Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Brève | Laboratoires de recherche de l'INRA à Champenoux, au coeur du bois... (16-04-2013)

Le Laboratoire d’Ecologie et de Génomique Forestière (LEGF) de l'INRA, sur le site de Champenoux, près de Nancy, est en structure bois - qui plus est local -. Un écho au contexte ainsi qu'aux travaux qui y sont menés. Livré en avril 2012 par l'agence Tectoniques, le bâtiment illustre la «pratique engagée» des architectes, lesquels placent «l'écologie au rang d'outil conceptuel». Communiqué.

Meurthe-et-Moselle | Tectoniques

Le site de Champenoux, en Lorraine, est l’un des 5 sites en France sur lesquels travaillent des agents de l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA). Installé dans l’immense forêt d’Amance, il s’est enrichi d’un nouveau bâtiment de laboratoires et de bureaux qui vient compléter le site existant.

Ces plateaux techniques de haut niveau accueillent des chercheurs français et étrangers qui collaborent dans l’étude de l’écologie et de la génomique forestière. De par son histoire et son positionnement géographique, le centre INRA de Nancy s’est toujours largement consacré à l’étude de la forêt et de ses produits (dont le bois est le plus significatif). 500 personnes étudient les sujets allant du génome au territoire en passant par le fonctionnement des arbres et des écosystèmes ou encore par l’économie forestière ou la production de biomasse.

Pour ces spécialistes du bois en France, le projet devait être exemplaire d’un point de vue environnemental avec un affichage 'tout bois', afin de mettre en accord le fond et la forme.

Sa façade Sud en courbe embrasse toute l’entrée du site et se présente comme un jeu de rubans de bois sur fond de paysage. La face Nord, lisse, répond aux bâtiments construits dans les années 60. Ces deux éléments dynamiques du projet se rejoignent par un atrium, véritable coeur du projet.

Derrière son apparence légère, ce bâtiment cache une grande technicité imposée par l’exigence de son programme. Architectes et maître d’ouvrage ont travaillé dans un cercle vertueux pour optimiser ses performances et impliquer avec une grande pertinence toute la filière bois locale.

04(@Renaud Araud)_B.jpgL’atrium, entre centre nerveux et jardin intérieur

L’atrium est le centre nerveux du projet. Il forme une 'ruche' nourrie par les co-visibilités entre les activités. Il est le lieu des échanges, des partages, des rencontres et des expositions de travaux. Cette image transforme l’idée que l’on se fait de la recherche. Il relie les deux bâtiments dans une ambiance agréable caractérisée par des jeux d’escaliers, de passerelles et de transparences.

Pour accentuer le caractère à part de cet espace, les paysagistes de l’agence Itinéraire Bis ont conçu un jardin exotique avec une autre nature, décalée, étonnante, tropicalisée, foisonnante et colorée. Toutes les galeries de distributions, les escaliers et les ascenseurs, sont immergés dans ce paysage. Il est généreusement éclairé, arrosé avec les eaux pluviales récupérées, animé par un bassin et planté en pleine terre. Les plantations sont organisées en trois strates : les herbacées au sol, les arbustes à hauteur d’homme, les grands arbres colonnaires qui traversent les étages.

Pour les experts de nos forêts, c’est un milieu boisé insolite et dépaysant, compatible avec une chaleur maintenue constante toute l’année.

L’atrium procure aux deux bandes Nord et Sud, occupées par des locaux peu épais, une double orientation avec les avantages connus en terme de vues, de ventilation et d’éclairage naturel. La grande lentille en polymère ETFE qui le couvre lui apporte une lumière naturelle uniforme et contrôlée, produisant un effet de ciel artificiel.

03(@Renaud Araud).jpgBâtiment bifacé

Le programme est réparti sur deux orientations. La face Nord du projet est une réponse aux bâtiments des années 60 existants sur le site : façade lisse, habillages en panneaux bakélisés et fenêtres en bandeaux horizontaux. Elle fait écho aux édifices implantés en vis-à-vis, avec lesquels elle est reliée par une coursive en bois. On y trouve la majeure partie des laboratoires, bénéficiant d’une lumière stable, sans surchauffe estivale et gardant un lien visuel direct avec le reste du Campus.

La face Sud matérialise l’entrée du Campus. Elle qualifie le projet avec sa double peau en bois et son plan courbe. La majeure partie des bureaux y est logée, affichés sur la voie d’accès, équipés de protections solaires adaptées et bénéficiant de vues vers le lointain.

Les coursives extérieures, protégées par une claustra en bois, prolongent les espaces de travail en créant un jeu de rubans de bois et de tressage horizontal et vertical. Elles jouent le rôle d’ombrières, réglées pour équilibrer protections et apports solaires et conserver intimité et confidentialité nécessaires. La densité varie selon l’orientation. De l’Est à l’Ouest, la texture du premier plan se densifie et entraine un effet cinétique de la façade.

Les garde-corps en maille inox, les sols en caillebotis métalliques apportent légèreté et transparence à cette double épaisseur, en multipliant les impressions de tissage. C’est une structure suspendue, indépendante afin d’éviter les ponts thermiques, construite sur une logique d’utilisation d’un seul gabarit de section de bois (4cmx12cm), pour garder un aspect très fin.

02(@Renaud Araud)_B.jpgStructure apparente

En dehors d’une zone technique au rez-de-chaussée du bâtiment Nord, l’ensemble du projet est en structure bois ce qui est inédit pour un programme de laboratoire avec de grandes exigences techniques (température, pollution, vibrations...).

