vmz

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Présentation | Maison B2, Büykhüsun, Ayvacık, Turquie (26-01-2005)

Selman et Suha Bilal, deux frères de nationalité turque et finalistes du prix Aga Khan 2004, désiraient construire une maison de vacances sur la côte Nord de la mer Egée, en Turquie, pour passer leurs week-ends dans un lieu retiré, empreint de beauté et de calme mais à courte distance d’Istanbul, leur lieu de résidence principale.

Aga Khan | Autres | Turquie

La maison B2 se situe aux abords de Büykhüsun, un petit village proche d’Ayvacik habité par une communauté très soudée de 450 habitants qui vivent principalement de l’agriculture. Située juste à l’extérieur de la limite sud-est du village, la masse pure et rectangulaire de la maison B2 se trouve sur un site en terrasse.

Indéniablement moderne et différente des maisons traditionnelles du village, elle s’intègre néanmoins à ce contexte grâce aux techniques et matériaux locaux utilisés pour sa construction. La maison est ouverte sur l’environnement et invite ses occupants non seulement à observer le paysage mais aussi à s’immerger dans la nature par l’occupation d’espaces externes ou semi externes de la maison. Cet habitat simple devient un espace de célébration et de contemplation.

02(@CemalEmden)_S.jpgLa réponse de l’architecte turc Han Tümertekin à la topographie inclinée de ce terrain triangulaire, avec un dénivelé entre le nord et le sud de 7 mètres, est basée sur les traditions locales de construction en terrasse. Le site est divisé en deux niveaux ; une différence de 1.3 mètres les séparant.

La première zone horizontale est un rectangle allongé sur lequel est situé la maison ; la seconde zone est une terrasse triangulaire à l’arrière de la maison qui est utilisée comme jardin. A l’image des constructions locales, la maison B2 est construite à flanc de montagne. Mais contrairement à la typologie des constructions locales, aucun mur ne délimite le terrain autour de la maison B2. C’est pourquoi le site est absorbé par le paysage environnant même si la maison en est séparée, apparaissant comme un objet sculptural sur un piédestal.

Pour limiter les coûts de construction, les propriétaires optèrent pour une maison d’une échelle respectable dont la structure simple et pratique demanderait un minimum d’entretien. L’organisation spatiale est donc simplifiée : le rez-de-chaussée est occupé par un vaste espace de séjour et l’étage supérieur comprend deux chambres. Ces deux étages communiquent par un escalier extérieur en bois et en acier.

03(@CemalEmden)_B.jpgLa pureté des volumes principaux et leur intégration dans la nature sont rendues possible par des espaces semi externes, contenus par un mur secondaire d’une profondeur de 1.2 mètres qui comprennent les salles de bain, la buanderie, un réduit, une petite cuisine et une cheminée donnant sur un salon extérieur placé sous la cage d’escalier. Tous les espaces extérieurs sont conçus comme partie intégrante de la maison.

La structure du bâtiment est antisismique ; elle est simple, construite à l’aide de techniques et de matériaux locaux. Une composition tripartite forme les façades Est et Ouest avec deux structures porteuses en béton encadrant un mur de pierre. Cette continuité de composition en pierre et en béton se prolonge sur le toit bien que les pierres n’y soient pas fixées.

04(@CemalEmden).jpgAvec un langage architectural minimaliste qui préconise l’utilisation de matériaux modestes et de formes rudimentaires, un traitement remarquable de l’espace est proposé. L’espace atteint une présence sublime de telle sorte que la perception de l’habitat devient la perception de la monumentalité.

La maison fonctionne comme un système à percevoir la nature selon un mode hypnotique exilant le visiteur de ses activités domestiques vers un état de contemplation pure dans une zone hors du temps.

Par sa conception et sa représentation ses utilisateurs peuvent facilement se transposer dans différentes réalités : la masse pure sur un piédestal est conçue avec la silencieuse grandeur et la noble simplicité d’un monument, tandis que son échelle et ses matériaux modestes l’intègrent au monde vernaculaire.

05(@CemalEmden).jpgCitation du jury

Cette maison a été sélectionnée pour recevoir un Prix car elle incarne un sens de la perfection et du bien-être. Elle représente une approche moderne qui reconnaît l’histoire d’un lieu, son paysage et ses maisons environnantes et constitue une forme de création unique, tout en s’intégrant dans sa communauté.

Cette maison est un cas isolé (formes superbes et élégance des matériaux), mais de futures constructions pourraient s’inspirer de ce modèle et l’intégrer entièrement dans un environnement plus vaste.

06(@CemalEmden).jpgConstruite avec un minimum de moyen, B2 inspire une profonde dignité. Engageant le regard au-delà de l’horizon lointain avec ouverture et clarté, elle célèbre la contemplation. Elle témoigne d’une grande maîtrise architecturale tout en traduisant l’individualité des aspirations de l’architecte.

Habitée, cette maison devient un lieu signifiant pour la communauté, accueillant visiteurs et passants avec bienveillance. Vide, elle continue d’inspirer le respect qui lui est dû.

Réagir à l'article


tos2016
vz

Visite |A Charleroi, l'icône est morte, vive Archiscenographie Roland

Arthur Rimbaud et Jean Nouvel y ont certes laissé leur trace. La ville change tant bien que mal et la tour bleue du nouveau commissariat présage de futures métamorphoses à la verticale mais aussi à...[Lire la suite]

vz

Présentation |Manuelle Gautrand. Avant / Après

Ce qui est fait, est fait. Manuelle Gautrand n'apprécie pas, à proprement parler, les retours en arrière. A Béthune, elle y était pourtant contrainte et forcée. L'architecte devait en effet penser l'extension...[Lire la suite]


vz

Présentation |L'Histoire allemande ne peut s'offrir de symbole

Le programme est sensible et la page historique loin d’être blanche. Sur papier, il s’agissait de concevoir un centre de documentation sur le nazisme. A Berlin, Peter Zumthor s’y est cassé les dents. La charge...[Lire la suite]

vz

Livre |L'architecture ‘'invisible' de Bernard Zehrfuss

Bernard Zehrfuss, Fitzcarraldo de Fourvière ? En s’appropriant les pentes de la colline sur laquelle, autrefois, se développaient les gradins de l’amphithéâtre de Lugdunum et en y logeant le musée...[Lire la suite]

vz

Présentation |Studio 02, régionaliste ? Et puis quoi encore !

Baud, un village d’irréductibles ? Une vision parisianiste ! Pourquoi donc imposer un régionalisme, aussi critique soit-il, à un bourg breton ? Lors du concours pour la réalisation de la...[Lire la suite]

vz

Chronique |Amanda Levete, un bivalve en guise d'injure

Autant que ne peut l'être une école d'architecture, un musée dédié à l'art de bâtir est sans doute un programme délicat pour un architecte. D'aucuns peuvent attendre de sa part un exercice...[Lire la suite]