Design Ikonik septembre 2013

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Cahier Spécial - Maisons 2013

Présentation | Ma hutte à Hiroshima : Suppose Design Office creuse pour mieux ériger (23-01-2013)

Spécialisé en maisons individuelles, Suppose Design Office innove à chaque nouveau projet. Parmi les plus fameuses maisons de l’agence japonaise, la hutte noire creusée dans le sol d’un terrain à Saijo, Hiroshima, revisite le principe des habitations de l’ère Yayoi. Puiser dans la tradition pour signer la maison de demain, il n’y a là rien de conventionnel, ainsi que le souligne un article signé Marcia Argyriades, paru dans la revue en ligne Yatzer.

Logement individuel | Japon | Suppose Design Office

Contexte
Les meilleures réalisations ne sont pas toujours les plus récentes. En témoigne cette maison réalisée par les architectes de Suppose Design Office en 2008 à Hiroshima, dans la ville de Saijo.
Spécialisée en maisons individuelles, l’agence japonaise a depuis enrichi un catalogue témoignant que ce programme est terreau fertile à l’expérimentation et à l’innovation mais la 'maison hutte', ainsi qu’elle est nommée, reste parmi ses projets phares.
Constamment à la recherche d’innovations, outre son habitude de rendre poreuses les limites entre espaces extérieurs et intérieurs, Makoto Tanijiri, le fondateur de Suppose Design Office, se montre néanmoins soucieux de créer des lieux «familiers».
«Tanijiri pense qu’il est possible d’innover en se parant d’un regard sans préjugés et en adoptant différents points de vue. Bref, il contribue à innover l’architecture en regardant différemment l’ordinaire», indique le site Internet de l’agence.
Rarement pitch de communication fut aussi fidèle à la réalité.
EB

RETOUR AUX SOURCES A SAIJO, HIROSHIMA
Marcia Argyriades | Yatzer

SAIJO, HIROSHIMA - «Quand je crée, j’essaie de trouver le charme d’un plan», souligne le talentueux architecte de 35 ans Makoto Tanijiri, architecte en chef de Suppose Design Office.

En neuf ans d’existence, l’agence a construit plus de cinquante projets d’architecture, essentiellement des maisons individuelles. Ce nombre impressionnant compte la réalisation, en 2008, d’une hutte à Saijo, Hiroshima.

Dans cette ville connue pour son saké, une pyramide noire s’impose sans prévenir. A première vue, elle semble tout droit débarquer du futur. En fait, elle est directement inspirée des premières maisons de l’architecture japonaise, c’est-à-dire des huttes ou, dans le texte, les 'tateana jukyo'.

02(@ToshiyukiYano)_B.jpgErigé sur l’archipel nippon durant l’ère Yayoi (entre 200 av. J.C. jusqu’à 250 ap. J.C.), ces huttes étaient construites en creusant une fosse circulaire (ou rectangulaire avec des angles arrondis) de cinquante ou soixante centimètres de profondeur et de cinq à sept mètres de diamètre, puis en recouvrant ce puits d’un toit de chaume pentu. C’est-à-dire grosso modo ce que le jeune architecte Makoto Tanijiri a réalisé à Saijo.

Selon ce dernier, les clients - un jeune couple et leurs trois enfants - souhaitaient une maison unique certes mais avant tout une maison où les espaces communs auraient droit à leur intimité.

Le site fit donc l’objet d’excavations et la maison fut enfoncée jusqu’à un mètre sous le niveau du sol. La terre obtenue en creusant fut ensuite utilisée pour créer une barrière de protection autour du périmètre du terrain et elle joue ainsi le rôle de frontière organique de la maison. Cette barrière, à la fois physique et visuelle, fut plantée de façon à créer un paysage verdoyant.

03(@ToshiyukiYano).jpgL’étage 'englouti' de la maison forme donc l’espace commun. Ses murs composés de béton cernent un plan ouvert accueillant le salon, la cuisine et la salle à manger. Même s’il est enfoncé dans le sol, ce niveau reçoit la lumière de toutes parts, Makoto Tanjiri ayant veillé à créer un «ruban de fenêtre» le long des quatre façades.

En forme de V, des poteaux en acier noir placés à chaque angle de cet atypique rez-de-chaussée forment la structure porteuse de la maison qui s’élève sur deux autres niveaux.

