Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Visite | Sous les écailles mordorées, la fonctionnalité du nouveau Théâtre 95 signé GPAA  (06-06-2012)

Bling-bling ? Plutôt gourmand, le nouveau Théâtre 95 de Cergy-Pontoise livré en mai 2012 par GPAA (Gaëlle Péneau Architecte et Associés). Enveloppée d’écailles de cuivre, la nouvelle salle est liée à l’ancien théâtre via un hall-atrium. Sous les reflets d’une peau mordorée, un espace des plus fonctionnels.

Extension | Bâtiments Publics | Culture | Cuivre | Cergy-Pontoise | GPAA

«Le Théâtre 95 ? Tournez à gauche juste après la passerelle. Vous ne pouvez pas le rater ; vous serez éblouie», décrit un passant à la sortie de la station Cergy Préfecture du RER A.

Composé de l’ancien bâtiment en voie de réhabilitation, l’historique Théâtre 95 de Cergy-Pontoise compte, depuis mai 2012, une nouvelle salle 'multifrontale' de 400 places parée d’écailles d’or. Laquelle forme désormais la tête de proue d’un bâtiment comptant par ailleurs une salle de 150 places, réhabilitée par GPAA.

«En plus de l’extension et du hall faisant la jonction entre ancien et nouveau bâtiment, nous étions notamment chargés de la mise aux normes PMR et incendie de l’ancienne salle», précise Sylvain Lerays, chargé du projet et associé de GPAA.

Ce dernier s’amuse de l’effet produit par l’enveloppe. «Les enfants la compare à ce fameux chocolat emballé dans du papier d’or», sourit-il.

Effectivement, avec leurs écailles mordorées, en partie facettées et leurs contours irréguliers, les façades aveugles invitent à la gourmandise. «Nous avons l’habitude de travailler le cuivre et, par ailleurs, nous voulions animer un contexte urbain plutôt terne», explique l’architecte.

Quid de l’effet du temps sur l’éclat ? «Ces écailles composées d’un alliage cuivre et aluminium vont à peine se patiner», assure-t-il. Lesquelles sont plus appétissantes que les grises façades de l’ancien théâtre.

Et pourtant ! «Je l’aime beaucoup ce bâtiment préfabriqué. D’ailleurs, il a abrité l’école d’architecture et d’urbanisme de Cergy-Pontoise avant de devenir une école d’arts puis d’être transformé en théâtre», proteste Sylvain Lerays, lequel précise avoir plaidé à maintes reprises pour intégrer son entière réhabilitation dans la mission de GPAA, agence lauréate du concours organisé en 2007.

In fine, GPAA fut chargée, dans l’ancien théâtre, outre de l’ancienne salle, de la création d’une librairie et de l’espace réservé aux loges, à défaut des façades et du café de la Place donnant directement sur le hall d’accès commun aux deux volumes. De fait, le volume existant souffrait sans doute la comparaison puisqu’il a fini par faire peau neuve.

02(@11h45)_S.jpgLaisser en l’état le bâtiment historique n’avait effectivement pas de sens vu le parti-pris de GPAA, l’agence ayant choisi de lier extension et existant via un hall 'semi-public' implanté sur le tracé du Fil d’Ariane, cheminement piéton parcourant Cergy-Pontoise sans interruption du Sud-Est au Nord-Ouest de la ville.

Quand l’ensemble des finalistes du concours avait opté de positionner l’extension au nord du théâtre en vertu de ce parcours que la Communauté d’Agglomération de Cergy-Pontoise, maître d’ouvrage, souhaitait préserver, GPAA a fait un choix gagnant en préférant implanter le projet à l’est, intégrant ainsi la promenade dans le bâtiment.

A l’intérieur, l’espace foisonne en clins d’oeil. Ici, des poteaux en acier sont une référence à la structure métallique de l’ancien bâtiment. Là, les architectes ont conservé le dessin des panneaux de l’ancien théâtre. Quant à la peau mordorée de la nouvelle salle, elle participe, avec les passerelles liant les deux volumes, à brouiller les frontières entre intérieur et extérieur.

Bien d’autres détails ajoutent au jeu des contrastes, tels ces garde-corps au dessin baroque évoquant les ferronneries des balcons parisiens. Bref, entre dehors et dedans, le hall d’accueil du théâtre 95 emprunte à l’extension comme à l’existant.

