Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil International

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Emirats Arabes Unis | Zaha Hadid, Lady Gaga de l'architecture ? (12-09-2012)

La disparition progressive de l’instinct humain serait-elle comparable à l’ascension sur la scène musicale d’une Lady Gaga ? Dans une chronique parue le 31 juillet 2012 dans le journal de langue arabe Arch-News, l’architecte Marwa Alsabouni estime que le succès rencontré par l’architecture de Zaha Hadid n’est pas le fruit d’un simple engouement mais un phénomène contemporain.  

Abu-Dhabi | Zaha Hadid

Contexte
Figure du mouvement déconstructiviste et première femme à obtenir le Pritzker, Zaha Hadid est une architecte reconnue sur la scène internationale. Quel rapport avec la chanteuse Lady Gaga ?
Selon l’architecte Marwa Alsabouni, deux univers radicalement différents peuvent pourtant générer de semblables réactions chez l’être humain.
De nous plonger dans les fondamentaux du déconstructivisme entraînant des conceptions architecturales en rupture avec l’histoire, le site, les traditions et la société.
L’architecture de Zaha Hadid serait-elle thérapeutique ?
SH

LA LADY GAGA DE L’ARCHITECTURE DU XXIE SIECLE
Marwa Alsabouni | Arch-News

ABU DHABI - Si nous allions faire un tour le long de l’avenue principale d’une capitale mondiale, nous y assisterions à un spectacle culturel à nul autre pareil. Nous y verrions sans doute des visages et des corps recouverts de tatouages, de couleurs et de vêtements de toutes sortes. Des voitures à l’allure d’engins spatiaux circuleraient autour de nous et différents écrans électroniques s’allumeraient entre les mains et dans les sacs des passants. Par ailleurs, les vitrines des boutiques ajouteraient aux millions d’images emplissant la rue.

Nous remarquerions sans doute des posters de la célèbre chanteuse Lady Gaga, la plus excentrique d’entre toutes avec ses vêtements, sa coiffure et son maquillage affriolants.

In fine, peut-être croiserions-nous un édifice conçu par l’architecte Zaha Hadid, clou de notre visite, que nous confondrions avec un bâtiment du film 'Avatar', de James Cameron.

Tout comme les autres arts, l’architecture a toujours été l’expression de la culture, qui n’est autre que le reflet de la connaissance et de l’instinct humains. Mais qu’en est-il de cette connaissance et de cet instinct aujourd’hui ?

Concernant la connaissance, je pense qu’il n’existe aujourd’hui que des extrêmes. D’un côté, les penseurs les plus sages et les plus grands créateurs, de l’autre, les esprits les plus ignorants.

02(@IanD)_S.jpgMais qu’en est-il de l’instinct ? Qu’est-ce que l’instinct et comment l’identifier ? Je pense qu’il fait, de tous temps, partie inhérente de la nature humaine. A l’instar du 'pilote automatique' des avions, il assure notre survie.

Depuis son existence sur terre, l’homme se tient à distance de ce qui le met en danger ou provoque sa mort, se rapprochant de la vie. A ce titre, il y a des formes architecturales jugées 'hostiles' alors que d’autres seraient, au contraire, 'chaleureuses'.

Les êtres humains s’éloignent instinctivement de ce qu’ils anticipent comme étant dangereux - même si ce n’est pas le cas -. C’est en substance ce qu’évoque Roger Scruton (un philosophe anglais conservateur, nda) dans son livre The Aesthetics of Architecture (1979), où il explique que le fait de percevoir des formes comme 'hostiles' ou 'cruelles' n’est pas d’ordre visuel ; il s’agit là d’un phénomène commun qui n’est pas propre à l’architecture.

Roger Scruton ne précise pas clairement pourquoi une forme est perçue comme 'douloureuse' par l’esprit humain. Qu’est-ce qui provoque cette appréhension ?

Il s’agit d’expériences instinctives, propres à tous les êtres humains. Ceci expliquerait pourquoi les angles pointus ne sont pas légion dans les espaces publics et notamment les jardins d’enfants. Même s’ils étaient conçus de manière à éviter les accidents, ils provoqueraient 'automatiquement' notre méfiance.

Cependant, qu’en est-il de l’instinct aujourd’hui ?

A l’ère des technologies les plus avancées, l’étrangeté - c’est-à-dire le détachement de notre instinct - fait partie de notre quotidien.

03(@JohnPicken) .jpgCe phénomène explique-t-il le rayonnement de l’architecture de Zaha Hadid au XXIe siècle ? La privation d’instinct et la recherche de sensations fortes expliquent-elles l’engouement pour ses bâtiments ?

Il est normal pour l’être humain, à l’heure où l’instinct se perd et où le progrès représente un défi quotidien, d’être à la recherche d’aventures telles le saut en parachute, le saut à l’élastique et autres expériences dont les clones de Lady Gaga se font les chantres.

Mais voulons-nous réellement sauter tous les jours d’un avion ? Les jeunes hommes veulent-ils voir leur épouse ressembler à Lady Gaga ?

Si la réponse est 'oui', alors les bâtiments de Zaha Hadid rempliraient nos villes.

Cela écrit, si d’instinct nous avons besoin d’entendre le bruit des courants et du vent dans les arbres, comme nous avons besoin de contempler l’ordre de l’univers qui se manifeste dans les feuilles des arbres comme aux pieds des montagnes, de la même façon, nous avons besoin de sauter de temps à autre d’un avion ou de sentir l’orage gronder.

Nous en appelons à Lady Gaga et à l’architecture excentrique de Zaha Hadid pour secouer la monotonie de nos vies et de nos villes.

Arch-News | Marwa Alsabouni | Emirats Arabes unis
31-07-2012
Adapté par : Sipane Hoh

04(@diametrik)_S.jpg

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 de Dietrich | Untertrifaller Architectes

L’actualité de l’agence franco-autrichienne Dietrich | Untertrifaller Architectes est très riche. Parmi les livraisons récentes à l’international et projets en cours, on trouve notamment deux...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de SCAU

Une année 2018 pleine d’effervescence pour le collectif de SCAU : Search & Create Alternative Uses !... A commencer par la sortie en librairie aux éditions Park Books de Creatures of the City qui donne à lire de...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 d'OLGGA

En 2018, OLGGA est lauréat de 3 nouveaux projets : le stade Gagarine sur les hauteurs du Havre (76), un gymnase à Wallers Arenberg (59) et le nouveau stade de Chambéry (73) d’une capacité de 5000 places.  ...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'Avenier&Cornejo

2018, année de l’engagement… pour l’environnement…la société… et l’Architecture a son rôle à jouer. Alors nous avons communiqué… exposition à New York sur...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de a+ samuel delmas

2018… Une année d’études et de chantier… de la générosité, un travail dense et de beaux projets gagnés. Des études, avec notamment le projet LUMEN, ZAC Confluence II à Lyon...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Ronald Sirio Architectes

En 2018, l’agence Ronald Sirio Architectes a plusieurs projets de construction à son actif :L’immeuble de bureau, rue de La Vallée à Amiens a été lauréat du concours d’appels...[Lire la suite]