L’utilisation du bois est rendue systématique (façades, planchers et refends intérieurs). Au delà des arguments d'éco-construction, que l’agence Tectoniques défend dans tous ses projets, il fait écho au sujet des recherches menées dans ces laboratoires (génomique forestière).

Le parti constructif consiste à utiliser du bois massif avec des petites portées et un rythme dense sur une trame de 1,20mx6m. C’est un projet qui utilise un grand volume de bois, des bois locaux, peu transformés et choisis dans la forêt voisine.

La construction en filière sèche, l’utilisation de trames structurelles courtes, la taille et le mode d’assemblage des 'macro composants' préfabriqués et un plan facile à développer en extension, sont autant de dispositions qui garantissent l’évolutivité de ce laboratoire, y compris à court terme. En effet, les plateaux sont rendus libres de structures et peuvent être cloisonnés et modifiés au gré des besoins.

Par ce procédé constructif très visible, on peut dire que ce projet est très représentatif du travail de l’agence Tectoniques. Un parallèle peut être fait, par exemple, avec l’Espace Nordique pour le Biathlon à Bessans (73).

06(@Tectoniques)_B.jpgExpérimenter le bois en filière courte

Le projet fait la part belle au bois : 250m3 de sapin pectiné et de sapin de Douglas ont été employés dans ce chantier, uniquement sous forme de bois massif. Il s’agit d’une illustration du potentiel de la filière forêt-bois régionale à répondre à des demandes pointues. 

En effet, le bois utilisé en structure a été récolté dans des forêts vosgiennes, dans lesquelles les arbres ont été sélectionnés sur pied pour leurs caractéristiques dimensionnelles et mécaniques. Le sciage a été réalisé à quelques kilomètres des parcelles et la filière a fonctionné sur le modèle du contrat d’approvisionnement mis en place ces dernières années par l’Office national des forêts (ONF).

Cela permet la valorisation du sapin des Vosges, alors même que les gros et très gros bois résineux qui caractérisent les forêts du massif posent des problèmes de débouchés. Du bois classé structure C24 (marqué CE), séché, raboté, de marque Sélection Vosges, a été utilisé. Des sciages hors coeur ont été sélectionnés, demandant pour leur réalisation un savoir-faire spécifique qui est le propre des scieries lorraines. La scierie Bastien, de Romoneix a mené à bien l’opération, à partir de grumes provenant de la forêt domaniale d’Ormont-Robache et du défilé de Straiture. Une coopération étroite s’est établie entre l’ONF et la scierie : la traçabilité des bois du bâtiment INRA est complète.

Equipements spécifiques

Un certain nombre de dispositions permettent d’obtenir une qualité environnementale exemplaire, associée à la certification NF HQE Bâtiments tertiaires.

La première mesure concerne la performance de l’enveloppe : isolants laine de bois de forte épaisseur, triple vitrage (sauf pour les parties Sud). Un puits canadien, construit avec les précautions nécessaires sur un sol d’argiles gonflants, permet de disposer d’un air préchauffé ou rafraîchi.

Une chaufferie bois expérimentale a été installée pour venir en complément de la chaudière gaz du site existant. Elle utilise le miscanthus, cultivé et exploité sur le site par l’INRA, en complément de plaquettes bois. Un hangar a été construit, dans le cadre du projet, pour son stockage.

L‘atrium, coiffé d’une lentille en ETFE, constituée de 3 membranes, joue le rôle d’une cheminée de tirage : en hiver, le dispositif tempéré avec les apports solaires zénithaux et le chauffage par le sol ; en été, des ouvrants automatisés permettent une ventilation naturelle des locaux.

Un système de sorbonnes complète les dispositifs naturels pour répondre aux exigences des laboratoires. Il occupe un niveau technique en couronnement du bâtiment, désolidarisé sur plots et sur isolation. La récupération des eaux pluviales dans une cuve enterrée dessert les bassins du jardin intérieur, les toilettes et l’arrosage des plantes.

07(@Tectoniques)_S.jpgFiche technique

Laboratoires d’écologie et de génomique forestière, site de Champenoux, près de Nancy (54)
Maître d’ouvrage : INRA
Architectes et Economistes : Tectoniques
Pilotage et coordination chantier : ETICO
Paysagiste : Itinéraire Bis
Ingénieurs : Anglade Bois, Sechaud et Bossuyt fluides, Inddigo Environnement
Surface utile nette : 1.440m²
Coût des travaux : 5,5M Euros HT

05(@Renaud Araud)_B.jpg

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 de Bechu & Associés

Une année riche en projets à toutes les échelles (urbaine, architecturale et intérieure avec notre équipe Volume ABC) pour notre agence familiale et internationale qui se prépare à fêter ses 100...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Groupe-6

Expositions, Saclay, santé !    L'exposition Interactions à la Galerie d'architecture s'est prolongée à Grenoble où elle durera encore quelques semaines ! Cette année 2018 a aussi mis à...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de RozO

Ce salon urbain réalisé par RozO pour Icade marque un renouveau de ces parcs d'activité en développant une autre relation au lieu de travail. RozO redessine l'ensemble des espaces extérieurs du site afin que ces...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Bruno Rollet

2018, une année innovante. Deux maisons connectées à Bezannes alliant domotique, télémédecine, et économie d’énergie : une façon nouvelle d’appréhender son lieu de...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Dietrich | Untertrifaller Architectes

L’actualité de l’agence franco-autrichienne Dietrich | Untertrifaller Architectes est très riche. Parmi les livraisons récentes à l’international et projets en cours, on trouve notamment deux...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Search

L’Agence Search, fondée à Paris en 2005 par Caroline et Thomas Dubuisson, s’illustre dans des registres variés d’équipements publics et privés. L’actualité de l’agence concerne,...[Lire la suite]