Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil International

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

France | Extension du musée Unterlinden, à Colmar (29-08-2012)

Suite à la décision d'agrandir le musée Unterlinden, la Ville de Colmar a confié, après plusieurs années d’études préliminaires et de programmation, la maîtrise d’oeuvre à l’agence d’architecture suisse Herzog & de Meuron. Les travaux, démarrés en juin 2012, devraient se terminer au 1er trimestre 2014, permettant, grâce à cette extension, de multiplier par deux la surface actuelle du musée, pour la porter à près de 8.000m². Communiqué.

Haut-Rhin | Herzog & de Meuron

Un des fleurons du patrimoine alsacien, le musée Unterlinden - qui reste l’un des plus prestigieux et des plus fréquentés de France - n’offre plus les conditions de présentation, de visite et de confort des établissements de sa catégorie ; en outre, les salles d’expositions et les réserves sont saturées et les locaux de travail totalement insuffisants.

Une opportunité unique d’extension est offerte par la disponibilité du bâtiment voisin des bains, bel édifice de 1906 libéré par la réalisation d’une nouvelle piscine couverte. Englobant les deux bâtiments ainsi que l’espace environnant, l’ensemble de l’opération représentera une modification structurante majeure pour l’urbanisme et le tourisme à Colmar.

La situation de Colmar, l’un des grands pôles touristiques français au coeur de l’Alsace et de l’Europe, justifie pleinement cette intervention qui bénéficie ainsi d’une inscription prioritaire au Contrat de Projets Etat-Région 2007/2013. Avec un coût d’objectif qui avoisine 30M€ HT (soit 36M€ TTC), compte tenu également des aménagements urbains concomitants, l’ensemble de l’opération réunit, autour de la Ville de Colmar, maître d’ouvrage, les partenariats de l'Etat, de la Région Alsace, du Département du Haut-Rhin et de la Société Schongauer administrant le musée et le soutien de mécènes privés.

A l’issue de plusieurs années d’études préliminaires et de programmation, la maîtrise d’oeuvre a été attribuée à l’agence d’architecture suisse Herzog & de Meuron, de réputation internationale. Après l’achèvement des travaux d’extension, l’objectif est de viser dans un premier temps 320.000 visiteurs, niveau permettant d’assurer le seuil de rentabilité avec la nouvelle ambition affichée. La qualité du 'nouvel Unterlinden' contribuera à dépasser rapidement cette fréquentation.

02(@Herzog&de Meuron)_B.jpgCette extension va permettre de multiplier par deux la surface actuelle du musée, pour la porter à près de 8.000m². De nombreux chefs d’oeuvre, notamment d’art moderne et contemporain, aujourd’hui conservés en réserve, pourront enfin être présentés au public grâce à une muséographie innovante.

Avec son nouvel aménagement, le musée Unterlinden prend une forme contemporaine et audacieuse : celle d’un musée largement modernisé, réaménagé et considérablement agrandi. Le projet d’extension invente un nouveau musée, où l’éducation du regard et l’apprentissage de l’oeuvre d’art sont au coeur du projet muséographique, où les technologies d’information et de communication les plus récentes sont mises en place. Ce réaménagement met en oeuvre un musée ouvert et accessible à tous.

Cette opération représente un projet majeur pour l’urbanisme de la Ville de Colmar et l’attraction touristique de la région Alsace. En plus d’être un enjeu culturel pour l’ensemble de la région, l’extension du musée Unterlinden se présente comme un facteur de développement urbain, économique et de cohésion sociale.

Durant la durée des travaux (de juin 2012 au 1er trimestre 2014), le Musée Unterlinden reste ouvert.

03(@Herzog&de Meuron)_B.jpgLe projet architectural d’Herzog & de Meuron

Le projet d’extension du Musée Unterlinden à Colmar est constitué de deux ensembles qui se font face de part et d’autre de la future place Unterlinden : d’un côté, le cloître médiéval avec la chapelle abritant actuellement le Retable d’Issenheim de Grünewald et de l’autre, l’Aile nouvelle d’une volumétrie similaire à la chapelle, qui constitue son pendant en formant avec les bâtiments des Bains une deuxième cour de l’autre coté de la place Unterlinden.

Entre ces deux ensembles, un petit édifice (la Petite Maison), interprétation d'un bâtiment qui marquait l'entrée de l'ancien couvent, marque la présence du musée dans la ville. Le couvent et l’Aile nouvelle sont liés par une galerie souterraine. Cette galerie, composée de trois salles d'expositions qui se succèdent, traverse la Petite Maison.

Le réaménagement de la place Unterlinden fait partie intégrante du projet d’extension. Il ne s’agit pas de faire une architecture moderniste ou contemporaine sur cet espace, mais plutôt de reconstituer en partie des éléments du tissu historique d’origine de la ville comme la réouverture du canal de la Sinn. Celui-ci formera une sorte d’axe de symétrie des deux entités.

