Design Ikonik septembre 2013

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Cahier Spécial - Maisons 2012

Présentation | DmvA, du camouflage à l'oeuf (25-01-2012)

«Nos projets sont expérimentaux». En conséquence, l’agence DmvA (Tom Verschueren et David Driesen) développe en Belgique maison camouflée et œuf habitable. «Les matériaux sont toujours les mêmes et nous n’en découvrirons pas de nouveau. Nous n’avons donc qu’à utiliser ceux dont nous disposons mais d'une autre façon et dans un autre contexte», explique Tom Verschueren. 

Logement individuel | Belgique | dmvA Architecten

L’ambition est simple : «créer une autre manière de faire de l’architecture où les émotions sont au centre de la réflexion».

A Holsbeek, à quelques vingt kilomètres au nord de Bruxelles, l’agence se voit confiée la réalisation d’une maison. Leur client, un metteur en scène.

Au programme, une construction contemporaine. «Or, la réglementation en Belgique est classique ; elle offre généralement la possibilité de bâtir sur deux niveaux avec un toit en double pente. Ici, le propos était inadapté à la situation», soutient l’architecte.

Et pour cause : la parcelle est située en forêt. «Nous avons souhaité positionner la maison ailleurs qu’à l’endroit où les règles nous l’autorisait, ce qui, au passage, aurait nécessité la coupe de huit à neuf arbres».

Bref, restait à convaincre les autorités.

«Nous voulions un bâtiment invisible. Nous avons choisi un objet simple qui suit la pente du terrain», explique Tom Verschueren.

02(@DR).jpg«Nous demandons à nos clients de décrire un programme sans image. Le projet résulte ensuite d’une communication intensive. Nous nous réunissons chaque semaine pendant plusieurs années», poursuit-il.

Dans les bois, émerge donc une sombre présence couverte de caoutchouc et de grilles. Le dessein est, à terme, que la construction soit entièrement recouverte de vigne vierge. «Notre vision était celle du maître d’ouvrage : le vert, l’arbre, vivre dans la nature».

Si l’avant-projet suggérait un parti et une forme, en somme un concept, les autorités eurent raison des dimensions de l’objet. «Nous avons dû nous adapter et revoir l’intérieur», note l’architecte.

A l’arrière, la cuisine et le séjour dont la baie donne sur les arbres de la forêt. Côté rue, l’atelier. Entre ces deux espaces, chambres et salles de bains. «Il y a un couloir le long du bâtiment ; une solution pragmatique et fonctionnelle», assure Tom Verschueren.

03(@DR)_B.jpgCamouflée, la maison W relève d’une démarche faisant du contexte un élément déterminant du projet. «L’invisibilité ne nous caractérise pas. Même si nous avons plusieurs projets qui adoptent cette même attitude, il ne s’agit que de hasard», dit-il.

Outre la maison de Holsbeek, le musée de Malines se terre lui aussi pour effacer sa présence.

A ces figures escamotées, l’architecte oppose des partis audacieux plus visibles. «Une cliente nous avait demandé à Anvers l’extension de sa maison. Nous avions alors développé une forme organique qui nous fut refusée lors de la demande de permis de construire».

04(@DR).jpgLa solution : un parti mobile «qu’on ne peut pas refuser» et un contour, «celui d’un oeuf». «Cette forme symbolise la mobilité. Elle s’adapte à chaque situation. L’oeuf peut être placé n’importe où ; le rectangle impose un sens quand le rond, lui, n’a pas de direction. Nous sommes ainsi liés à la nature», explique Tom Verschueren.

Aujourd’hui commercialisé sous le nom «blob vb3», l’oeuf offre la possibilité d’une extension à moindre frais et sans permis. Il n’en reste pas moins pour DmvA deux ou trois maisons unifamiliales à concevoir par an.

«Nous sommes connus pour l’extraordinaire», dit-il.

Jean-Philippe Hugron

Réactions

Nathalie | Chaponost (69) | 21-10-2015 à 20:56:00

Je trouve cette idée géniale, beau et design. Je serai intéressée de connaitre le prix de "blob vb3»car il me manque une chambre (pour ma fille qui vient régulièrement), dans notre nouvelle maison, mais par contre notre terrain est inconstructible.L’œuf nous conviendrait bien, nous sommes au milieu de la nature. est ce qu'il existe dans une autre couleur ? Bravo super idée

Réagir à l'article


Design Ikonik septembre 2013

Portrait |Carl Fredrik Svenstedt, Swedish connection

Parisien, Suédois, formé aux Etats-Unis, ayant grandi au Canada, Carl Fredrik Svenstedt est un étrange hybride culturel. Architecte, il joue, derrière une apparence sage, des contradictions. Un goût pour la...[Lire la suite]

Portrait |Fernando Higueras, un brutaliste en l'île

A l’heure où l’architecture peut se limiter à quelques effets de façade – peut-être le seul espace de liberté d’une profession – les regards se tournent, nostalgiques, vers le...[Lire la suite]


Design Ikonik septembre 2013

Portrait |Emmanuelle Colboc, comme une feuille délicate sous un rocher

Apposer quelques mots sur l’acte de bâtir. L’ambition est née d’un constat simple ; «Nous parlons d’architecture de façon trop compliquée, ce qui, de fait, l’éloigne du...[Lire la suite]

Design Ikonik septembre 2013

Portrait |Il était l'architecte le plus dangereux du monde

L'appréciation n'est pas celle du Courrier de l'Architecte… mais du FBI. Sous la plume de son premier directeur, J. Edgar Hoover, elle cible un américain : Gregory Ain (1908-1988). Ses fréquentations teintées...[Lire la suite]

Design Ikonik septembre 2013

Portrait |Emmanuelle Colboc, comme une feuille délicate sous un rocher

Apposer quelques mots sur l’acte de bâtir. L’ambition est née d’un constat simple ; «Nous parlons d’architecture de façon trop compliquée, ce qui, de fait, l’éloigne du...[Lire la suite]

Design Ikonik septembre 2013

Portrait |Sandra Planchez face à l'appel de la nouveauté

Tout nouveau, tout beau ? Sandra Planchez témoigne d’un goût immodéré pour la nouveauté. Il n’y a là pourtant rien d’une fuite en avant - qu’elle condamne par ailleurs - ni...[Lire la suite]

Erratum : crédit image : cantin-planchez-DR