vmz

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil International

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Le projet lauréatLe projet lauréat

République tchèque | Des 'Kubik's cubes' pour une station de ski (24-04-2013)

Certes, avec sa vingtaine de pistes, la station plutôt huppée de Pec pod Snezkou, au sein des 'Monts des Géants' en République tchèque, n'est pas Courchevel. Pourtant, comme l’indique l’article signé Jaroslav Hubený, paru le 30 novembre 2012 dans le quotidien tchèque 'iDnes', de plus en plus d'architectes et d'investisseurs souhaitent en faire une destination phare en adaptant Pec pod Snezkou aux standards européens. D’où un concours d’architecture étonnant.

Logement collectif | Commerces et hôtels | | Opočenský-Valouch Architects

Contexte
Pec pod Snezkou, commune située dans le nord de la République tchèque, au sein des 'Monts des Géants', possède le domaine skiable le plus important du pays.
Si, pour l'instant, il est principalement fréquenté par les Tchèques, les Slovaques et les Polonais, ces derniers apprécient son cadre ensoleillé et idyllique et se ruent sur ses pistes lors des week-ends et des vacances scolaires. De fait, les files d'attente sont parfois interminables et les infrastructures d'accueil commencent à manquer.
Ce qui tracasse l'investisseur Martin Kubik, déjà propriétaire de nombreuses boutiques et d'une galerie marchande au sein de la station et qui souhaite renouveler la forme architecturale de cette dernière en la dotant d'un nouveau complexe commercial et de loisirs, lequel devra être moderne et s'accorder parfaitement avec le paysage montagneux.
Plutôt que de lancer un appel d'offres public, Martin Kubik a décidé d'organiser un concours. Assisté des membres du jury, composé de plusieurs architectes tchèques de renom, il a convoqué une dizaine de bureaux d'architecture chargés de lui présenter leurs idées. Intrigué par le procédé, le journaliste Jaroslav Hubený est allé à la rencontre du promoteur.
C'est finalement le bureau 'Opočenský-Valouch Architects' qui fut désigné vainqueur. Le projet de ce dernier qui, selon Martin Kubik s'accorde le mieux avec le paysage de Pec pod Snezkou, devrait être livré fin 2014. 
Au programme, du bois, du bois et encore du bois.
KC

02(@PetrHajek)_S.jpgUN INVESTISSEUR SOUHAITE CHANGER LE VISAGE DE PEC POD SNEZKOU
Jaroslav Hubený | iDnes

PEC POD SNEZKOU - Copropriétaire de plusieurs magasins et galeries, initiateur de nombreuses activités commerciales, Martin Kubik, de la ville de Litomyšle, se lance dans l'aménagement et la construction du centre commercial et de loisirs 'Sněžka' dans la station de Pec pod Snezkou, au sein des Monts des Géants. Il souhaite ainsi honorer l'architecture de montagne.

«J'ai une relation très chaleureuse avec l'architecture. L'architecture me fascine, j'aime l'étudier, la regarder, je l'aime tout court. De plus, je suis toujours venu skier à Pec», explique l'homme de quarante et un an qui a récemment achevé son projet de concours de construction original d'un complexe résidentiel et commercial au sein du parc national des Monts des Géants, à plus de 80 millions de couronnes.

La façon dont il a souhaité organiser cet évènement mérite que l'on s'y intéresse. En effet, Martin Kubik a décidé d'organiser un concours d'architecture plutôt inhabituel. Si, en général, ce sont les propriétaires fonciers, les 'Freeholders' qui se précipitent sur ce genre de compétitions, cette fois, Martin Kubik a voulu faire 'à sa sauce'. Et ça a marché ! Il a reçu bien des éloges.

«Nous avons rencontré dix bureaux. Parmi eux, neuf ont participé au concours. C'est le projet du bureau d'architecture et de design 'Opočenský-Valouch Architects' qui s'accorde le mieux avec l'endroit où il se trouve. Nous sommes à Pec, ne l'oublions pas : l'ensemble ne doit être ni pompeux ni arrogant et exiger une certaine qualité. Plutôt que de faire du sensationnel, nous avons préféré planifier quatre bâtiments différents, de quatre étages chacun, avec des façades en bois, vue sur les pistes et qui, tout en proposant une grande quantité d'activités, respectent le caractère d'un village de montagne».

03(@EsterHavlova)_B.jpgLa station de Pec pod Snezkou - Vue actuelleLe futur centre 'Sněžka' à Pec pod Snezkou sera donc non seulement en accord avec la nature mais également avec le plan directeur qui exigeait que les maisons soient assez espacées les unes des autres afin de ne pas se chevaucher et de respecter l'espace. Ce règlement ne concerne pas le centre du village, qui peut, lui, accueillir une plus grande concentration de constructions. Cela, Martin Kubik le savait. Mais il a quand même opté pour l'option difficile.

Jaroslav Hubený : Pourquoi Pec ? Que préparez-vous au juste ?

Martin Kubik : Pourquoi Pec ? Et bien, ma soeur Miroslava y possède, depuis 1979, une boutique dans un bâtiment de deux étages et de 1.200m² de surface construite. La moitié de cette surface ne sert absolument à rien. Le projet de construction prévoit, logiquement, de réaménager l'espace afin que commerces et services soient situés au rez-de-chaussée, tandis qu'au-dessus se trouveront des appartements de location. Nous nous situons dans un endroit très exposé et il existe une grande quantité de solutions possibles pour un R+4. Par conséquent, ma soeur et moi, nous nous sommes, dès le début, faits à l'idée que la meilleure solution devra émaner d'une concurrence entre des architectes de renom.

