Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil International

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Philharmonie de HambourgPhilharmonie de Hambourg

Royaume-Uni | Coûts des projets : d'estimations erronées en prévisions trompeuses (30-01-2013)

Dans un article paru dans la revue spécialisée 'International Journal of Project Management' en novembre 2012, Bent Flyvbjerg, professeur à l’Université d’Oxford, dénonce les estimations erronées relatives au coût des projets d’envergure. S’insurgeant contre les prévisions délibérément trompeuses afin d’assurer le financement d’un projet, l’expert propose une méthode permettant d’analyser la pertinence de telles estimations.

Royaume-Uni

Contexte
Consultant auprès de gouvernements (anglais, hollandais, danois), de la Commission Européenne et des Nations Unies, auteur et co-auteur d’ouvrages de référence dans le domaine du management de projets, Bent Flyvbjerg a fondé le 'BT Centre for Major Programme Management' à l’Université d’Oxford en 2009, un centre de recherche et d’enseignement dédié à la compréhension des défis posés par la gestion de projets d’envergure.
«L’objectif de ce centre est de former des dirigeants et des chercheurs qui comprennent les forces et faiblesses de programmes d’envergure et disposent des connaissances, du savoir-faire et des outils nécessaires pour décider quand réaliser ou ne pas réaliser de tels programmes», précise la Saïd Business School de l’Université d’Oxford, département auquel est rattaché le BT Centre for Major Programme Management.
Dans un résumé percutant de l’article paru dans l''International Journal of Project Management'  parvenu au Courrier, Bent Flyvbjerg met entre autres l’accent sur les poursuites pénales que risquent les experts à l’origine d’estimations erronées ou délibérément trompeuses.
EB

CONTROLE DE QUALITE ET DILIGENCE EN GESTION DE PROJET : PRENDRE LES BONNES DECISIONS EN PRENANT DU RECUL
Bent Flyvbjerg | BT Centre for Major Programme Management, Saїd Business School, Oxford University

OXFORD - Le professeur Bent Flyvbjerg, expert international dans le management de projets d’envergure, livre une franche critique du travail des prévisionnistes dans un nouvel article qui souligne les inexactitudes considérables quant aux estimations initiales des coûts de projets, ces dernières étant indispensables dans la décision d’exécution desdits projets.

«Ces estimations prédisent généralement bien mal la valeur réelle et la viabilité des projets et, à ce titre, ne peuvent pas former une référence solide pour la prise de décisions. Plutôt que d’informer les acteurs décisionnaires, ces prévisions les désinforment. Parmi les inexactitudes en matière d’estimations financières, d’aucunes sont imputables à un optimisme excessif, mais d’autres sont délibérément trompeuses, conçues pour assurer le soutien financer ou politique d’un projet».

Le professeur Bent Flyvbjerg va plus loin encore en définissant la plupart de ces prévisions comme de la 'm...', qui plus est, des détritus chers payés au regard des risques pris par les investisseurs comme des honoraires des consultants. «De nombreuses prévisions financières sont à jeter à la poubelle, voire pire», dit-il. «Ces rapports donnent l’impression aux clients et aux investisseurs qu’ils sont informés à propos des coûts d’un projet d’envergure, quand en fait ils sont désinformés. Au lieu de réduire les risques, ce type de rapports les augmentent en induisant systématiquement en erreur les décideurs et les investisseurs à propos des risques réels», ajoute le professeur.

Bent Flyvbjerg appelle tous les acteurs impliqués dans le secteur à prendre des mesures fermes. Il estime que les clients devraient demander à être remboursés quand ils reçoivent des rapports prouvant être significativement inexacts par la suite. Dans certains cas, il exhorte les clients à demander réparation et, occasionnellement, des poursuites pénales seraient justifiées, dit-il.

«Se contenter de renvoyer les consultants responsables de ces rapports c’est les laisser s’en sortir trop facilement. De tels rapports sont parfois si trompeurs et ont des conséquences si graves que nous devons envisager des poursuites judiciaires. Dans quelques cas où les prévisionnistes induisent en erreur intentionnellement, des poursuites pénales pourraient être envisagées».

Il appelle des organisations professionnelles, auxquelles il reproche de ne pas traiter le problème, à faire appel à leur éthique afin de pénaliser et éventuellement exclure ceux parmi leurs membres qui produisent ces prévisions malhonnêtes. «Ce problème doit être discuté ouvertement entre les organisations professionnelles concernées. Les malversations en matière de management de projet devraient être prises au sérieux, à l’instar des malversations dans d’autres professions, telle la médecine et le droit».

