Majorelle Fev 2014

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Visite | Carré d'as à Mont-de-Marsan (06-02-2013)

La médiathèque, un exercice de style. «Une page blanche», assure Jacques Sebbag, associé d’archi5. L’agence parisienne a livré en novembre 2012 à Mont-de-Marsan (40) un édifice lumineux jouant des transparences. De l’extérieur, rien ne présage la richesse intérieure. A «la superposition visuelle» se mêle - et c’est un paradoxe - des espaces intimes.

Culture | Bâtiments Publics | Landes | archi5

A droite, des pins.
A gauche, des pins.

La route depuis Bordeaux est monotone. Des pins. En voiture, en guise d'amusement, des blagues Carambar. Des jeux et des pins. De quoi satisfaire les quelques journalistes présents.

Mont-de-Marsan. Enfin. Objectif du voyage : la médiathèque de la communauté d'agglomération. La maire et présidente n'est qu'éloge quant au nouvel édifice. Une médiathèque en province, de quoi ravir le parisien condescendant. Racisme cognitif ?

Après quelques centaines de mètres, le centre-ville dépassé, une zone de garnison. Plusieurs casernes témoignent de l'activité militaire de la région. Au centre, un monticule. Sur le monticule, la médiathèque.

60x60. Un cube de verre, simple, légèrement décalé pour rompre l'ordre martial, domine son environnement ; une présence inattendue. «Nous sommes au centre d'une place. Nous ne voulions aucune hiérarchie. La façade ne fait que se déplier», assure Jacques Sebbag.

L’enveloppe de métal et de verre se déploie sur les quatre côtés du monolithe. Ni avant, ni arrière. «Nous voulions exprimer l’idée d’un écrin et par les lignes diagonales suggérer un mouvement de soulèvement», dit-il.

02(@DR)_B.jpg «Nous avons compris que la population était attachée à cette place. L'endroit avait une fonction précise que nous avons tenté de conserver par l'idée de transparence. Notre projet n'était autre que celui de réaliser une place couverte», poursuit-il.

Belles paroles. L'entrée n'est guère signalée et son traitement ne présage pas de l'importance de l'édifice.

La porte automatique franchie, surprise. Un univers lumineux s'offre aux visiteurs. Rien ne semble arrêter la vue. De l'espace. «Une place couverte», en effet.

A l'extérieur, le ciel est gris. A l'intérieur, l'impression est autre, radieuse. «Le concours était tel une page blanche. Le projet nous est apparu assez rapidement. Nous sommes partis de l'usage. Nous ne voulions aucun cloisonnement. Chaque lieu devait être ouvert pour que chacun puisse se balader», indique l'architecte. Et la flânerie de se poursuivre depuis la place d'armes parmi les rayonnages.

03(@DR)_S.jpg«Le bâtiment est large, il nous fallait créer un patio», note Jacques Sebbag. Au centre, une cour. «Elle aurait pu être ronde ou bien carrée, nous souhaitions une forme souple pour répondre à la rigidité de l'extérieur. Pour éviter l'arbitraire, nous voulions une référence à l'art», poursuit-il.

Une feuille d’acanthe donc, extraite d'un tableau de Matisse. «L'idée était d'avoir un espace extérieur, un lieu de contemplation mais aussi une séparation transparente, un cloisonnement vitré», affirme l'architecte.

Si l'espace est libre, d'un seul tenant, les volutes végétales, stylisées et mises en plan, créent coins et recoins sans pour autant complexifier l'ensemble. Aux architectes, l’habileté d’avoir su travailler les paradoxes.

La hauteur sous plafond, importante, participe de la lisibilité même de l'espace. Pour autant, l'impression n'est jamais monumentale. Les façades vitrées de la cour, inclinées, mêlent les lignes obliques. Le vase Aalto mais aussi «une référence à la forêt des Landes», assure l'architecte.

04(@archi5).jpgUne architecture métallique donc ? «Un projet en bois n'était pas notre idée. Nous voulions un bâtiment complètement transparent», soutient Jacques Sebbag. Dont acte.

Si l'espace est ouvert et marqué par une unité de traitement, les usages ont été différenciés. Les tables de consultation se retrouvent notamment en façade, au nord, au sein même de la double peau, laquelle accueille aussi quelques dispositifs techniques ainsi que des escaliers de secours, selon l'orientation.

Quelques éléments programmatiques demeurent toutefois cloisonnés : archives, section patrimoine, salle de lecture pour les jeunes. Mais tous sont marqués par d'importants vitrages assurant une cohérence et une continuité visuelle avec le reste de l’ouvrage.

Une rampe, suspendue au plafond, permet l’accès à l'étage supérieur. Aucune entrave visuelle ici encore.

Depuis les mezzanines, d’aucuns peuvent observer l’activité en contrebas. Lecteurs et mélomanes se croisent, déambulent, se promènent. Une place publique. Couverte.

Jean-Philippe Hugron

Fiche technique

Programme : construction de la Médiathèque du Marsan, comprenant un espace tout public adulte, un espace public jeunesse, un espace arts, musique & cinéma, un espace intermezzo et une salle de conférences. Conception du mobilier spécifique. Parking semi enterré de 80 places.
Adresse : Caserne Bosquet, Mont-de-Marsan

Maître d’ouvrage : Communauté d’agglomération du Marsan
Architectes : archi5, associé à Borja Huidobro
Surface : 4.750m ² SHON
Coût : 12.309.000€ HT
Calendrier : Lauréats concours juin 2007 / Ouverture novembre 2012

Réagir à l'article


eva
design in

Album-photos |One57 à New York, Christian de Portzamparc : le plafond de verre ?

Plus haut, plus fin et plus rentable ! One57, la tour de logements livrée à New York en 2013 par Christian de Portzamparc, Pritzker 1994, s’insère désormais parmi les gratte-ciel iconiques de Manhattan....[Lire la suite]

archizinc

Projet |Frank Gehry, sauveur de Toronto ?

Composé de trois tours, le projet de Frank Gehry pour ranimer l’artère principale de la ville de Toronto, au Canada, devrait devenir, si sa réalisation est actée, l’une de ses oeuvres les plus réussies....[Lire la suite]

LCDLA

Présentation |Luanda, la nouvelle cathédrale de l'immobilier

Francisco Moraes Sarmento signe pour Exame, revue généraliste angolaise, dans son édition du 20 avril 2010, un article sur la Torre Ambiente, l’un des projets immobiliers les plus ambitieux de Luanda, la capitale du pays....[Lire la suite]

LCDLA

Entretien |A Anfa, la symphonie végétale d'Edouard François, qui grimpe, qui grimpe

Les façades végétales de tours résidentielles et de bureaux caractérisent le projet 'Les Jardins d’Anfa' prévu sur le site historique de l’ancien aéroport de Casablanca-Anfa. Dans un...[Lire la suite]

LCDLA

Présentation |Controversé, politiquement incorrect, Michel Holley. Et alors ?

29 étages depuis la dalle, 31 depuis le sol, voire plus, voire moins ; à «l'urbanigramme» d'en décider. Michel Holley évoque ainsi une théorie échafaudée au détour de vastes...[Lire la suite]

LCDLA

Opinion |Des tours, Stockholm et les Stockholmois disent oui !

Alessandro Ripellino dit oui, mais... L'architecte associé de Rosenbergs Arkitekter, dans une tribune parue dans le quotidien suédois Svenska Dagbladet le 28 août 2013, défend une position originale : des gratte-ciel,...[Lire la suite]