Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Visite | Un hôpital ou une philosophie de la vie selon Jocelyne Behrend (29-05-2013)

«D’une maison à l’autre», Sarah Caragiale, chef de projet à l’agence Behrend Architecture, présente ainsi le passage d’un espace domestique à un univers hospitalier. Le nouvel hôpital Simone Veil d’Eaubonne (95), livré en septembre 2012*, est une construction parfaitement intégrée à la nature et dans la continuité des bâtiments existants. Le bien-être des usagers est au coeur d’un projet mêlant convivialité, durabilité et sécurité.

Santé | Bâtiments Publics | Val-d'Oise | Behrend Architecture

«Le bâtiment Jean-Pierre Changeux de l’Hôpital Simone Veil est le fruit d’un travail d’équipe. Le maître d’ouvrage, les équipes médicales, les entreprises, tous ensemble ont contribué à la réalisation de ce projet», a expliqué Sarah Caragiale lors de l’inauguration de l’ouvrage le 24 avril 2013. Une longue histoire puisque l’agence Behrend Architecture était lauréate du concours... en 2001. 

Dans le cadre du plan d’amélioration du pôle médico-chirurgical d’Eaubonne-Montmorency, le projet consistait en la restructuration des 5.500m² existants et la création de 18.500m² d’extension.

«La mission a duré douze ans ; le projet a donc été plusieurs fois révisé du fait, notamment, des changements de programme, des nouvelles normes et des évolutions technologiques. Il n’a toutefois jamais perdu son esprit. La communication entre les équipes a toujours été primordiale. Nous avons résisté !», raconte Sarah Caragiale au Courrier de l’Architecte.

La nouvelle extension enveloppe l’ancien hôpital des années 70 et allie ainsi les anciens édifices aux nouveaux. Travailler à partir de l’existant et en site occupé ajoute ici au degré de difficulté du projet.

02(@BehrendArchitecture)_S.jpgLa liaison avec les anciennes constructions est lisible au niveau du hall toute hauteur du nouveau bâtiment, articulation du parcours piéton qui relie la nouvelle entrée à l’ancienne. «L’intégration dans le contexte est déterminante», explique-t-elle. «Le bâtiment n’est pas l’expression de l’ego de l’architecte ou du maître d’ouvrage». 

L’intégration avec la nature est toute aussi évidente et ce, dès l’extérieur. Au rez-de-chaussée, un béton matricé au motif 'cannes de bambou' décore les façades des patios. Les fenêtres, quant à elles, sont sérigraphiées et reprennent le motif 'feuillage de bambou'.

Ceinte de coursives permettant l’accès des pompiers, la façade blanche du bâtiment est interrompue par une bande noire horizontale donnant l’impression que les étages supérieurs sont suspendus.

Les accès au bâtiment sont multiples. «Il est important de séparer les flux», poursuit l’architecte. En exploitant la déclivité naturelle du terrain, l’entrée du service des consultations est au rez-de-chaussée, celle des urgences au niveau inférieur, également de plain-pied avec l’extérieur.

03(@BehrendArchitecture.)jpg.jpg Dès l’accueil, la signalétique est particulièrement claire. Conçue en même temps que le bâtiment, elle s’intègre parfaitement à l’architecture. Les espaces intérieurs n’en sont que plus esthétiques et fonctionnels.

Par ailleurs, la structure du bâtiment respecte la flexibilité des espaces intérieurs. «L’enveloppe est porteuse alors que l’intérieur présente une structure légère permettant l’évolution de l’ensemble», note Sarah Caragiale.

«Dans la conception du projet, les flux sont très importants. Tous les locaux, bureaux, chambres et diverses salles doivent être facilement accessibles», explique Sarah Caragiale. «Les quatre flux - internes, logistiques, services et visiteurs - ont été pris en compte dès le début du projet et organisés conjointement», précise-t-elle.

04(@BehrendArchitecture)_S.jpgChaque aile du bâtiment se distingue des autres par ses couleurs, toutes différentes. «Nous avons fait une étude chromatique inspirée du nuancier Le Corbusier», dit l’architecte. «Elles sont vives et lumineuses ; autant de tonalités rares dans les hôpitaux».

