vmz

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Visite | Une 'extension' contemporaine nichée entre parc et champ de course (01-04-2010)

La veille d’emménager dans sa nouvelle maison de facture contemporaine, ce qui n’était pas prévu au départ, Madame de Balanda est «ravie». Il lui a fallu, avec son mari Jehan Bertran de Balanda, trois ans de patience et deux permis de construire pour en arriver là. Découverte d’un projet ‘tricoté de l’intérieur’ par l’architecte Hélène Bergeron.

Architecture intérieure | Logement individuel | Yvelines | Hélène Bergeron

Jehan Bertran de Balanda est un entraîneur de renom dans le petit monde des courses hippiques, qui s’occupe de la préparation de 70 pur sang. M. et Mme de Balanda vivent donc par et pour les chevaux à Maisons Laffitte (78), près de Paris.

Aujourd’hui, ils vivent, littéralement, au-dessus de l’écurie dans une maison 'sur pilotis', conçue par l’architecte Hélène Bergeron, une jeune femme énergique et intarissable mais qui a su se montrer pédagogue et convaincante.

02(@Helene Bergeron).jpgLe contexte de Maisons Laffitte, commune où les priorités vont aux chevaux avant les humains, ne se prête guère à la construction neuve ou l’extension d’une maison existante car tout l’espace est dédié aux pur sang, unique source de richesse de la ville. De fait, il est interdit de démolir des boxes, sauf à en reconstruire un nombre équivalent.

Les maîtres d’ouvrage souhaitaient pourtant, pour raisons professionnelles, leur nouvelle maison au coeur même du centre d’entraînement, un bâtiment d’un étage, datant de la fin du XIXème siècle, implanté en anneau autour d’une cour qui distribue des boxes sous toitures en tuiles brunes.

Seul existait un petit appartement de deux pièces au-dessus du porche donnant accès au manège. Cet appartement donnait lui-même sur une terrasse de cinq mètres de large surplombant les boxes et la galerie par laquelle chevaux et lads ont accès au manège et aux différents endroits du centre d’entraînement. C’est sur cette terrasse qu’un architecte d’intérieur avait proposé aux maîtres d’ouvrage de poser une maison, avec toit à deux pentes.

03(@Helene Bergeron).jpgEt c’est pour développer ce projet que contact fut pris avec Hélène Bergeron. «Le bâti n’avait jamais été prévu pour une élévation», constate l’architecte qui pense cependant «pouvoir faire quelque chose là-haut».

Effectivement, puisqu’elle propose bientôt d’utiliser toute la longueur de l’aile existante pour construire un bâtiment indépendant, sur pilotis, au-dessus donc de cette terrasse. Une extension sur pilotis au coeur de maisons Laffitte, il fallait y penser.

Ce qui explique d’ailleurs en partie les difficultés rencontrées pour le permis de construire. S’il s’agit officiellement d’une ‘extension’, la réalité est bien celle d’une construction neuve, en ‘connexion’ avec l’étage du pavillon abritant les deux pièces mentionnées plus haut.

Les piliers d’appui de la façade sud, habillés de briques pour s’inscrire dans l’existant, forment une nouvelle galerie de distribution le long des boxes, ceux de la façade nord ayant été édifiés, avec toute la prudence requise vis-à-vis de leurs locataires, au fond des boxes.

«Je voulais de la lumière, du bois et de l’espace», explique Madame de Balanda. Son mari ne connaît que deux passions, les chevaux et les bateaux. Pour ce couple qui n’avait jusque là imaginé qu’habiter une maison classique, la découverte de l’architecture contemporaine fut brutale.

04(@Helene Bergeron).jpgHélène Bergeron y a mis les formes, prenant tout le temps nécessaire pour comprendre leur fonctionnement, leurs attentes et composer ensuite entre l’aspect social lié à leur activité (réception des propriétaires, suivi des courses à la télé), la gestion des chiens et du bruit des chevaux et enfin le caractère privé d’un logement destiné à offrir une intimité rare alors qu’il est plongé au coeur même du centre. «Du coup, j’ai tricoté le projet à partir de l’intérieur», dit-elle.

Un intérieur particulièrement réussi, vaste (le tout dépassant les 200m²), lumineux, aménagé comme un loft (au plancher de chêne) en trois grands espaces (cuisine, salon, bureau) reliés par une voie de circulation, située au-dessus de la galerie.

