Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Brève | Logements sociaux à Saint-Priest : Vues sur la ville (06-02-2013)

L'agence d'architecture lyonnaise Tectoniques a livré en novembre 2012 un programme mixte comptant 62 logements sociaux et des commerces. Ce projet ouvre un volet récent de la réflexion et de la production de l’agence Tectoniques, le logement collectif en milieu urbain, puisqu'il s'agit de leur première réalisation de logements sociaux en ville. Communiqué.

Rhône | Tectoniques

'Les Symphonies' est un bâtiment de 62 logements sociaux dont 23 sont attribués au volet locatif et 39 à l’accession. Il prend place, à Saint-Priest, dans un tissu urbain typique des années 70, où immeubles en forme de tours et barres laissent encore une large place aux parkings de surface. La ZAC Mozart occupe une position stratégique dans le développement de sa commune, en face de la Mairie, 'Le Portique de Saint-Priest'. Sur 4,5 hectares, elle va densifier et structurer le centre, accompagner l’arrivée du tramway et le réaménagement de l’ensemble des espaces publics.

Une présence urbaine sobre

L’immeuble s’inscrit dans cette perspective en assurant la présence domestique d’un projet de logements et son rôle essentiel dans ce nouveau paysage urbain. Il structure l’espace dans un volume unique qui en occupe toute sa parcelle et respecte la canopée générale du quartier. Il tient fermement sa position d’angle, sur le boulevard Edouard Herriot au Nord et l’esplanade Henri Maréchal à l’Est, avec une présence sobre.

Conçu comme un tout, ce bâtiment sculpté rassemble les deux programmes dans un jeu alternatif de ressemblances et de différences.

02(@Renaud Araud)_S.jpgSculpter un volume unique

Dans une volonté de projet unitaire, campant une position ferme et sobre, aucune façade n’est privilégiée, toutes ont la même importance. Un socle vitré de 6m de haut, réservé aux activités commerciales, s’impose uniformément sur tout le bâtiment qui semble être suspendu. Il maintient une vitrine urbaine sur toutes ses faces et dessine des fronts linéaires stricts qui structurent l’espace public. Au-dessus, un volume sculpté de creux et de pleins permet d’éviter un effet massif et libère des échappées visuelles sur la ville.

Le programme s’inscrit simplement : la partie locative s’installe sur le boulevard Edouard Herriot, la partie en accession propose des appartements de grande taille en duplex orientés Est / Ouest sur l’esplanade et des petits logements destinés aux primo-accédants sur l’allée Condorcet. Les trois entités s’organisent autour d’un jardin sur dalle, au-dessus des commerces.

La mixité sociale des programmes introduit une richesse fonctionnelle et architecturale. Le projet concilie une lisibilité d’ensemble en conservant, malgré tout, quelques particularités à chacun des programmes.

03(@Renaud Araud).jpgEntre la rue et le logement, multiplier les espaces de transition

Entre rue et logement, un large vocabulaire d’espaces intermédiaires est employé. Ils jalonnent les différents stades de privatisation et d’intimité entre lieux collectifs et habitat. Entrées, coursives, galeries, jardin, balcons, terrasses, loggias... sont autant de lieux de transitions et de rencontres potentielles des résidents. Ils sont de grande taille et largement éclairés naturellement.

Les deux halls d’entrée, en double hauteur, s’alignent sur le socle commercial et deviennent des fenêtres sur rue. Le jardin, posé sur le toit des commerces, est un espace partagé, planté d’une prairie fleurie.

06(@Renaud Araud).jpgPour la partie locative, des coursives desservent cinq appartements par niveaux. Elles sont ouvertes sur le boulevard mais restent protégées, climatiquement et visuellement. 

Dans la partie accession, des galeries extérieures desservent des appartements en duplex. Leur largeur offre aux habitants des possibilités d’occupation transitoire : s’asseoir, se rencontrer, cultiver, entreposer...

Balcons, terrasses et loggias enrichissent les usages domestiques et rythment le bâtiment de percements ou d’incrustations de volumes vitrés. 

Chaque appartement dispose de cet espace extérieur qui le rapproche de la maison individuelle.

Les matériaux sont peu nombreux, utilisés sans ostentation mais avec finesse. Les panneaux de façades de couleur bronze métal donnent une note claire et sophistiquée, changeant avec la lumière et le soleil.

Habiter

Les logements rassemblent qualités de confort de vie et exigences environnementales. Au coeur de l’espace privé, le contrôle de l’intimité est indispensable. Le projet évite les co-visibilités et offre une forte isolation acoustique entre logements.

