ferrari

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Visite | Carré d'as à Mont-de-Marsan (06-02-2013)

La médiathèque, un exercice de style. «Une page blanche», assure Jacques Sebbag, associé d’archi5. L’agence parisienne a livré en novembre 2012 à Mont-de-Marsan (40) un édifice lumineux jouant des transparences. De l’extérieur, rien ne présage la richesse intérieure. A «la superposition visuelle» se mêle - et c’est un paradoxe - des espaces intimes.

Culture | Bâtiments Publics | Landes | archi5

A droite, des pins.
A gauche, des pins.

La route depuis Bordeaux est monotone. Des pins. En voiture, en guise d'amusement, des blagues Carambar. Des jeux et des pins. De quoi satisfaire les quelques journalistes présents.

Mont-de-Marsan. Enfin. Objectif du voyage : la médiathèque de la communauté d'agglomération. La maire et présidente n'est qu'éloge quant au nouvel édifice. Une médiathèque en province, de quoi ravir le parisien condescendant. Racisme cognitif ?

Après quelques centaines de mètres, le centre-ville dépassé, une zone de garnison. Plusieurs casernes témoignent de l'activité militaire de la région. Au centre, un monticule. Sur le monticule, la médiathèque.

60x60. Un cube de verre, simple, légèrement décalé pour rompre l'ordre martial, domine son environnement ; une présence inattendue. «Nous sommes au centre d'une place. Nous ne voulions aucune hiérarchie. La façade ne fait que se déplier», assure Jacques Sebbag.

L’enveloppe de métal et de verre se déploie sur les quatre côtés du monolithe. Ni avant, ni arrière. «Nous voulions exprimer l’idée d’un écrin et par les lignes diagonales suggérer un mouvement de soulèvement», dit-il.

02(@DR)_B.jpg «Nous avons compris que la population était attachée à cette place. L'endroit avait une fonction précise que nous avons tenté de conserver par l'idée de transparence. Notre projet n'était autre que celui de réaliser une place couverte», poursuit-il.

Belles paroles. L'entrée n'est guère signalée et son traitement ne présage pas de l'importance de l'édifice.

La porte automatique franchie, surprise. Un univers lumineux s'offre aux visiteurs. Rien ne semble arrêter la vue. De l'espace. «Une place couverte», en effet.

A l'extérieur, le ciel est gris. A l'intérieur, l'impression est autre, radieuse. «Le concours était tel une page blanche. Le projet nous est apparu assez rapidement. Nous sommes partis de l'usage. Nous ne voulions aucun cloisonnement. Chaque lieu devait être ouvert pour que chacun puisse se balader», indique l'architecte. Et la flânerie de se poursuivre depuis la place d'armes parmi les rayonnages.

03(@DR)_S.jpg«Le bâtiment est large, il nous fallait créer un patio», note Jacques Sebbag. Au centre, une cour. «Elle aurait pu être ronde ou bien carrée, nous souhaitions une forme souple pour répondre à la rigidité de l'extérieur. Pour éviter l'arbitraire, nous voulions une référence à l'art», poursuit-il.

Une feuille d’acanthe donc, extraite d'un tableau de Matisse. «L'idée était d'avoir un espace extérieur, un lieu de contemplation mais aussi une séparation transparente, un cloisonnement vitré», affirme l'architecte.

Si l'espace est libre, d'un seul tenant, les volutes végétales, stylisées et mises en plan, créent coins et recoins sans pour autant complexifier l'ensemble. Aux architectes, l’habileté d’avoir su travailler les paradoxes.

La hauteur sous plafond, importante, participe de la lisibilité même de l'espace. Pour autant, l'impression n'est jamais monumentale. Les façades vitrées de la cour, inclinées, mêlent les lignes obliques. Le vase Aalto mais aussi «une référence à la forêt des Landes», assure l'architecte.

04(@archi5).jpgUne architecture métallique donc ? «Un projet en bois n'était pas notre idée. Nous voulions un bâtiment complètement transparent», soutient Jacques Sebbag. Dont acte.

Si l'espace est ouvert et marqué par une unité de traitement, les usages ont été différenciés. Les tables de consultation se retrouvent notamment en façade, au nord, au sein même de la double peau, laquelle accueille aussi quelques dispositifs techniques ainsi que des escaliers de secours, selon l'orientation.

Quelques éléments programmatiques demeurent toutefois cloisonnés : archives, section patrimoine, salle de lecture pour les jeunes. Mais tous sont marqués par d'importants vitrages assurant une cohérence et une continuité visuelle avec le reste de l’ouvrage.

Une rampe, suspendue au plafond, permet l’accès à l'étage supérieur. Aucune entrave visuelle ici encore.

Depuis les mezzanines, d’aucuns peuvent observer l’activité en contrebas. Lecteurs et mélomanes se croisent, déambulent, se promènent. Une place publique. Couverte.

Jean-Philippe Hugron

Fiche technique

Programme : construction de la Médiathèque du Marsan, comprenant un espace tout public adulte, un espace public jeunesse, un espace arts, musique & cinéma, un espace intermezzo et une salle de conférences. Conception du mobilier spécifique. Parking semi enterré de 80 places.
Adresse : Caserne Bosquet, Mont-de-Marsan

Maître d’ouvrage : Communauté d’agglomération du Marsan
Architectes : archi5, associé à Borja Huidobro
Surface : 4.750m ² SHON
Coût : 12.309.000€ HT
Calendrier : Lauréats concours juin 2007 / Ouverture novembre 2012

Réagir à l'article


Clips avril 2014
Design Ikonik avril 2014

Opinion |Quand les cathédrales seront noires

Un néophyte aux puces. Il soupèse ce qu’il identifie comme un bronze. Pas de doute. C’est lourd, ça a de la valeur ! Il repart, un régule chargé de plomb sous le bras. La tour Signal, ce sera Jean Nouvel...[Lire la suite]

lcdla avril 2014

Visite |Foster Gran Torino

Le 22 septembre 2012, le «vaisseau spatial» conçu par Foster + Partners s'est officiellement posé à Turin, Piémont. Benedetto Camerana, architecte italien faisant partie de l'équipe du projet, raconte...[Lire la suite]

esa avril 2014

Entretien |A.Siza : "Si j'étais arrogant, je prétendrais n'avoir aucun style"

Journaliste au quotidien allemand Westdeutsche Zeitung, Helga Meister propose, le 27 juin 2011, un entretien avec Alvaro Siza, co-auteur du Pavillon de l’ancienne base de missiles dans les environs de Neuss, à quelques kilomètres...[Lire la suite]

lcdla avril 2014

Entretien |Shigeru Ban, sur ce carton tu bâtiras mon église

Depuis le séisme de 2011, Christchurch s’applique à remettre sur pied ses bâtiments publics, à commencer par sa cathédrale. Dans l’urgence de la catastrophe, c’est à l’architecte...[Lire la suite]

esa avril 2014

Opinion |Mais qui est Peter Zumthor ? Une icône (à peine) écornée

A l’occasion de la remise de la médaille d’or 2013 du RIBA à Peter Zumthor, Oliver Wainwright, le critique d’architecture du quotidien anglais The Guardian, dresse le portrait de cet «ermite isolé en...[Lire la suite]

lcdla avril 2014

Album-photos |La résille by Foster, London

Faire une croix sur Foster ? Nenni. Au Canada, à Calgary, l’architecte britannique livre en 2012 une tour haute de 236 mètres, le plus haut édifice de la ville et sans doute le plus remarquable. Dénommé...[Lire la suite]