Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil International

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Italie | Flop ! A Venise, Calatrava loupe la marche (28-08-2013)

En 2008, quand Santiago Calatrava a livré sur le Grand Canal le Pont de la Constitution, l’architecte était convaincu d’offrir aux Vénitiens une précieuse oeuvre en verre et acier. Malheureusement, les marches opalines se sont bientôt brisées les unes après les autres. Fabrizio Arnhold explique, dans un article paru le 2 juillet 2013 sur Yahoo! Finanza, pourquoi ce pont à 11M€ est infranchissable. 

Transport et ouvrages d'art | Venise | Santiago Calatrava

Contexte
En 1999, la ville de Venise a confié à Santiago Calatrava le projet du quatrième pont traversant le Canal Grande afin de lier les quartiers de Santa Croce et Cannaregio, où se trouve la gare.
Les travaux ont duré six ans au lieu des 18 mois prévus. Le chantier à peine terminé, les premiers dysfonctionnements sont apparus.
Ce pont n’est pas le seul projet italien de l’architecte de Benimàmet à avoir causé des problèmes : en 2007, l’architecte a débuté à Rome le chantier de la Cité du sport, un projet composé de deux voiles jumelles et d’une tour, destinée à accueillir en 2009 les Championnats du monde de natation. L’impossibilité de terminer les travaux à temps pour la compétition fut bientôt évidente tandis que les coûts du projet augmentaient de plus en plus. Aujourd’hui, l’une des voiles est à moitié réalisée sans prévision immédiate d’être ni terminée ni utilisée.
Plus au nord, à Reggio Emilia, Santiago Calatrava vient de livrer la gare du train à grande vitesse. Lors de l’inauguration, le 8 juin dernier, un jour pluvieux, l’eau est rentrée à l’intérieur et a douché la cérémonie.
Selon le 'Ferrovie dello Stato', l’entreprise qui gère la gare, la pose de l’imperméabilisation n’était pas encore terminée et le problème serait incessamment résolu.
CG

VENISE ET LE PONT DU DESACCORD
Fabrizio Arnhold | Yahoo! Finanza

VENISE - Le pont piéton signé Santiago Calatrava est source de fortes controverses : il a coûté une fortune, les Vénitiens ne l’aiment pas et les touristes risquent de glisser à chaque traversée. Les problèmes du pont, utilisé depuis 2008, sont nombreux, dont notamment les marches en verre se cassant très facilement sous l’impact des valises des touristes qui traversent le Grand Canal.

Très délicates, ces marches sont toutes différentes les unes des autres ; elles sont faites sur mesure et coûtent jusqu’à 7.000€ chacune. Quatorze doivent être changées, ainsi que les deux grandes plaques centrales, maintenant remplacées par des feuilles d’acier antidérapant.

Changer une seule marche coûte entre 4 et 7.000€, avec un fort risque de perdre une plaque dans le canal ; l’intervention de réaménagement du pont coûtera donc plus de 90.000€ à la commune de Venise.

02(@AnDreMasight)_B.jpgLe pont, long de 94 mètres, connecte la place de Rome à la gare Sainte Lucia. L’ouvrage est donc traversé par environ vingt-deux milles piétons par jour. Le verre, trop délicat pour soutenir autant de passages, est voué à casser encore.

Son nom, 'Ponte de la Constitution', a été remplacé par 'Ponte Calatrava', le starchitecte qui a dessiné une oeuvre non fonctionnelle. La Cour des Comptes a demandé 3.8M€ à Santiago Calatrava et aux six responsables techniques de la commune de Venise afin de récupérer en partie «les dépenses de l’administration dues à la pathologie chronique qui affecte une oeuvre qui nécessitera toujours des interventions de manutention».

Le monument super-moderne en verre et acier ne permet pas le passage des usagers handicapés, pour lesquels était prévue une télécabine qui ne marche encore pas. Pour tout dire, le calvaire a commencé en 1999, année de l’assignation du projet à l’architecte catalan. Les travaux ont commencé en 2003 et ont duré six ans, quand ils auraient dû être terminés en un an et demi.

03(@RobertoTaddeo)_B.jpgMassimo Cacciari, maire de Venise entre 2005 et 2010, avait prévu un investissement de 1.8M€ pour le pont et la télécabine. L’oeuvre a coûté au final près de dix fois de plus, soit 11.3M€.

Tandis que la Cour des Comptes attend la réponse à sa demande de remboursement, début juin dernier, Santiago Calatrava a été condamné à une amende de 3.2M€, l’architecte ayant été déclaré responsable de l’effondrement des marches du Palais des congrès par la magistrature de la ville espagnole d’Oviedo.

Santiago Calatrava a, en Emilie-Romagne, également conçu la nouvelle gare TAV (train à grande vitesse) de Mediopadana.

Fabrizio Arnhold | Yahoo! Finanza | Italie
02-07-2013
Adapté par : Caterina Grosso

Réactions

yofo | architecte | paris | 31-08-2013 à 14:06:00

Aïe. C'est le problème quand on tente d'innover. Mais là c'est un gros scandale et je ne vois pas pourquoi Calatrava ne paierait pas si les choses sont mal conçues. L'article ne dit pas si c'est de la faute de l'entreprise, de la mairie, de l'archi... Les responsabilités doivent être partagées c'est dingue ! 10 millions d'euros en trop c'est quand même incroyable ! C'est pas son premier chantier non plus !!! L'ascenseur pour handicapés c'est quand même dingue qu'ils n'arrivent pas à mettre en place ça ! La mairie a forcément sa part de responsabilité !
J'ai habité à Venise 6 mois en 2005 et on disait déjà que le pont devait être livré pour la fin de l'année...
Ce que l'article ne met pas assez en avant non plus c'est que ce pont est quand même bien pratique et rend de grands services ! vous parlez de 22000 piétons par jour, il faudrait souligner qu'avant ce pont, ces 22000 personnes devaient faire le tour par le Ponte degli Scalzi ou prendre le vaporetto juste pour la petite traversée...

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 d'Atelier(s) Alfonso Femia

Atelier(s) Alfonso Femia est la nouvelle dénomination de l’agence 5+1AA depuis 2017.  Les Atelier(s) Alfonso Femia développent des projets participant à la transformation des villes méditerranéennes et...[Lire la suite]

Une villa possède une relation unique, poétique avec son parc ; un dialogue fait de références visuelles et de perceptions, de relations collectives et «intimes». Notre proposition veut créer un moment de réflexion afin de permettre à la Villa Bo


Album-photos |L'année 2018 de Jacques Ferrier Architecture

En 2018, l’agence Jacques Ferrier Architecture a livré le projet Aqualagon, plus grand centre aquatique d’Europe situé à Marne-la-Vallée, ainsi que la réhabilitation des arènes de Lunel, dans...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'Ibos et Vitart

Rénovation et extension du site du Quai d'Orsay – Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International – Paris, France – concours 2016, études en cours   «Le projet...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Brunet Saunier Architecture

2018…. Avec l’analyse de 90 projets hospitaliers de BRUNET SAUNIER ARCHITECTURE mis en scène lors de l’Exposition « Phylum H » à la Galerie d’architecture qui proposait un regard transversal,...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Bernard Desmoulin

Mes amis Pline, Cicéron, Tacite, César, Horace, Virgile, Aristote, Xénophon et Homère se joignent à moi pour souhaiter au Courrier de l’Architecte une digne année 2019. Bernard Desmoulin[Lire la suite]