L’appropriation du logement par ses habitants est rendue possible par des typologies simples et évolutives. Ils sont tous traversants, avec une séparation jour / nuit, ce qui favorise ventilation et éclairement naturel et multiplie les vues et les orientations. Toutes les salles de bain sont éclairées et ventilées naturellement.

La présence d’un espace extérieur privatif, d’environ 7m², augmente les utilisations potentielles. Ils jouent le rôle d’espaces tampons thermiques et de protections solaires, ajustés par des stores vénitiens.

05(@Renaud Araud)_S.jpgConstruire en bois en ville

Passionnée de filière sèche et spécialisée dans la construction à ossature bois, l’agence Tectoniques se questionne aujourd’hui sur ses applications dans le domaine du logement urbain dense. C’est dans l’utilisation collaborative des matériaux qu’elle trouve des solutions. C’est à dire, l’emploi des matériaux là où ils sont le plus efficaces dans le rapport performances / économies.

Dans ce cas, la solution constructive mixte est formée d’une ossature primaire en béton habillée par des façades manteaux préfabriquées en ossature bois. Le processus de préfabrication est un atout majeur dans la construction en ville. Elle assure une mise en oeuvre propre et rapide et des chantiers possibles dans des sites urbains complexes.

Le projet a recours à des produits et procédés de construction simples, de grande durabilité et d’entretien limité. Il privilégie des dispositifs passifs pour la recherche de la qualité des ambiances et du confort, dans lesquels la morphologie et la typologie des espaces jouent un rôle premier (ventilation naturelle traversante, éclairement naturel de tous les espaces en particulier toutes les salles de bains, protections solaires, espaces tampons). Les équipements techniques viennent en appui de cette base pour atteindre des objectifs performants en terme d’énergie.

04(@Renaud Araud)_S.jpgFiche technique

Programme :
* 23 logements locatifs : SHON 1.643m² / SHAB 1.509m²
* 39 logements en accession sociale : SHON 3.193m² / SHAB 2.774m²
* Commerces : SHON 1.673m²
* Stationnement : 82 places de parking

Maître d’ouvrage : Alliade Habitat
Architectes : Tectoniques
Ingénieurs : Quadriplus
Environnement : Etamine

Total SHON : 6.509m²
Coût travaux : 7.318M€ H.T.

Réagir à l'article


tos15
lcdla juin15

Album-photos |Pierre-Yves Brunaud au 'Louvre du Peuple'

Ruine moderne ou scandale d’Etat ? Le musée des Arts et Traditions populaires poursuit sa lente agonie dans le Bois de Boulogne derrière de hautes palissades protégeant le regard du flâneur allant à la...[Lire la suite]

lcdla juin15

Album-photos |Pierre-Yves Brunaud au 'Louvre du Peuple'

Ruine moderne ou scandale d’Etat ? Le musée des Arts et Traditions populaires poursuit sa lente agonie dans le Bois de Boulogne derrière de hautes palissades protégeant le regard du flâneur allant à la...[Lire la suite]

lcdla juin15

Album-photos |Stéphane Chalmeau, sa pierre à l'édifice

Sans la photographie, l’architecture ne serait visible que de ses usagers familiers. Pour cette carte blanche, Stéphane Chalmeau donne à voir le Centre culturel de Vertou, réalisé par l'atelier Fernandez et Serres....[Lire la suite]

lcdla juin15

Album-photos |Patrizia Mussa, close up sur La Grande Motte

Gizeh, Teotihuacan, Tikal ? La Grande Motte ! «Oui c’est ça... Je dirais que l’architecture de Jean Balladur est mystique», affirme Rudy Ricciotti. Patrizia Mussa, au-delà des formes pyramidales si...[Lire la suite]

lcdla juin15

Album-photos |Passé au futur, Philippe Piron

Un sujet : l’ancien Centre des Télécommunications de Rennes, conçu par Louis Arretche. L’édifice, façon 'Jetson', reprend les codes modernistes et futuristes des années 70 : tripode,...[Lire la suite]

lcdla juin15

Album-photos |L'heure d'après de Pierre-Yves Brunaud

«J’ai vu des tableaux de l’industrie immobile, au milieu de chênes centenaires aux troncs massifs et puissants. J’ai entendu le ronronnement sourd des machines, le chant discret de l’eau qui circule dans les veines...[Lire la suite]