Serti de façades-rideaux de part et d’autre, ce long passage est surplombé d’un plafond plissé. «Une référence aux sheds du bâtiment existant», souligne Sylvain Lerays.

Une manière aussi de joindre les sept mètres de hauteur de celui-ci aux quinze mètres de celui-là. «En transformant le plissé en lanières pour grimper, nous avons créé des percées latérales permettant de ramener la lumière naturelle à l’intérieur de l’atrium».

03(@11h45)_B.jpgDe la lumière à l’ombre. Au sein de la nouvelle salle, la fantaisie fait place à la rigueur, excepté les motifs floraux de panneaux acoustiques aux tons prune. «Nous nous sommes inspirés du verger situé derrière le théâtre». 

D’aucuns le jugeront coquet mais le dessin permet d’animer un espace purement technique, cube autour duquel se greffent régie, dépôts et loges. «D’où, à l’extérieur, une forme irrégulière».

N’en n’étant pas à son premier essai en la matière, GPAA n’a rien laissé au hasard. Sous le grill technique, les gradins rétractables permettent bien des combinaisons. Il y aussi cette passerelle technique suffisamment large pour accueillir du public. «Le tout permettant de consacrer entièrement l’espace du rez-de-chaussée aux spectacles».

D’autres aménagements témoignent du pragmatisme de GPAA, telles les toilettes intégrées à la régie ou encore cette loge de proximité dans la Maison des artistes, laquelle comprend, outre la nouvelle salle, les espaces de livraison.

«Nous avons de très bon retours de la part des utilisateurs», assure Sylvain Lerays.

Ne pas se fier à un motif floral ou aux écailles dorées : «chez GPAA, nous épousons toujours les contraintes». Form follows function. La peau ? Cerise sur le gâteau.

Emmanuelle Borne

04(@11h45)_B.jpgFiche technique

Programme : salle multifrontale de 400 places, annexes techniques, loges, hall-atrium assurant la jonction entre bâtiment ancien et bâtiment neuf, réhabilitation d’une salle existante de 170 places, mise en conformité handicapés et sécurité
Maître d’ouvrage : Communauté d’Agglomération de Cergy-Pontoise
Architecte : GPAA
Calendrier travaux : mars 2010-mai 2012
Surface : 3.000m²
Coût : 9.800.000€ HT

Co-traitants : Dominique Montassut (Architecte, Paysagiste, Urbaniste), CET ING. (BET TCE), Fabrice Bougon (économiste), Thierry Guignard (Scénographe Conception), XNS (Scénographe Exécution), Isabelle Hurpy (Consultante HQE), Acoustibel (Acousticien)

Certification HQE : 1ère salle de spectacles faisant l’objet d’une certification HQE, désignée comme référentiel H.Q.E. pour les équipements culturels

Réactions

PAUL TIMOTHEE | Professeur d'Histoire-Géographie | IDF, CERGY | 27-10-2014 à 15:14:00

C'est un cube doré avec une face supérieure ayant une multitude pics.
Cette architecture est très originale.

LINE | DIRECTRICE D'ÉCOLE | Ile de France | 21-10-2014 à 10:54:00

Quelle est la forme du théatre 95 ??
Merci de bien vouloir répondre au plus vite !!

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 de Métra+Associés

La livraison du collège et de la crèche rue des Pyrénées et des maraîchers dans le 20ème arrondissement de Paris  achève le grand projet mixte de remodelage urbain regroupant un centre-bus de la...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Margot-Duclot

Le mois de décembre 2018 prolonge une année très occupée par des chantiers et des concours avec le suivi de 5 opérations simultanées : la dernière ligne droite pour la Caserne de Reuilly à Paris...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de Bruno Gaudin Architectes

Parmi les belles actualités de l'agence Bruno Gaudin Architectes, deux équipements culturels singuliers qui s'inscrivent dans une démarche de valorisation du patrimoine ont été récemment livrés. Un...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Gilbert Weil

AuroreLe permis de démolir était en cours.Mais “La tour prends garde de te laisser abattre“ a été entendu.[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de NeM

NeM vous présente deux projets : la collection d’art africain de la Congrégation du Saint-Esprit et le Siège de WWF France.[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de PANARCHITECTURE

Ce sont des projets tant attendus qui sortent enfin de terre : trois maisons individuelles neuves dans le sud de la France et un Hôtel à Paris rue du Faubourg Saint Honoré.  Ce sont quelques journées en gilets jaunes...[Lire la suite]