vmz

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Cahier Spécial - Hôtels

Edito | Un Cahier Spécial Hôtel ? Tiens donc. Pourquoi ? (07-11-2012)

Simplifions et disons que, pour les architectes, les hôtels sont de deux ordres.  

France

Le premier est celui dont le travail consiste à construire une coque, sinon une coquille, tandis que l’intérieur sera confié à d’autres hommes de l’art, les uns et les autres contraints par des cahiers des charges drastiques. Voir une chambre d’hôtel d’une chaîne internationale est les voir toutes comme des burgers ont le même goût à Minneapolis, Chengdu et Perpète-lès-Oies.

Pour les architectes, il s’agit sauf exception - Jean-Paul Viguier fête aujourd’hui les dix ans de son hôtel à Chicago par exemple - d’un travail peu glorieux sur lequel ils ne communiquent guère. Personne, sauf les érudits, ne se souvient du nom de l’architecte de l’hôtel du Nord.

Le second ordre, bien plus rare, est celui qui permet aux architectes d’être les maîtres d’oeuvre du projet, du début à la fin avec, de la part du maître d’ouvrage, une capacité créative présumée : une tour à Dubaï, un 'resort' aux Caraïbes, des grottes dans le désert ou un hôtel de glace scandinave...

Il n’empêche. Les cahiers des charges de tels ouvrages demeurent drastiques et les marges d’architecture réduites.

Cela vaut dans toutes les époques et dans tous les pays. S’il avait pu, Néandertal, qui avait déjà des visiteurs du soir, aurait eu des grottes toutes pareilles.

Hôtel borgne ou de prestige, de passe ou de passage, hôtel particulier ou des ventes, hôtel de ville (de région, de département, etc.), deux, trois, quatre, cinq, sept étoiles... Un hôtel est toujours une représentation à l’échelle 1 de la communauté qui l’abrite, quel que soit le quartier et la couleur du sang ! Souvenez-vous des hôtels de l’Armée rouge !

Allez à l’hôtel, quelles qu’en soient les circonstances, est entrer de plain-pied au coeur de la culture locale. Ne serait-ce que pour le soupçon de pastiche régionaliste ou la monnaie utilisée pour le pourboire du factotum.

Nous avons donc exploré quelques aspects des problématiques d’un programme qui se compte en nombre de chambres. Pour finir plus curieux que jamais.

En effet, fut-il de formule, fut-il louche, chaque hôtel est à l’architecte une chance d’exprimer quelque chose de son temps, dans un lieu de rencontre 'par défaut'.

De fait, le moins intéressant dans un hôtel est d’y dormir.

Christophe Leray

Réagir à l'article


tos2016
vz

Actualité |MuCEM, le symbole de l'amateurisme d'Etat

La cour des comptes vient de publier ce 11 février 2015 son rapport public annuel dont l'un des chapitres porte sur le MuCEM. Le titre en est éloquent : 'Une gestation laborieuse, un avenir incertain'. La difficile gestion et la...[Lire la suite]

vz

Présentation |L'Histoire allemande ne peut s'offrir de symbole

Le programme est sensible et la page historique loin d’être blanche. Sur papier, il s’agissait de concevoir un centre de documentation sur le nazisme. A Berlin, Peter Zumthor s’y est cassé les dents. La charge...[Lire la suite]


vz

Présentation |Renzo Piano, un Whitney sans éclat 

Ah, ce fameux mythe de la beauté intérieure... Voilà une resucée signée Renzo Piano à New York pour le nouveau Whitney Museum, inauguré le 1er mai 2015. Depuis l’extérieur, il paraît...[Lire la suite]