

«Pour les Leguay, la spatialité est aussi importante que la fonctionnalité».

Une vraie rencontre.

Emmanuelle Borne

04(@JeromeRicolleau)_S.jpgFiche technique

Localisation : Bois-Colombes (92)
Programme : restructuration et extension d’un pavillon
Matériaux : maçonnerie en parpaings bruts, couverture en anthrazinc de chez VMZinc, brique noire de chez Wienerberger, escalier + menuiseries extérieures en bois de mélèze lamellé-collé, menuiseries extérieures des interstices vitrés en acier, cheminée Focus, luminaires Viabizzuno
Budget : 360.000€. H.T.
Surface : 232m² SHON (114m² restructurés + 118m² neufs)
Calendrier : 2005-2011

Réagir à l'article


Design Ikonik septembre 2013

Présentation |Fernando Menis, volcan, soupe et kilomètre zéro

Depuis Tenerife, Fernando Menis imagine une architecture tellurique, quasi volcanique. La plupart de ses édifices sont d’imposantes structures minérales, plus ou moins torturées, autant que peuvent l’être...[Lire la suite]

Notice |Casa MO par Gonzalo Mardones Viviani

Gonzalo Mardones Viviani aime à citer son maitre Alberto Cruz Covarrubias pour qui, un architecture sans idée relèverait simplement de la construction. «Il est à mon sens l’architecte le plus profond de la...[Lire la suite]



Design Ikonik septembre 2013

Album-photos |Pris en flag' à Miami !

Leurs bureaux sont à Paris et l'une de leurs dernières réalisations, à Miami. BarbaritoBancel Architectes a en effet récemment livré le «flagship» Dior de la métropole floridienne qui...[Lire la suite]

Design Ikonik septembre 2013

Album-photos |Le centre d'innovation de Santiago ? Elemental, mon cher Watson

«La plus grande menace pour un centre d’innovations est l’obsolescence fonctionnelle et stylistique», affirme Alejandro Aravena. Aussi, le fondateur de l’agence chilienne Elemental a conçu un parti atemporel...[Lire la suite]

Design Ikonik septembre 2013

Visite |Keramis et les cinq mousquetaires

Un bâtiment en peau de girafe. La proposition est étonnante d’autant plus qu’elle revêt le musée de la céramique de La Louvière. Sans doute faut-il y voir une allusion aux craquelures du...[Lire la suite]

Design Ikonik septembre 2013

Présentation |Dans la pampa, l'architecture en plat de résistance

La Patagonie adoucit les Argentins, les rend plus aimables voire généreux, dit-on. Le climat rigoureux et la nature grandiose imposent à tout homme ou femme de l'art un peu d'humilité. De fait, les agences De...[Lire la suite]