Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil International

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Algérie | La fable des villes nouvelles (16-01-2013)

Le chroniqueur Karim Aimeur s’insurge contre ces projets urbains mal, voire jamais mis en oeuvre en Algérie, malgré les promesses. Dans un article paru le 30 mai 2012 dans le quotidien algérien de langue française L’Expression, il souligne qu'«avec 400 milliards de dollars, l'Algérie a bâti des bidonvilles modernes».

Urbanisme et aménagement du territoire |

Contexte 
Boughezoul, Imedghassen, Hassi Messaoud... Ces noms sont ceux de villes nouvelles promises à réalisation en Algérie mais qui tardent à voir le jour. Si le pays est aujourd’hui «un chantier à ciel ouvert», selon le quotidien algérien L’Expression (dans un article datant du 28 août 2012), ce vaste chantier n’est pas en cours mais plutôt à l’abandon. Une désertion qui ne semble pas alarmer les plus hauts responsables.
Il y a pourtant lieu de s’inquiéter au vu des chiffres avancés par L’Expression, c’est-à-dire 400 milliards de dollars réservés à ces projets de construction de villes nouvelles. Si la manne financière existe, alors quoi ?
«Pour entamer la réalisation d'un projet quelconque, l'entreprise en charge doit effectuer un véritable parcours du combattant, à côté duquel la course d'obstacles est une véritable promenade de santé, tant chaque étape à franchir évoque le purgatoire. Cela en plus, témoignent-elles de l'insuffisance de bureaux d'études performants et d'effectifs (architectes, ingénieurs, techniciens) compétents, l'absence d'une main-d’oeuvre qualifiée, d'entreprises de réalisation réellement structurées et dotées de moyens humains, matériels et financiers conséquents, ainsi que la pénurie chronique des matériaux de construction. S'ajoute la contrainte du foncier et du financement, aggravée par la bureaucratie pratiquée à différents niveaux des institutions de l'Etat», explique le quotidien.
EB

ELLES SONT PROMISES DEPUIS PLUSIEURS ANNEES - LA FABLE DES VILLES NOUVELLES
Karim Aimeur | L’Expression

ALGER - Les Algériens en ont rêvé. On le leur a promis depuis longtemps. Mais ils ne voient rien arriver. Une ville digne de ce nom pour les Algériens ? Ce n'est certainement pas demain la veille !

Des projets de construction de grandes villes comme celles des pays du Golfe ont été annoncés depuis des dizaines d'années. Des pays moins riches que l'Algérie ont construit depuis des miracles. Mais l'Algérie a préféré renvoyer ça aux calendes grecques. La ville ultramoderne de Boughezoul dans la wilaya de Médéa, celle de Hassi Messaoud à Ouargla ou encore les villes de Sidi Adbdellah et Alger Médina, les Algériens s'accrochent à des chimères à défaut de projets réalisables tant l'attente est longue.

Quant aux autres villes, constituées de quelques bâtiments qu'on construit ici et là, elles ressemblent plus à des bidonvilles modernes qu'à des villes à proprement dit.

Pourtant, ce n'est pas l'argent qui manque. Depuis 1999, l'Algérie a dépensé plus de 400 milliards de dollars. Mais elle ne peut pas construire une ville à la hauteur des aspirations de son peuple.

02(@DR)_B.jpgZoom sur le projet de la nouvelle ville de Boughezoul, commune de la daïra de Chahbounia, distante de 89 kilomètres de Médéa, le chef-lieu de wilaya, annoncé depuis le début des années 1980, à l'époque du président Chadli Bendjedid. Le projet traîne et refuse de voir le jour. Les Algériens doivent peut-être patienter à défaut de désespérer. Et aujourd'hui, on est juste au stade de désigner l'entreprise qui va construire la ville.

En effet, le ministère de l'Aménagement du Territoire et de l'Environnement a annoncé, avant-hier, que la réalisation du siège de la ville nouvelle de Boughezoul, dans la wilaya de Médéa, a été confiée au groupe sud-coréen Daewoo Engineering & Construction pour plus de 100 millions de dollars. Le projet aboutira-t-il cette fois-ci ?

Les observateurs avertis se souviennent certainement qu'en 2009, le même projet avait été attribué au groupe chinois Sinohydro pour près de 64 millions d'euros avant que le contrat ne soit annulé.

D'une superficie totale urbaine de 3.653 hectares, le projet de la ville consistera en la réalisation d'ensembles d'habitations, d'une zone d'activités qui s'étalera sur 589 hectares où seront implantés des commerces, des hôtels, un district administratif primordial et un pôle de compétitivité et d'industrie technologique de pointe.