Au sud-est, une grande terrasse arrondie relie le bâtiment sans rupture à l’existant. Du bureau, on accède à l’étage, une chambre et salle de bain nichées en vigie au dessus de l’édifice, avec des clins d’oeil marqués à la construction navale.

Un petit espace certes, tout en bois (teck) et donnant accès sur une nouvelle terrasse privative, mais vrai refuge loin de l’animation du centre. C’est également du bureau que l’on accède à l’ancien ‘deux pièces’ qui offre désormais chambres d’appoint, toilettes et buanderie. Les façades, sobres, en enduit au ton crème, ne font qu’envelopper cette conception, le rythme et la proportion des percements rappelant les entrées des boxes. Sur la façade principale, les menuiseries et les volets coulissants «marquent un rythme vertical».

Si la première esquisse d’Hélène Bergeron, en totale rupture donc avec le projet initial, a déconcerté les maîtres d’ouvrage, la confiance qu’ils ont accordée à l’architecte – «un luxe», insiste-elle – a permis de mener à bien un projet de facture contemporaine dans un environnement qui ne s’y prêtait en aucune façon.

Il est vrai que la maison, quasiment invisible de la rue car cachée par les bâtiments existants, s’est inscrite dans ce contexte avec une remarquable discrétion.

Quelques remarques. La connexion bureau/ancien appartement manque de lien, la circulation dans la maison en été, quand les fenêtres seront ouvertes, sera difficile et la chambre de l’étage, si elle est coquette, est contraignante puisqu’il n’y a qu’une seule position possible pour y mettre le lit et se retrouve donc totalement figée.

Cela dit, la maison est «géniale», pour citer les maîtres d’ouvrage qui sont la preuve que l’architecture contemporaine peut être parfaitement acceptée et appréciée par ceux-là mêmes qui ne l’avaient jamais évoquée. De plus, la trouvaille d’une ‘extension’ indépendante sur pilotis ouvre de nombreuses possibilités. En effet, de tels endroits ‘constructibles’, au-dessus de bâtiments existants dont l’intégrité est entièrement préservée, doivent se révéler nombreux si on les cherche. D’autant que le système constructif utilisé est classique en tous points : poteaux/poutres, parpaings et enduit.

Christophe Leray

Cet article est paru en première publication sur CyberArchi le 17 novembre 2004.

Réagir à l'article


tos2016
vz

Visite |Bernard Ropa a raccroché la lune

«Un cinéma en coque froide». Bernard Ropa, avec cette expression, aiguise la curiosité. Et pour cause, l’équipement que l’architecte vient de livrer à Montreuil s’inscrit dans un volume...[Lire la suite]

vz

Visite |Buffi, AIA et les autres font leur cinéma !

Encore un ! Et différent ! Cette fois-ci le Gaumont Convention vient d'ouvrir ses portes. Les Parisiens s'y pressent. Un véritable succès. En effet, ce cinéma «de quartier», dit-on, a subi plus qu'une...[Lire la suite]


vz

Visite |Babin+Renaud, de rouille et de plots

Comptant 84 logements, un centre social, une halte-garderie, une bibliothèque et un centre d'animation, le bâtiment livré en janvier 2014 par les architectes Jean-François Renaud et Eric Babin dans le XVIIIe arrondissement...[Lire la suite]

vz

Actualité |Les ruines modernes : c'est pas moi, c'est l'autre !

Signée Serge Kalisz, une lettre ouverte datée du 5 février 2016 et adressée à Michel Sapin, ministre des Finances, dénonce l’état de ruine du célèbre bâtiment conçu par...[Lire la suite]

vz

Visite |Le Mécano de flint

A La Courneuve, dans les ruines de l'ancienne usine dénommée Mécano - dont il ne restait que quelques piles, deux-trois plateaux et une structure métallique - ont été installés une...[Lire la suite]

vz

Présentation |L'Histoire allemande ne peut s'offrir de symbole

Le programme est sensible et la page historique loin d’être blanche. Sur papier, il s’agissait de concevoir un centre de documentation sur le nazisme. A Berlin, Peter Zumthor s’y est cassé les dents. La charge...[Lire la suite]