Un procédé pourtant assez rare...

Il est, en effet, probable que cela ait créé une vague d'intérêt. Et puis, c'est normal après tout, lorsqu'on est à la recherche de la meilleure solution, d'organiser une compétition afin de voir celles qui nous sont proposées. En outre, j'ai beaucoup apprécié la compréhension du maire de Pec, Alan Tomasek, qui a entendu notre désir d'apporter à sa ville une architecture de qualité. Il a beaucoup voyagé, connaît bien les stations de sport d'hiver de l'étranger ainsi que les spécificités locales. Il nous a donc aidé en tant que conseiller externe pour le jury qui a choisi le projet gagnant.

04(@OpocenskyValouchArchitects)_S.jpgCombien de bureaux ont participé à la compétition ?

Au départ, je souhaitais obtenir un nombre maximal de propositions en ouvrant largement ce projet à la concurrence. Mais l'architecte Adam Gebrian, qui nous a aidé pour l'organisation, nous a finalement convaincu de préférer une vraie compétition entre des bureaux que nous aurions nous-mêmes sélectionnés plutôt que de lancer un appel d'offres public. Selon lui, quantité ne rime pas toujours avec qualité. La motivation des concurrents est d'autant plus grande lorsque le nombre de ces derniers est limité. 

De plus, nous étions convaincus (et c'est un bon point) que nous allions recevoir de très bons projets. Nous avons contacté dix bureaux différents, parmi lesquels, neuf ont participé au concours. Au premier tour, chaque bureau devait tout simplement répondre à huit questions, telles que la façon dont ils voyaient les projets de constructions en montagne, les avantages et inconvénients qui peuvent résider dans l'aménagement de l'espace et ainsi de suite. Lors du second tour, six bureaux ont pu exposer leur projet de façon plus précise. Finalement, deux bureaux de renom furent retenus.

Qu'auriez-vous fait si vous aviez eu une opinion complètement différente de celle des autres membres du jury à propos des gagnants ?

C'était une de mes craintes. Vous savez, lors de la préparation du concours, nous sommes légèrement sortis des règles de la Chambre tchèque des Architectes. Mais là où ce n'était pas conforme, nous avons su arranger les choses et ce fut finalement l'un des succès de cette compétition. Le jury étant composé des architectes Josef Pleskot, Anthonin Novàk et Adam Gebrian, nous nous sommes, ma soeur et moi, très vite rendu compte que nous étions en minorité. Mais je suis très heureux que nous ayons eu notre mot à dire et que nous nous soyons entendus sur les trois premiers emplacements. Pour l'un des trois premiers bâtiments, nous n'avons d'ailleurs pas eu à voter : le choix fut unanime.

05(@Franekarchitekti)_S.jpgQu'aimez-vous le plus dans le projet gagnant du bureau Opočenský-Valouch Architects ?

Son originalité et sa capacité à s'adapter à une large gamme de terrain. Les architectes ont installé trois nouvelles constructions à côté de celle déjà existante. L'étage supérieur a été détruit et remplacé par un parking qui s'ouvre sur une immense prairie. Nous sommes à Pec, ne l'oublions pas ! Le projet ne doit être ni pompeux, ni arrogant, il doit apporter une certaine qualité. Mais le but n'est pas non plus de faire du sensationnel : cela coûterait beaucoup plus cher.

Quand le projet sera t-il livré ?

Si tout se passe bien, fin 2014.

Propos recueillis par Jaroslav Hubený | iDnes | République Tchèque
30-11-2012
Adapté par : Kyrill Convenant

06(@OpocenskyValouchArchitects)_B.jpgLe projet lauréat

Réagir à l'article


tos2016
elzinc

Présentation |Ca plane pour SOM !

«890 millions de dollars» pour un édifice «culturellement significatif». Le magazine anglophone Sourceable, spécialiste des questions industrielles, ne tarit pas d'éloges quant au nouvel aéroport...[Lire la suite]

elzinc

Album-photos |A Santiago, Teodoro Fernández et l'urgence de la légèreté

Pour abriter les nouveaux locaux du Bureau National d’Urgence du Ministère de l’Intérieur chilien (ONEMI), Teodoro Fernández, architecte, a conçu à partir d’une situation existante un ensemble...[Lire la suite]



elzinc novembre

Présentation |«Faire de l'architecture devient la part intime du projet», assure Joe Vérons

La technique n'est plus le sujet. En revanche, l'administration et la lutte face à la bureaucratie devient un enjeu majeur. Coûts et délais en découlent. Dans ce contexte, faire de l'architecture semble annexe voire...[Lire la suite]

elzinc

Présentation |Fernando Menis, volcan, soupe et kilomètre zéro

Depuis Tenerife, Fernando Menis imagine une architecture tellurique, quasi volcanique. La plupart de ses édifices sont d’imposantes structures minérales, plus ou moins torturées, autant que peuvent l’être...[Lire la suite]

elzinc

Notice |Casa MO par Gonzalo Mardones Viviani

Gonzalo Mardones Viviani aime à citer son maitre Alberto Cruz Covarrubias pour qui, un architecture sans idée relèverait simplement de la construction. «Il est à mon sens l’architecte le plus profond de la...[Lire la suite]

elzinc novembre

Présentation |2/3/4/ dans la balance

Nouveau marché en maîtrise d’œuvre et question de la représentation de la justice...autant de sujets abordés lors d'un projet malheureusement boudé de palmarès en tout genre… pour une raison...[Lire la suite]