Avec une architecture des plus modernes, le territoire de la nouvelle ville de Boughezoul sera organisé autour de plusieurs ensembles qui, outre la zone urbaine, comprendront un grand ensemble commercial de 116 hectares, une base logistique de 335 hectares, une gare intermodale et une plate-forme de marchandises de 305 hectares, une zone d'extension de 1.301 hectares, une zone aéroportuaire de 500 hectares, un lac de 1.886 hectares, des zones d'exploitations agricoles de 1.839 hectares et celles de la protection de la ville de 2.578 hectares.

Les lecteurs pourront rêver en attendant que cela devienne une réalité.

03(@DR)_S.jpgUn autre projet, une autre histoire, une autre déception... La nouvelle ville de Hassi Messaoud, dans la wilaya d'Ouargla, annoncée en grande pompe en 2003, peine à se matérialiser.

Ce qui est supposé être la perle du désert, par ailleurs créée par décret exécutif n°06/321 du 18 septembre 2006, s'est vu allouer une enveloppe de six milliards de dollars. Il y est prévu l'implantation d'un îlot énergie, des immeubles administratifs, des instituts universitaires, des centres de formation, de recherche et de développement, des lieux et centres de culte, des infrastructures, équipements et établissements du sport et de la jeunesse, des zones d'activités destinées à la production de biens et services liés aux activités énergétiques et universitaires. Là, c'est la maquette qui parle. Car près de dix ans plus tard, on ne voit que la poussière.

D'autres projets de villes existent. Ils sont devenus des fables : Alger Médina, annoncée par l'homme d'affaires Abdelouahab Rahim, est une utopie pour les Algérois. Celle de Sidi Abdellah aussi. On se demande comment un Etat qui a dépensé plus de 400 milliards de dollars en dix ans n'a pas pu offrir une ville digne de ce nom à ses citoyens.

Qu'est-ce que l'Algérie offre donc aux Algériens et à ses visiteurs ? Réponse de Denis Bauchard, ancien haut diplomate au Quai d'Orsay et conseiller auprès de l'Institut français des relations internationales, lequel a séjourné récemment en Algérie : «La première impression à l'arrivée en Algérie est celle d'un délabrement généralisé : délabrement des immeubles non entretenus, maisons écroulées ou abandonnées en pleine ville, comme dans la Casbah d'Alger. L'accumulation d'ordures et de gravats frappe également le visiteur, y compris dans le centre des villes et dans les quartiers résidentiels. Les rues, les routes, les trottoirs sont en mauvais état, parsemés de nid-de-poule quand ils ne sont pas effondrés. L'éclairage public est aléatoire».

Décevant.

Karim Aimeur | L’Expression | Algérie
30-05-2012
Recherche : Emmanuelle Borne

Réactions

boumet | 28-11-2013 à 17:11:00

l architecture reflete fidelement la culture du peuple.l image de nos villes et villages represente le niveau reel de notre developpement social,economique et culturel. hada ma halbat.

boughzoul | ingenieur | boughzoul. | 22-01-2013 à 16:14:00

Voir surr les lieux? Avant d ecrire il ne vous echappe que elle et la premier la magique de sidena soulimane voir auteur de vous petit a petit l.oiseau.fait.quoi.

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 d'archi5

Encore une année riche en succès lors de concours pour archi5 année : Un collège, gymnase et salle de sport à Orléans, un lycée à Ris-Orangis, un groupe scolaire à Chennevières...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de PCA-STREAM

Parmi ces projets cette année : les livraisons du nouveau siège social de Gide Loyrette Nouel rue de Laborde, de l’immeuble de bureaux à énergie positive Be Issy à Issy-les-Moulineaux, du paquebot Art...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de Métra+Associés

La livraison du collège et de la crèche rue des Pyrénées et des maraîchers dans le 20ème arrondissement de Paris  achève le grand projet mixte de remodelage urbain regroupant un centre-bus de la...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'Engasser & associés

Encore une année à 100 à l’heure pour l’agence Engasser & associés !  2018 aura été intense, rythmée par une douzaine de concours, de belles réussites, un certain nombre de...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de DE-SO

Durant l'année 2018, ici et ailleurs, l'agence DE-SO  poursuit le développement de  projets urbains et d'architecture. De récentes livraisons lui ont valu d'exposer son travail en Angleterre, en Allemagne, en Italie,...[Lire la suite]

Album-photos |MARCIANO Architecture

2018, retour aux sources … après l’avoir fréquenté comme restaurant universitaire, j’ai eu la chance de repenser la transformation de l’Hexagone en bibliothèque et lieu de vie. Le voilà...[Lire la suite]