Design Ikonik septembre 2013

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Cahier Spécial - Maisons 2012

Présentation | Au Japon, une maison 'au teint de vent' (25-01-2012)

Implantée sur une falaise surplombant la baie de Sagami, 'la maison au teint de vent' (wind-dyed house) fut livrée en juillet 2011 par l’architecte Kazuhiko Kishimoto (agence acaa) dans la préfecture de Kanagawa, au sud de Tokyo. Prolongée par une 'engawa', véranda japonaise que l’architecte a déclinée sous forme d’escalier, la 'wind-dyed house' se 'perd' dans son paysage. 

Logement individuel | Japon | acaa

«Lorsque j’ai découvert le site pour la première fois, le vent était très plaisant». C’est avec une délicatesse toute japonaise que Kazuhiko Kishimoto explique le nom donné à la 'wind-dyed house', livrée durant l’été 2011 au sein de la ville de Yokosuka.

Précisément, implantée à mi-pente d’une falaise, 'la maison au teint de vent' fait face à l’océan Pacifique. «Unifier une 'coupe' ne s’opposant pas au sens du vent était un défi», souligne l’architecte.

Entourée d’épais massifs d’arbres, «silhouettes organiques animant la pente », la 'wind-dyed house' est le fruit d’une volonté «d’immerger» le bâtiment dans son paysage.

«Minimiser l’impact du bâtiment sur son environnement est une démarche traditionnelle au Japon. Ici, il est préférable de 'perdre' l’architecture plutôt que le contexte. C’est aussi la force de l’architecture japonaise», explique l’architecte.

A ce titre, Kazuhiko Kishimoto a choisi de ne pas élever la construction au-delà d’un niveau en prolongement de la rue. En fait, la maison est composée de trois niveaux, dont deux encastrés dans la roche.

De même, «le dessin des murs est essentiel en ce qui concerne la présence d’un bâtiment  et nous ne voulions pas que les murs de cette maison deviennent des surfaces obstruant ou entravant mouvements et vues», dit-il.

Pour conférer «transparence» au bâtiment, l’agence acaa a choisi de cerner le niveau du rez-de-chaussée de surfaces de verre et d’écrans en papier.

Par ailleurs, de vastes auvents prolongent le toit, projetant leurs ombres sur les façades, «adoucissant ainsi la présence physique du bâtiment».

«Les différents composants du bâtiment furent structurés de façon à permettre aux habitants de profiter d’une vue différente à chaque niveau», souligne Kazuhiko Kishimoto. Intégrés dans les surfaces vitrées des ouvertures ponctuant les façades du niveau bas, des écrans de papier japonais permettent «de refléter les ombres de la végétation alentour». Sinon, à l’intérieur, l’architecte a enduit la structure en béton armé de plâtre «afin d’obtenir des espaces calmes».

02(@HiroshiUeda)_B.jpgA l’étage, l’espace de vie d’un seul tenant est prolongé, via des baies vitrées, par une 'engawa', véranda japonaise «où la mer, le ciel, le vent vous saisissent à bras-le-corps». A l’intérieur, l’architecte a privilégié des surface en bois «afin d’unifier l’espace avec les arbres extérieurs».

Prolongeant une fine couverture obtenue «grâce à une structure en pont Vierendeel»*, les auvents «au tracé affûté» articulent espaces intérieurs et espaces extérieurs. Une séquence «essentielle» au Japon. Ainsi le sont toutes les transitions. La terrasse en forme de marches composant autant d’assises permet notamment «de se rapprocher graduellement du paysage».

«Prendre en compte la culture japonaise n’est pas un a priori. Elle découle du climat, de l’environnement, du site, autant de données essentielles pour créer l’architecture», souligne Kazuhiko Kishimoto.

Lequel met l’accent sur «la beauté des proportions». C’est-à-dire «une architecture calme et dynamique». Un oxymore bienvenu.

Emmanuelle Borne

* La structure 'Vierendeel', du nom de l’ingénieur qui l’a mise au point en 1896, est généralement employée dans les constructions où le maillage triangulaire des structures treillis classiques interférerait avec son esthétique ou ses fonctionnalités (ouvertures). (Wikipedia).

03(@HiroshiUeda).jpgFiche technique

Architecte : Kazuhiko Kishimoto / acaa
Lieu : Yokosuka Kanagawa
Livraison : juillet 2011
Structure : béton armé, acier
Surface du site : 454m²
Surface plancher : 286.93m²
Ingénieur structure : Takahiro Suwabe

Réagir à l'article


Design Ikonik septembre 2013

Présentation |A Milan, du néo-Tadao

Après les réalisations de David Chipperfield et Rem Koolhaas, Milan exige une nouvelle étape : les silos Armani, inaugurés le 30 avril 2015. Son architecte ? Difficile de le savoir. Un communiqué...[Lire la suite]

Présentation |Un Musée Palestinien !

La politique par la pierre. Le premier réflexe d'une nation est souvent d'ériger un musée à sa gloire, un «musée national». Tel fut le cas au XIXe siècle mais aussi au XXe siècle, tout...[Lire la suite]


Design Ikonik septembre 2013

Actualité |Les ruines modernes : c'est pas moi, c'est l'autre !

Signée Serge Kalisz, une lettre ouverte datée du 5 février 2016 et adressée à Michel Sapin, ministre des Finances, dénonce l’état de ruine du célèbre bâtiment conçu par...[Lire la suite]

Design Ikonik septembre 2013

Livre |L'architecture ‘'invisible' de Bernard Zehrfuss

Bernard Zehrfuss, Fitzcarraldo de Fourvière ? En s’appropriant les pentes de la colline sur laquelle, autrefois, se développaient les gradins de l’amphithéâtre de Lugdunum et en y logeant le musée...[Lire la suite]

Design Ikonik septembre 2013

Actualité |Herzog et de Meuron, de l'architecture ? du papier peint !

Encore une annonce, encore un musée, encore Herzog et de Meuron. Le new Vancouver Art Gallery vient d’être présenté au public. Signé du célèbre duo suisse, l’équipement culturel, haut...[Lire la suite]

Design Ikonik septembre 2013

Présentation |Loci Anima : troisième lieu pour septième art

Françoise Raynaud, fondatrice de l’agence Loci Anima, aime à citer le sociologue américain Ray Oldenburg et son concept de «troisième place». «Comment donner l’envie d’aller au...[Lire la suite]