04(@Herzog&de Meuron)_B.jpgL’entrée à l’ensemble du musée ainsi qu’à la nouvelle boutique et la distribution interne se fait par conséquent depuis la place Unterlinden. La façade du couvent, qui est déjà composée d’éléments de différentes périodes, est traitée de manière discrète et ponctuelle. Le musée existant dans le cloître ainsi que la chapelle avec une surface actuelle d’exposition de 3.300m² est mis aux normes de sécurité. Ces travaux sont entrepris en étroite collaboration avec la Conservation des Monuments historiques et les travaux de restauration sont réalisés par l’Architecte en Chef.

L’Aile nouvelle reprend la volumétrie de la chapelle des Dominicaines. Son architecture évoque une architecture archaïque sans l’imiter. Les façades de briques cassées permettent de créer d’une manière contemporaine une rugosité qui intègre le bâtiment dans son contexte historique au centre de Colmar. La toiture et le pignon incliné sont en cuivre. La petite maison sur la place est matérialisée de la même manière.

Le bâtiment de cette nouvelle aile est notamment dédié à abriter des expositions temporaires et la collection du XXe et XXIe siècle sur trois étages et augmente la surface d’exposition de 1.000m². Les ouvertures cadrent des vues spécifiques vers la ville donnant un sens d’orientation et font entrer ponctuellement la lumière naturelle dans le musée. Ces fenêtres sont une transformation entre une forme rectangulaire depuis l’intérieur et une ogive de l’extérieur.

05(@Herzog&de Meuron)_B.jpgAu premier étage, une connexion est créée entre l’ancienne piscine et l’Aile nouvelle. L’espace de la piscine sera d’une part un espace événementiel et de temps en temps accueillera des installations d’art qui ne nécessitent pas de traitement climatique. De cette manière, la piscine sera un lieu visité et utilisé par les Colmariens dans le cadre de différentes manifestations.

Les façades de la cour - qui autrefois étaient cachées par des fonctions secondaires des bains - seront rénovées de manière historique. Le rez-de-chaussée de l’ancienne piscine offre à l’Office de Tourisme des nouveaux espaces représentatifs avec accès direct de la place Unterlinden face à l’entrée principale du musée. Les bureaux du musée et de la Société Schongauer seront installés dans l’ancien pavillon d’administration des bains délicatement rénové.

Le projet associe, de manière étroite et nécessaire, trois dimensions : urbaine, muséographique et architecturale. Le musée Unterlinden, dans son architecture comme dans son contenu, participe de l’histoire de la ville. Le projet souhaite ainsi rendre visible cette relation dans une nouvelle synthèse architecturale qui permette de projeter le musée dans le futur.

06(@Herzog&de Meuron)_B.jpg Fiche technique

Programme : extension du Musée Unterlinden
Maitre d'ouvrage : Ville de Colmar
Maître d'oeuvre : Jacques Herzog, Pierre de Meuron

Surface traitée : 7.800m² total dont 5.800m² (existante) et 2.000m² (neuve)
Architecte co-traitant : DeA architectes, Mulhouse

Bureau d’étude structures & fluides : Coteba Est, Strasbourg
Economiste de la construction : C2Bi, Strasbourg,
Bureau d’étude acoustique : Echologos, Livry-Louvercy
Muséographie, conception et conseil : Jean-François Chevrier, historien d’art
Ingénierie façade : PPEngineering, Bâle
Bureau d’étude paysage : Cap Vert Infra, Grenoble
Signalétique : NewID, Bâle
Conseil éclairage : Arup, Londres
Conseil paysage : August Künzel Landschaftsarchitekten, Bâle

Surface d'exposition : 2.710m² (existante) et 1.580m² (neuve)

Dates : Concours : 2009 / Conception, développement : 2010-2011 / Réalisation : 2012-2014
07(@Herzog&de Meuron)_B.jpg

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 de Philippe Pumain

2018, comme les précédentes, est passée à toute vitesse. 2019 devrait voir la fin du chantier et la réouverture du théâtre du Châtelet, entre autres…[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Bechu & Associés

Une année riche en projets à toutes les échelles (urbaine, architecturale et intérieure avec notre équipe Volume ABC) pour notre agence familiale et internationale qui se prépare à fêter ses 100...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 d'Elizabeth de Portzamparc

Le Musée de la Romanité de Nîmes, événement architectural et culturel contemporain, a été inauguré le 2 juin. Une monographie sur le travail d’Elizabeth de Portzamparc a été...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de NeM

NeM vous présente deux projets : la collection d’art africain de la Congrégation du Saint-Esprit et le Siège de WWF France.[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de NOMADE architectes

Riche actualité pour l’agence NOMADE architectes cette année ! 2018 est ponctuée par les livraisons de programmes variés dont 36 logements collectifs à Caen (14), l’Hôtel de Ville à...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Stéphane Maupin

En 2018 Richard Scoffier synthétise l’année et toutes les années précédentes dans un bel article de presse papier. Il s’intéresse à tous ces beaux projets que l’agence invente,...[Lire la suite]