Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Présentation | Louvre-Lens : la délicatesse, casse-tête japonais (29-02-2012)

Lauréats le 29 mars 2010 du prix Pritzker, Kazuyo Sejima et Ryue Nishizawa offrent, avec le Louvre-Lens, dont l’ouverture est prévue en décembre 2012, à la fois un modèle de rationalisation programmatique et d’insertion délicate au sein d’un site atypique. Ce grâce à une architecture dont la sobriété est, de fait, signée SANAA. Une simplicité trompeuse.

Culture | Bâtiments Publics | Lens | SANAA

Dernière ligne droite pour le Louvre-Lens, dont la livraison est prévue en août 2012. «La muséographie prendra ensuite le relais puis, de septembre à novembre, au tour de l’installation des oeuvres», souligne Louis-Antoine Grégo, responsable du projet aux côtés de Yumiko Yamada et représentant de SANAA.

Ayant rejoint l’agence tokyoïte en 2006, l’architecte français fut, dans un premier temps, mobilisé sur le Rolex Learning Center à Lausanne avant de se consacrer au Louvre-Lens en phase APS et de s’installer sur place en 2009.

«Une île verte au milieu de la ville». Louis-Antoine Grégo rappelle l’histoire d’un site «atypique». Cerné par une lisière arborée ayant progressivement colonisé le réseau de rails d’une ancienne exploitation minière, le terrain sur lequel s’élève le Louvre-Lens de jour en jour donne «l’étrange sentiment d’une clairière». Un paysage que Kazuyo Sejima et Ryue Nishizawa tenaient à préserver.

02(@DR)_B.jpgD’où le fractionnement du programme en cinq volumes distincts. Notamment, galerie du temps (3.000m²) et espace dédié aux expositions temporaires (2.000m²) sont répartis de part et d’autre d’un hall d’accueil de 4.000m². Si les perspectives donnent l’impression de surfaces planes, ne pas s’y fier. Les différents volumes suivent «les courbes naturelles du site».

«Les murs sont légèrement courbes et les toitures, en écho à la pente du site, légèrement inclinées», précise Louis-Antoine Grégo. La subtilité sera donc perceptible sur place. Une signature.

Avec SANAA, aussi, «ce que je perçois à l’extérieur est ce que je vis à l’intérieur». En clair, grâce au fractionnement du programme «en entités logiques», pas de couloirs mais «une expérience continue».

Quant aux matériaux, ils participent à «la délicate insertion» du projet. Entièrement vitré, le hall d’accueil s’ouvre généreusement sur un parc de vingt hectares confié aux bons soins de la paysagiste Catherine Mosbach. Pour les façades de la galerie d’expositions temporaires et de la galerie du temps, les architectes ont choisi un aluminium anodisé reflétant le paysage.

Aux surfaces changeantes, un espace introverti. «L’absence de vocabulaire architectural, c’est-à-dire d’ouvertures, permettra de se concentrer sur les oeuvres», souligne Louis-Antoine Grégo. Compter toutefois sur un plafond vitré pour l’apport de lumière.

03(@SANAA -ImreyCulbert-CatherineMosbach)_S.jpgBref, bien «planté», le Louvre-Lens est néanmoins d’une sobriété reconnaissable entre toutes. Si Louis-Antoine Grégo assure que le chantier ne présente pas «de complications particulières», il souligne néanmoins la difficile mise en oeuvre d’un dessin parmi les plus fins.

«Dans le cadre d’une architecture bavarde, l’erreur est moins visible. En revanche, la simplicité du Louvre-Lens ne peut souffrir d’aucun défaut», précise Michel Lévi, cofondateur de l’agence Extra Muros, désignée comme architecte d’opération du Louvre-Lens.

Autrement dit, «la simplicité apparente implique une grande complexité». De fait, compter treize architectes, dont huit côté SANAA, pour seconder Yumiko Yamada et Louis-Antoine Grégo, lesquels supervisent la réalisation «de techniques inhabituelles», selon Michel Lévi. Parmi celles-ci, les planchers réversibles des galeries d’exposition. «L’air est soufflé par le sol puis récupéré latéralement en partie haute car les plafonds, transparents, ne portent aucun réseau».

La complexité est d’autant plus accrue que le projet est «hors normes», en termes d’échelle certes mais aussi de délais et de budget. «Très serrés», selon les architectes.

Alors, lequel de la poule ou de l’oeuf ? Si les entreprises ont sous-évalué leurs coûts, c’est sans doute en raison de l’apparente simplicité de l’ouvrage.

Bref, comptant semble-t-il davantage de thuriféraires que de détracteurs, la sobriété des projets signés SANAA appelle une exécution des plus précises. De fait, les équipes travaillent d’arrache-pied pour tenir les délais.

«L’ouverture au public est fixée au 4 décembre 2012», assure Louis-Antoine Grégo.

Emmanuelle Borne

04(@SANAA -ImreyCulbert-CatherineMosbach)_B.jpg

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 d'Ellenamehl

2018 : une année de chantiers tous azimuts ! 2019 devrait être du même ordre… Réemploi du bâti, seconde vie, site patrimoniaux complexes ou bâtiments neufs dans des quartiers en devenir, l'agence ne...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'Ellenamehl

2018 : une année de chantiers tous azimuts ! 2019 devrait être du même ordre… Réemploi du bâti, seconde vie, site patrimoniaux complexes ou bâtiments neufs dans des quartiers en devenir, l'agence ne...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 d'AAVP

Entre transparence et opacité, ornement et austérité, entre la violence du quotidien et la résistance de certains, l’amour dans tout ça se fraye encore un chemin. Les projets de l’année 2018 ne...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Groupe-6

Expositions, Saclay, santé !    L'exposition Interactions à la Galerie d'architecture s'est prolongée à Grenoble où elle durera encore quelques semaines ! Cette année 2018 a aussi mis à...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'archi5

Encore une année riche en succès lors de concours pour archi5 année : Un collège, gymnase et salle de sport à Orléans, un lycée à Ris-Orangis, un groupe scolaire à Chennevières...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Marjan Hessamfar et Joe Vérons Architectes Associés

Une année 2018 intense et stimulante pour l’agence avec 3 projets livrés : le Gymnase Alice Milliat à Bordeaux, l’extension des locaux de la CC2R à Valence d’Agen et le Centre technique environnemental de...[Lire la suite]