02(@Artefactory-JeanNouvel)_B.jpgPhilharmonie de ParisPar dessus tout, de telles inexactitudes en matière d’évaluations financières sont inutiles, démontre Bent Flyvbjerg : «Des récentes recherches ont développé les concepts, outils et conseils pouvant remédier aux prévisions délirantes et trompeuses». La propre recherche de l'expert est à cet égard primordiale : Dans un passage détaillé et argumenté de sa récente contribution, il offre, en huit points, une méthode permettant à ceux qui analysent les estimations de projets d’évaluer leur pertinence.

«Que les prévisionnistes sous-estiment les coûts, la durée des travaux et les risques d’un projet volontairement ou involontairement ou qu’ils surestiment ses avantages, nous avons besoin de références systématiques afin d’évaluer leurs conclusions et prendre des décisions d’investissement en connaissance de cause. Vu le prix élevé des grands projets d’infrastructure, l’irréversibilité des décisions et la disponibilité limitée des ressources, ceci est critique tant pour les projets du secteur privé que public. Des prévisions bien plus précises peuvent être émises en prenant pour référence des projets similaires déjà réalisés - ce que j’appelle 'prendre du recul' -. Cela semble simple mais, en pratique, cette méthode mène à des estimations bien plus précises».

03(@ArminHess-CoopHimmelblau)_B.jpgMusée des Confluences, LyonLa méthode de Bent Flyvbjerg repose sur la mise en place de références statistiquement fiables établies à partir de la performance moyenne de précédents projets ayant fait leurs preuves. Il est ensuite facile, soutient-il, de vérifier si les prévisions s’alignent ou excèdent ces résultats moyens et les raisons d’un excès peuvent ensuite être enquêtées.

A l’initiative du Congrès américain, l'U.S. Government Accountability Office (GAO) a récemment adopté la méthodologie de Bent Flyvbjerg afin d’analyser les estimations du projet de construction d’une ligne de TGV en Californie, évalué à 98,5 milliards de dollars, ce qui en fait le projet de construction civile le plus cher de l’histoire des Etats-Unis. Bent Flyvbjerg travaille actuellement avec le GAO dans cette mission.

Bent Flyvbjerg a également été récemment invité en tant qu’expert pour témoigner dans un procès en 'class action' de 150 millions de dollars contre un prévisionniste. Une première qui pourrait devenir un précédent des risques encourus par ces experts.

Bent Flyvbjerg | Oxford, Royaume-Uni
01-11-2012
Adapté par : Emmanuelle Borne

Légendes des images :

  • > Philharmonie de Hambourg (architectes : Herzog & de Meuron). Au départ chiffrée à 77 millions d’euros, elle atteint aujourd’hui 575 millions d’euros (source : Die Welt du 14 décembre 2012) ;
  • > Philharmonie de Paris (architecte : Jean Nouvel). Chiffré à 170 millions d'euros au début des années 2000, le projet atteint aujourd’hui les 386 millions d'euros (entretien compris pendant quinze ans ; source : Les Echos du 5 novembre 2012) ;
  • > Musée des Confluences (architectes : Coop Himmelb(l)au). Chiffré à 61 millions d’euros en 2001, le projet atteint 267 millions d’euros en 2011 (source : Capital du 10 août 2012).

Réagir à l'article


Album-photos |Architectures Anne Démians

En 2018, à l’agence Architectures Anne Démians, on retiendra de beaux concours. Hôtel du département 92, Réinventer Paris 2, Fondation Italienne. Plus particulièrement celui remporté : Grand...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de 2/3/4/

La tour des Jardins de l’Arche est lauréate au BIM d’Argent 2018 dans la catégorie des projets supérieurs à 40 000 m² en neuf. 2/3/4/ urbanisme et paysage : lauréats de la mission de...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de NeM

NeM vous présente deux projets : la collection d’art africain de la Congrégation du Saint-Esprit et le Siège de WWF France.[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de MDNH architectes

L'agence a livré en 2018 la première tranche d’un îlot de 79 logements à Bonnières sur Seine (78), un ensemble urbain qui redynamise le centre bourg et qui s’articule avec la nouvelle urbanité de...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Search

L’Agence Search, fondée à Paris en 2005 par Caroline et Thomas Dubuisson, s’illustre dans des registres variés d’équipements publics et privés. L’actualité de l’agence concerne,...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Comte & Vollenweider

L'année 2018 de Comte & Vollenweider s'est déroulée sous le signe de la diversité tant au niveau des programmes que des maîtres d'ouvrages. Une année bien remplie avec le développement BIM du...[Lire la suite]