Des marches en bois privées de garde-corps mènent au premier étage qui abrite la chambre à coucher des parents ainsi que la salle de bain. La chambre bénéficie d’une terrasse creusée dans le volume de la pyramide afin de laisser la lumière pénétrer dans la pièce.

Permettant d’accéder au deuxième étage, qui est dédié à la chambre des enfants, un escalier en acier aux lignes épurées offre un 'moment' de transition et d’anticipation avant l’entrée à proprement parler de la partie conique de la construction.

04(@ToshiyukiYano)_B.jpgC’est au sommet que se déploie la pièce la plus étonnante de la maison. 

Dans la chambre des enfants, les murs s’élèvent pour converger en une ouverture sur le ciel. 

La lumière inonde ainsi l’espace, non seulement cette chambre-là mais également le reste de la maison via la cage d’escalier.

Bref, cette chambre d’enfants n’a rien de conventionnel, en tout cas selon les standards contemporains. 

A l’ère Yayoi, elle aurait sans doute moins surpris.

Avec la maison hutte, Makoto Tanijiri démontre que seul un esprit libre peut créer un mode de vie atypique dans un pays où l’interpénétration entre espace extérieurs et intérieurs est un composant architectural.

Avec ce projet, le Japon montre comment prendre des risques et rompre avec les règles. Après tout, les règles sont faites pour être rompues !

Marcia Argyriades | Yatzer | Japon
04-07-2009
Adapté par : Emmanuelle Borne

05(@ToshiyukiYano)_B.jpgFiche technique

Architecte : Suppose Design Office, Japan
Architecte en chef : Makoto Tanijiri
Surface du site : 246m²
Surface au sol : 50.41m²
Surface totale : 115,51m²

Réactions

Vincent | 24-01-2013 à 09:14:00

Sans vouloir être le vilain petit canard pro réglementation-qui-nous-étouffe : la chambre d'enfant est bien la pièce percée au milieu d'un escalier, sans garde-corps ni autour du trou, ni sur la volée ?

Cette maison semble d'ailleurs principalement un trou, avec un bande de plancher autour. Objet intéressant mais maison invivable à mon très humble avis...

Pourvu que personne d'autre qu'un architecte ne tombe sur cet article, ça va encore nous desservir !

Réagir à l'article


Design Ikonik septembre 2013

Présentation |Ca plane pour SOM !

«890 millions de dollars» pour un édifice «culturellement significatif». Le magazine anglophone Sourceable, spécialiste des questions industrielles, ne tarit pas d'éloges quant au nouvel aéroport...[Lire la suite]

Brève |Espace collectif à Casablanca : Workshop 'CasaLyon'

En réponse à une demande formulée par l’orphelinat de Sidi Bernoussi, à Casablanca, pour l’aménagement de ses espaces extérieurs, le collectif de jeunes architectes PourquoiPas ?! et plusieurs...[Lire la suite]



Design Ikonik septembre 2013

Album-photos |Mazette ! Quelle extension !

Dans la vallée du Gard, un mazet n’attendait plus qu'une seconde jeunesse. Pour ce faire, une extension lui a été imaginée, un volume de béton, «monolithique et sculptural» selon ses concepteurs,...[Lire la suite]

Design Ikonik septembre 2013

Album-photos |Villefranche-sur-Mer : CAB à bonne école

«Ce projet est un hold-up sur le paysage», affirme Bita Azimi, associée de l’agence niçoise CAB. A quelques pas de la Citadelle Saint-Elme de Villefranche-sur-Mer (06), la nouvelle école maternelle livrée...[Lire la suite]

Design Ikonik septembre 2013

Présentation |«Faire de l'architecture devient la part intime du projet», assure Joe Vérons

La technique n'est plus le sujet. En revanche, l'administration et la lutte face à la bureaucratie devient un enjeu majeur. Coûts et délais en découlent. Dans ce contexte, faire de l'architecture semble annexe voire...[Lire la suite]

Design Ikonik septembre 2013

Présentation |«Faire de l'architecture devient la part intime du projet», assure Joe Vérons

La technique n'est plus le sujet. En revanche, l'administration et la lutte face à la bureaucratie devient un enjeu majeur. Coûts et délais en découlent. Dans ce contexte, faire de l'architecture semble annexe voire...[Lire la suite]