Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Exposition | 'Ricciotti architecte', sois belle et tais-toi ! (17-04-2013)

Flou artistique à la Cité. Exit les messes d'outre-tombe, la reine des institutions expose enfin un vivant pratiquant. Hommage ! A l'affiche donc, depuis le 11 avril et jusqu'au 8 septembre 2013, Rudy Ricciotti. On éteint et on montre tout ? Dans le sous-sol du Palais de Chaillot, version cryptée d'une exposition muette.

Cité de l'Architecture et du Patrimoine | 75016 | Rudy Ricciotti

'Ricciotti, architecte'. Mazette, quel titre ! Mais qui va donc chercher tout ça ? La précision est sans doute utile pour celles et ceux qui croyaient l'homme de Bandol encore danseuse étoile. Didactique Cité...

Ricciotti, architecte. Enchanté ! Moi, visiteur.

Sur l'affiche, une incroyable photographie du MUCEM. Au delà, aucune problématique n'est évoquée. Une période ? Un angle ? Une thématique ? Les usagers ? La Cité, toujours au plus simple.

En sous-sol, les murs noirs, endeuillés, se font le support de toiles et de diaporamas dynamiques. Une hagiographie ? Pas même. L'exposition est muette.

02(@LisaRicciotti)_S.jpgCelui qu'elle présente aime pourtant les mots et brandit le verbe comme une arme de provocation. Bien sage soudain, 'Ricciotti, architecte'. Policé même.

Sans jamais voir le jour, l'exposition était en projet depuis bien des années. Aujourd'hui, une exhibition au prix de concessions ? Surtout, sois belle et tais-toi !

Le passage était sans doute obligé pour la Cité. En témoigne l'importante couverture médiatique de l'architecte : New York en parle*. A Paris, un juste retour des choses. Vite fait, mal fait, l'expo-promo.

Bref, Chaillot, niveau -1. L'espace est sombre. Echoués, au sol, quelques échantillons mais aussi de spectaculaires coffrages. Aucune explication. Les journalistes sont certes menés d'un dispositif à l'autre, tenus par la main. D'aucuns scribouillent les explications éclairées du maître. «L'exposition s'adresse aux professionnels», susurrent quelques-uns d'entre eux.

Ni plan, ni coupe, ni détail de conception. Pas même un croquis. Pas même une page manuscrite. Une analyse ? Une critique ? Le visiteur lambda devra, lui, se débrouiller seul.

Bref, une exposition qui se contente principalement d'images. Bienvenue dans la version bêta d'un site Internet ?

A quoi bon se déplacer à Paris pour voir quelques clichés ? Les coffrages, direz-vous.

Alors, en guise d’expo in vivo : à sept stations de métro, le chantier du Stade Jean Bouin ; à dix-sept, le centre Aimé Césaire ; à dix-huit, celui du l'ilot T8 face à la bibliothèque François Mitterrand. Trois ouvrages en cours plus édifiants en eux-mêmes que trois boulons en vitrine.

Enfin, pour trois euros de plus, une halte au Louvre permettra, en lieu d'échantillons et de quelques photographies, de visiter l'original. Ricciotti, architecte échelle 1 !

Exhaustive ? L'exposition ne l'est pas. Quelques projets sont passés sous silence. Des zones d'ombre au grand oeuvre ? La sélection n'est jamais argumentée ni expliquée. Le doute est donc permis.

Caché derrière les deux seules maquettes de l'exposition - provenant, du reste, de collections privées -, un écran diffuse un long entretien, éclairant. Rudy Ricciotti, de son propre aveu, ne dessinerait pas. Provoc' ?

L'exposition n'élude donc pas le secret de la conception. Elle ne révèle pas plus l'imaginaire de l'architecte ni ne porte sa faconde. Minime, le propos est sage, circonstancié, technique. Ricciotti, maître d’oeuvre.

03(@LisaRicciotti)_S.jpgReste, pour le plus patient d'entre tous, la projection d'un film financé avec les deniers de l'Etat : L'Orchidoclaste de Laetitia Masson. Double je !

Sur l'écran, le spectateur assiste à la rencontre de deux égos. Insupportable et drolatique, prévisible et surprenant. «Quand j'ai vu Rudy Ricciotti pour la première fois, j'ai su qu'il était pour moi», la voix de la réalisatrice se veut mielleuse et sensuelle. A voir et revoir.

Bref, au lieu de présenter l'homme debout, la Cité préfère - avec sa complicité, bien entendu - exhiber l'homme qui transpire.

Là-haut, sur la colline, les renards de Chaillot n'ont qu'à bien se tenir. Ricciotti (s')expose !

Silence.

Jean-Philippe Hugron

* Lanie Goodman a publié un long article intitulé 'Ground Breaker' dans l'édition du 17 septembre 2012 de The New York Times.

Lire aussi | L'Orchidoclaste ? Plutôt Rudyyyyyyyyyyy

Réactions

Rozenn | artiste peintre | Bretagne | 21-04-2013 à 23:38:00

oui visiblement Ricciotti fait grincer les dents de certains. Oui, il est beau gosse, oui,il a de la gueule mais ce que j'aime surtout chez lui, ceux sont ces oeuvres. Bien sûr, j'irai à la cté voir son expo et descendrai sur Marseille voir le MuCem, véritable chef d'oeuvre! en déplaise à Jean Philippe.( article de bas étage!!!)

Beam75 | Architecte | Ile-de-France | 19-04-2013 à 11:27:00

Complètement d'accord avec votre analyse. Une expo superficielle malgré une belle tentative de Laetita Masson qui aura au moins tenté de percer le travail de l'architecte. Simplement dommage de devoir en faire tout un article pour si peu...
Pour une vraie expo travaillée je vous recommande celle de l'agence Fabienne Bulle a la galerie de l'architecture.

Degio | chefderub | Uzès | 18-04-2013 à 16:40:00

Mais JP, qu'est-ce qui t'arrive? Depuis quelques temps je te trouve de plus en plus fielleux, de plus en plus vindicatif. Faut pas être aigri comme ça. Zen. Respire... Cool... Là, déjà, ça va mieux, non? :-)

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 de Perraudin Architecte

La France, la Suisse, le Liban et le Sénégal furent des lieux de développement et de recherches sur la sobriété constructive. La terre non stabilisée a été éprouvée par les...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Fresh Architectures

2018 a été une très belle année pour FRESH Architectures. A ce titre, ALLURE s’est affirmé comme le projet phare, mené de concert par nos équipes et par celles de notre partenaire : ITAR...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de NOMADE architectes

Riche actualité pour l’agence NOMADE architectes cette année ! 2018 est ponctuée par les livraisons de programmes variés dont 36 logements collectifs à Caen (14), l’Hôtel de Ville à...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'Elizabeth de Portzamparc

Le Musée de la Romanité de Nîmes, événement architectural et culturel contemporain, a été inauguré le 2 juin. Une monographie sur le travail d’Elizabeth de Portzamparc a été...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Bechu & Associés

Une année riche en projets à toutes les échelles (urbaine, architecturale et intérieure avec notre équipe Volume ABC) pour notre agence familiale et internationale qui se prépare à fêter ses 100...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Mikan

Une année commencée avec quelques concours perdus, terminée par un concours gagné le 20 décembre. Entre les deux quelques projets chez nous au Japon, aux Philippines, une exposition en Australie et un jardin avec...[Lire la suite]