Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil International

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Grèce | Un jour peut-être le vélib' à Athènes ? (26-09-2012)

Dans un article publié le 25 juillet 2012 dans le quotidien grec Ta Nea, le journaliste Manos Haralabakis présente le point de vue de l’architecte danois Jan Gehl selon lequel la capitale grecque n’est pas, contre toute attente, irréductiblement hostile aux piétons et aux cyclistes. Athènes sur les pas de Copenhague ?

Urbanisme et aménagement du territoire | | Jan Gehl

Contexte
Architecte et urbaniste, auteur de Cities for people (Island Press, 2010), Jan Gehl est notamment connu pour avoir été sollicité, en 2007, par le maire de New York de l’époque, Michael Bloomerg, pour participer au développement de pistes cyclables et à la fermeture de Times Square aux voitures.
Fondateur de Gehl Architects, Jan Gehl est régulièrement sollicité pour améliorer la qualité de la vie urbaine eu égard aux piétons et aux cyclistes dans différentes villes, de Melbourne (Australie) à New York (Etats-Unis) en passant par Christchurch (Nouvelle-Zélande).
Rien d’étonnant à ce que ce partisan de l’échelle humaine ait 'impressionné', selon le journaliste Manos Haralabakis, le public grec lors d’une conférence donnée en juillet 2012 à Athènes.
La capitale grecque est en effet l’une de ces villes où traverser un boulevard peut s’avérer particulièrement aventureux. «Bien sûr qu’Athènes peut offrir de meilleures conditions de vie aux piétons, cyclistes et améliorer ses modes de déplacements doux», a souligné le spécialiste.
Depuis Athènes, le propos paraît, pour l’instant, pour le moins optimiste.
EB

COMMENT ATHENES VA DEVENIR LA COPENHAGUE DU SUD
Manos Haralabakis (Μάνος Χαραλαμπάκης) | Ta Nea

ATHENES - Aujourd’hui ville inhospitalière pour les piétons et les vélos, engorgée de voitures, Athènes pourrait un jour devenir... Copenhague ! C’est-à-dire se transformer en ville aimable vis-à-vis de ses habitants grâce à des réseaux réservés aux deux-roues et aux piétons.

D’aucuns jugeront le propos utopique et digne d’un scénario de science-fiction. Ce qui n’est pas le cas de l’architecte Jan Gehl, fondateur de l’agence de renommée internationale Jan Gehl Architects - Urban Quality Consultants, basée à Copenhague. Ce dernier est spécialisé en aménagement urbain, mettant l’accent sur l’échelle humaine.

L’architecte a commencé à travailler dans les années 1960 et il a consacré sa carrière à l’amélioration de la qualité de vie dans les villes. Il s’est spécialisé en urbanisme afin de se recentrer sur les piétons et les cyclistes.

Jan Gehl a récemment impressionné le public grec lors d’une conférence donnée au Musée Benaki en tant qu’invité de l’Ambassade du Danemark. Il a alors présenté son ouvrage Cities for People et expliqué comment les mégapoles contemporaines peuvent améliorer les conditions de vie de leurs habitants.

L’architecte de 76 ans, enseignant à l’école d’architecture de l’académie des Beaux-arts du Danemark, en réponse à la question des 'jeunes', à savoir si Athènes peut devenir une ville durable avec ses piétons et cyclistes à l’image de Copenhague, a souligné être optimiste quant à une telle évolution. Tant que les citoyens et les autorités en montrent la volonté.

Améliorer les espaces réservés aux piétons

02(@chucknado)_S.jpg«Bien sûr qu’Athènes peut devenir une ville beaucoup plus aimable à l’égard des piétons», dit-il en précisant d’emblée : «avant tout, les infrastructures piétonnes doivent être actualisées dans l’ensemble de la ville. Elles doivent être rénovées. Aujourd’hui, de telles infrastructures existent ça et là mais il n’existe pas encore de véritable réseau».

