Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Visite | Trois mondes en un : nouveauté pédagogique à Bordeaux (29-05-2013)

Du ciel à la terre à travers la forêt. Le groupe scolaire Vàclav Havel, livré par l’agence Joly&Loiret en janvier 2013, propose un parcours pédagogique aux enfants, de la crèche à l’école primaire en passant par la maternelle. Une intention remarquable au sein du nouvel écoquartier bordelais, Ginko. 

Education | Bordeaux | Joly&Loiret

«Ce projet est issu d’observations sur la vie des Bordelais. Cette forme douce offre un espace différent des écoles traditionnelles et un nouveau type d’organisation», explique Paul-Emmanuel Loiret aux journalistes.

La capitale girondine est «bien réveillée», selon les deux hommes de l’art. En témoigne son dynamisme architectural. Parmi les grandes opérations de la ville, l’écoquartier Ginko dans lequel s’inscrit le groupe scolaire Vàclav Havel.

Pour rappel, ce vaste projet urbain comprendra 1.249 logements, 21.380m² d’équipements publics, 32.000m² de commerces et 25.180m² de bureaux. Dans ce cadre, une école était nécessaire.

Le groupe scolaire fait ainsi partie de la première de trois phases du développement du nouveau quartier, au même titre que l’ensemble résidentiel livré par Nicolas Laisné et Christophe Rousselle à quelques pas.

Le contexte d’une ZAC, en somme une table rase, présageait d’une carte blanche offert au duo Joly-Loiret. Un thème : les trois mondes.

02(@VMonthiers)_B.jpgDe fait, leur projet compte trois étages organisés autour d’une cour centrale circulaire.

Chacun accueille une fonction précise : de bas en haut, une école élémentaire, une école maternelle puis une crèche. Une répartition que d’aucuns peuvent imaginer depuis la rue.

Un socle de pierre, qui se retourne à l’intérieur du bâtiment, caractérise le rez-de-chaussée de la construction. 

La façade du premier étage est habillée d’un bardage en lames de bois, alternant mélèze et pin selon deux largeurs et deux teintes différentes. 

Enfin, le dernier étage est en feuilles de métal galvanisé non-traité et sans joint.

Côté cour, les trois écoles sont reliées visuellement entre elles. Toutefois, leur entrée est différenciée. 

Au rez-de-chaussée, l’accès à l’école élémentaire est direct depuis la rue. Pour se rendre aux niveaux supérieurs, il est nécessaire d’emprunter «une rampe urbaine» praticable en vélo et en... poussette.

04(@VMonthiers)_S.jpgLe bâtiment associant structure en bois et structure en béton se présente tel un parcours pédagogique. 

Les enfants ne passent pas seulement d’une école à l’autre mais aussi d’un monde à l’autre : la découverte de soi et de la nature est favorisée de différentes façons en fonction de l’âge.

Au rez-de-chaussée, le thème de la terre prévaut. Les salles de classes sont traversantes et s’ouvrent tant sur la rue que sur la cour de récréation, assurant ainsi la possibilité d’une ventilation naturelle. L’ambiance naturelle et minérale, accentuée par un mobilier en bois, n’est pas corrompue par d’horribles faux plafonds. Et, fin du fin, les traitements sont homogènes tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Au dessus de nos têtes, le traitement est le même : panneau acoustique de bois béton.

05(@VMonthiers)_B.jpgL’école maternelle, au deuxième étage, s’organise autour du thème de la forêt. La forme circulaire domine alors. «Nous voulions éviter tout effet de perspective induit par des circulations droites», explique Serge Joly. 

De fait, tous les espaces anguleux ont été arrondis. Les courbes dominent et les couleurs de la nature - vert, marron, jaune - confortent l’impression de parcourir une construction organique. Les salles, protégées si nécessaire par des brise-soleil, font face au jardin pédagogique de la terrasse où parterres de fleurs se mêlent aux jeux d’enfants.

Au dernier étage, un bataillon de poussettes entreposées au sommet de la rampe d’accès accueille le visiteur. La crèche offre une ambiance plus protégée et plus pure. Le ciel fait office de protagoniste.

03(@VMonthiers)_S.jpgDe fait, la façade de feuilles de métal galvanisé, en vieillissant et en blanchissant, se confondra de plus en plus avec le ciel. 

Des plantes grimpantes agrémenteront la façade, transformant le dernier niveau en un nid végétalisé pour les enfants.

Le groupe scolaire, livré en 2013, n’accueillait à son ouverture que neuf enfants ; «la Mairie voulait donner la possibilité aux nouveaux habitants d’utiliser tous les services du quartier», expliquent les architectes. 

Par ailleurs, l’école offre à tous l’accès à la salle polyvalente.

L’idée d’une pédagogie guidée par l’architecture prédomine et ce groupe scolaire offre aux écoliers la possibilité de grandir et de s’épanouir dans trois mondes différents. 

L’étude pédagogique et l’analyse du programme par les associés de l’agence Joly&Loiret se distingue en tout point de cet édifice réfléchi et bien réalisé.

Caterina Grosso

Fiche technique

Nom du projet : 'Les 3 mondes', groupe scolaire Vàclav Havel. éco-quartier Ginko, Bordeaux
Maîtrise d’ouvrage et d’exécution :
* Contexte : ZAC de la Berge du lac
* Architectes mandataires et HQE : Joly&Loiret
* Maîtrise d’ouvrage : Ville de Bordeaux
* Conducteur d’opération : Mairie de Bordeaux, Direction de l’Education et de la Famille
* Eco-responsabilité : Projet BBC, éco-matériaux

Equipe :
* Lots technique et HQE : Alto
* Lot structure : EVP
* Economiste : Forgue
* VRD : Urbatec
* Acoustique : Vivie
* Paysagiste : Atelier de paysage Gastel

Chiffres clés :
* Surface : 5.020m²
* Livraison : 2013
* Budget : 11 millions d’euros HT

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 de Tolila+Gilliland

En 2018, deux chantiers terminent et deux démarrent.  Six concours et trois permis de construire ont fait une année pleine ! Notre travail commun avec TVK sur l’ilot O8 à Batignolles s’est terminé avec une...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Philippe Pumain

2018, comme les précédentes, est passée à toute vitesse. 2019 devrait voir la fin du chantier et la réouverture du théâtre du Châtelet, entre autres…[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de Philippe Pumain

2018, comme les précédentes, est passée à toute vitesse. 2019 devrait voir la fin du chantier et la réouverture du théâtre du Châtelet, entre autres…[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Gilbert Weil

AuroreLe permis de démolir était en cours.Mais “La tour prends garde de te laisser abattre“ a été entendu.[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Corinne Vezzoni et associés

L’année de l’agence Corinne Vezzoni et associés a été marquée par plusieurs événements, avec notamment la nomination de Corinne Vezzoni au Grand Prix national d’architecture....[Lire la suite]