«Il est important pour notre agence d’offrir un bâtiment à échelle humaine», explique-t-elle. Il s’agit à chaque projet hospitalier de «donner l’impression de passer d’une maison à l’autre et non d’entrer dans un hôpital». Dès lors, les salles d’attente, confortables, paraissent tels des salons : meubles et éclairage participent à l’effet recherché. Les éléments techniques sont toujours présents mais jamais flagrants. 

Ainsi, plus que celle d’un hôpital, l’ambiance évoque davantage un centre culturel ou un musée.

Autant d’intentions qui donnent l’impression d’un budget illimité pour obtenir un tel confort. Pourtant, les budgets alloués étaient restreints, «impossible de les dépasser», souligne Sarah Caragiale. «Nous avons toujours utilisé des matériaux simples ; c’est la façon dont nous les avons mis en oeuvre qui les rend nobles. Il est ainsi possible de créer de beaux projets autrement».

05(@BehrendArchitecture.)jpg.jpgIl s’agit là d’un hôpital à échelle humaine, jouant de la nature et des bâtiments existants ; soit une attention minutieuse au bien-être des usagers. Il n’est pas seulement question des malades mais aussi des visiteurs et des équipes médicales. «Nous sommes heureux de travailler dans cette nouvelle ambiance», assurait l’un des médecins du service des urgences le jour de l’inauguration. «Les espaces sont bien maitrisés et les couleurs participent au bonheur de tous», dit-il.

Voilà qui était la philosophie de Jocelyne Behrend, architecte et fondatrice de l’agence Behrend Architecture, laquelle vient de prendre ses marques dans de nouveaux bureaux qu’elle partage avec l’agence Centdegrés, spécialisée en design, graphisme, concepts architecturaux et multimédia. 

Cette association devrait permettre une ouverture vers d’autres horizons : des projets tels que établissements scolaires, bureaux ou logements afin d’élargir une pratique qui, depuis 1996, s’est spécialisée dans le domaine de la santé.

«Nous voulons appliquer à ces programmes notre savoir-faire. Notre travail est une philosophie, une façon de vivre les espaces qui peut s’adapter à tout type de bâtiment», conclut Sarah Caragiale.

Caterina Grosso

Fiche technique

Programme : construction et restructuration du bâtiment Jean-Pierre Changeux de l’hôpital Simone Veil sur le site d’Eaubonne
Maîtrise d’ouvrage : Hôpital Simone Veil, Eaubonne (95)
Maîtrise d’oeuvre : Behrend Architecture
Surface : 18.500m² surfaces neuves, 5.500m² surfaces restructurées 
Budget : 48 millions d’euros

* Livraison : phase 1 (extension) août 2011 / phase 2 (restructuration) septembre 2012

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 de OUALALOU + CHOI

2018. Un point tournant dans la trajectoire de l’agence OUALALOU + CHOI avec l’arrivée et avancement de plusieurs beaux projets en France, à vous dévoiler prochainement. Pourtant nos aventures architecturales et...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Groupe-6

Expositions, Saclay, santé !    L'exposition Interactions à la Galerie d'architecture s'est prolongée à Grenoble où elle durera encore quelques semaines ! Cette année 2018 a aussi mis à...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de Michel Rémon & Associés

3 bâtiments en chantier // livraison de l’hôpital Edouard Herriot à Lyon // une large ouverture à l’international : concours en Autriche, Allemagne, Russie et en Belgique enfin avec le concours gagné pour...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Search

L’Agence Search, fondée à Paris en 2005 par Caroline et Thomas Dubuisson, s’illustre dans des registres variés d’équipements publics et privés. L’actualité de l’agence concerne,...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Stéphane Maupin

En 2018 Richard Scoffier synthétise l’année et toutes les années précédentes dans un bel article de presse papier. Il s’intéresse à tous ces beaux projets que l’agence invente,...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'OLGGA

En 2018, OLGGA est lauréat de 3 nouveaux projets : le stade Gagarine sur les hauteurs du Havre (76), un gymnase à Wallers Arenberg (59) et le nouveau stade de Chambéry (73) d’une capacité de 5000 places.  ...[Lire la suite]