Quant aux vélos, de souligner : «je ne connais pas les vrais besoins. Athènes souhaite-t-elle réellement acquérir une culture cycliste ? Elle peut y parvenir à condition que les citoyens et les autorités compétentes s’y engagent». De préciser : «il y a tant d’exemples de villes ayant amélioré considérablement ces conditions afin de rendre les gens plus heureux, ne procédant plus uniquement à des aménagements... faisant le bonheur des voitures».

En 2008, l’un de ses principaux projets consistait à seconder New York dans ses efforts pour améliorer le sort des piétons et des cyclistes. Sur la base de son étude, Times Square est aujourd’hui exclusivement piétonne tandis que Broadway Boulevard est désormais réservé aux cyclistes.

«If you can make it there, you can make it anywhere. Athens, Athens, Athens (Si c’est possible là-bas, c’est possible partout. Athènes, Athènes, Athènes)», a souligné l’architecte en paraphrasant Frank Sinatra.

Ce qu’il a répété lors de l’entretien avec Ta Nea : «Bien sûr qu’Athènes peut offrir de meilleures conditions de vie aux piétons, cyclistes et améliorer ses modes de déplacements doux. La mise en place d’un réseau cycliste pourrait faire partie des alternatives envisagées. Notamment, un service de location de vélos pour les touristes». Un tel système existe à Copenhague depuis 1995. Un exemple suivi depuis par d’autres villes européennes. Un système qui n’existe pas à Athènes...

03(@TilemahosE)_B.jpgVilles modèles

Selon la philosophie adoptée par Jan Gehl, les villes doivent revenir à une échelle humaine. Une caractéristique de ses projets, quel qu’en soit le lieu. Une ville dédiée à l’homme doit être dotée de rues équilibrées et offrir des bonnes conditions de vie à tous, dit-il. «Ce qui implique d’offrir moins de place aux voitures et davantage aux piétons». 

Ainsi qu’il l’a souligné dans un documentaire en 2001, «à l’heure où l’être humain peut voyager en vaisseau spatial, en jet, en voiture de sport, il reste néanmoins un être qui marche. Notre corps et notre nature sont conçus dans ce but (...). A mon sens, 'l’échelle humaine' est la plus importante d’entre toutes. C’est d’elle dont il s’agit quand il est question de qualité de ville, d’architecture». Pour Jan Gehl, l’architecture n’est pas seulement affaire de formes des bâtiments mais d’interaction entre la forme et la vie.

Parmi les villes ayant mis l’accent sur l’échelle humaine, «il y a Copenhague, Melbourne, New York». Quant aux contre-exemples, Jan Gehl évoque toutes les mégalopoles de l’ex-URSS et leur amour hypertrophié pour la voiture. Mais «des villes telle Moscou ont décidé d’évoluer. Notre agence est impliquée dans ce changement, comme elle le fut à New York».

Manos Haralabakis | Ta Nea | Grèce
25-07-2012
Adapté par : Emmanuelle Borne

Réactions

LIO | architecte | France | 01-10-2012 à 13:37:00

Il est déja aller à Athènes ?
Il connait pas le climat !!!
Je pense que les grecs ont autres choses à faire aujourd'hui Trouver de l'argent pour manger...

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 de Stéphane Maupin

En 2018 Richard Scoffier synthétise l’année et toutes les années précédentes dans un bel article de presse papier. Il s’intéresse à tous ces beaux projets que l’agence invente,...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Philippe Pumain

2018, comme les précédentes, est passée à toute vitesse. 2019 devrait voir la fin du chantier et la réouverture du théâtre du Châtelet, entre autres…[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de Ronald Sirio Architectes

En 2018, l’agence Ronald Sirio Architectes a plusieurs projets de construction à son actif :L’immeuble de bureau, rue de La Vallée à Amiens a été lauréat du concours d’appels...[Lire la suite]