Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil International

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Etats-Unis | A Saint-Louis, Missouri, David Chipperfield fait profil bas avec panache (11-09-2013)

L’humilité est-elle toujours un bon parti ? Selon David Chipperfield, sans doute. La nouvelle aile du musée d’art de Saint-Louis (Missouri, Etats-Unis) a ouvert ses portes au public le 29 juin 2013 et ravit déjà les inconditionnels de l’architecte anglais. Lequel n’est pas sans détracteurs. L’homme de l’art défend la sobriété de son choix dans un article signé David Hunn paru le jour de l’inauguration dans le quotidien St. Louis Post-Dispatch.

Extension | Culture | Etats-Unis | David Chipperfield

Contexte
Perché au sommet du jardin public de Forest Park, dans la ville de Saint-Louis (Missouri), le musée d’art de Saint-Louis occupe trois bâtiments. Le premier, inspiré des thermes de Caracalla à Rome, fut conçu par l’architecte Cass Gilbert à l’occasion de l’Exposition Universelle de 1904. Le deuxième, réservé à l’administration, date de 1980 et le troisième, dédié à la conservation, date de 1985.
Le besoin de place pour exposer davantage d’oeuvres appelait à la construction d’une nouvelle aile, appelée le Bâtiment Est (East Building).
En 2005, David Chipperfield fut choisi pour réaliser l’extension du musée, c’est-à-dire vingt-et-une nouvelles galeries d’exposition sur plus de 18.000 mètres carrés.
«Le projet est de créer une nouvelle aile sans ostentation, modeste dans son langage architectural et qui s’inspire de l’extraordinaire implantation du musée tel un pavillon dans un parc. Le nouveau bâtiment étend quatre ailes dans le paysage comme autant d’espaces réservés aux expositions permanentes et temporaires. Une façade composée de panneaux plain-pied en béton, verre et métal enveloppe le bâtiment, émergeant telle une sombre silhouette entre les arbres», souligne le site Internet de David Chipperfield à propos de ce bâtiment.
Comme à son habitude, l’homme de l’art à choisi, face à une structure classique, la discrétion contemporaine. Un parti dans lequel David Chipperfield, passé maître dans l’art de la juste proportion, excelle. Voir son Neues Museum à Berlin.
Le parti idéal ? Le débat reste ouvert.
EB

02(@CourtesyOfTheStLouisArtMuseum)_B.jpgLA NOUVELLE AILE DU MUSEE EST RESERVEE A L’ART, PAS AU SHOW, DIT L’ARCHITECTE
David Hunn | St. Louis Post-Dispatch

SAINT-LOUIS (Missouri) - La nouvelle aile du Musée d’art de Saint-Louis n’a pas été conçue comme un geste architectural ostentatoire mais dans le but de dévoiler au public davantage de pièces composant la généreuse - et en partie inconnue - collection du musée, a souligné l’architecte David Chipperfield.

«Ce qui nous tenait à coeur était de créer l’espace approprié pour l’exposition d’oeuvres d’art», a dit David Chipperfield, venu de Londres à l’occasion de l’inauguration du bâtiment ce week-end. «Aujourd’hui, ce concept peut sembler un peu ringard en matière de conception de musées - celui de s’intéresser aux oeuvres d’art -. Mais je suis un peu ringard», a-t-il précisé.

David Chipperfield a présenté la nouvelle aile du musée - dit le Bâtiment Est - à la presse locale et internationale vendredi après-midi. Les responsables du musée et l’architecte ont été loués pour la discrétion du bâtiment, ses plafonds en béton coffré, ses vastes galeries et l’usage de lumière naturelle.

D’aucuns, en revanche, ont critiqué l’aspect retenu du musée. L’architecture du bâtiment, disent-ils, ne fait pas rêver.

03(@CourtesyOfTheStLouisArtMuseum)_B.jpgMichael Allen, le conservateur local et chercheur en architecture, estime que l’extension est d’une «banale timidité» face au corps principal du musée, conçu par l’architecte américain de renom Cass Gilbert pour l’Exposition Universelle de 1904.

«Peut-être est-il temps d’arrêter d’éviter de comparer ce type d’extension à l’oeuvre originale», dit Michael Allen. Il a attribué au nouveau bâtiment «une faible note en matière d’architecture contemporaine à Saint-Louis».

Vendredi, David Chipperfield a répondu à de telles critiques. «Visiblement, nous avons dû composer avec des conditions particulièrement délicates : Forest Park, qui est cher à tous les habitants de la ville ; le bâtiment de Cass Gilbert, qui est un voisin à côté duquel il est difficile de s’implanter ; sans oublier une extraordinaire collection», a indiqué l'architecte.

Il est vrai que les Américains aiment les bâtiments gesticulatoires, a-t-il souligné après son intervention et, à ce titre, le bâtiment est peut-être «un peu timide».

Mais l’enjeu n’était pas d’être ostentatoire, a-t-il poursuivi. Plutôt de construire une aile abritant des expositions d’art qui soit connectée avec fluidité avec le Palais des Beaux-arts de Cass Gilbert.

A dix heures ce matin, après trois ans de chantier, le musée ouvrait donc son Bâtiment Est au public, fermant l’accès à la rue qui le dessert pour y tenir des festivités durant tout le week-end.

04(@CourtesyOfTheStLouisArtMuseum)_B.jpgDes pavillons culinaires serviront des douzaines de plats : des croquants au fromage de Philadelphia, des roulés à la dinde grillé, des burritos à la poitrine de boeuf et au fromage, du ceviche aux crevettes et pétoncles et de la feijoada, un ragoût brésilien composé de viande et de haricots. De l’alcool sera disponible jusqu’à dix-huit heures.

Des pavillons de confection accueilleront des activités manuelles : notamment, la maison magique invite les visiteurs à confectionner des oeuvres à la façon de l’artiste Piet Mondrian tandis que le jardin botanique du Missouri invite à confectionner des grenouilles en origami et des fleurs à partir de filtres de café.

Pour sa part, la 'Pulitzer Foundation for the Arts' propose un 'bombardement de graines', autant de billes d’argile contenant des graines de fleurs sauvages et de gazon à semer où nécessaire, c’est-à-dire dans des terrains vagues et autres parcs laissant à désirer.

Cela écrit, l’essentiel des festivités se déroulera à l’intérieur du musée.

Les nouveaux espaces comptent vingt et une galeries emplies de 230 oeuvres, dont la plupart n’ont pas été montrées depuis des années. Elles vont de l’art abstrait, telle une toile orange de Mark Rothko, au pop art avec la toile 'Curtains' (Rideaux) de Roy Lichtenstein, en passant par l’une des meilleures collections d’art allemand post-guerre dans le monde.

05(@CourtesyOfTheStLouisArtMuseum).jpgPhyllis Tuchman, un critique new-yorkais en ville à l’occasion de l’inauguration, met l’accent sur les incontournables arches en pierre d’Andy Goldsworthy. «C’est la meilleure chose qu’il ait jamais faite», dit-il.

Brent Benjamin, le directeur du musée, a quant à lui mis l’accent sur les nouvelles perspectives donnant sur Forest Park grâce aux baies vitrées de pied en cap du nouveau bâtiment.

L’endroit préféré de David Chipperfield ne se situe pas dans les galeries. Ni dans le parc. Mais dans les connexions entre l’ancien bâtiment et le nouveau.

La nouvelle aile a été élevée au même niveau que le corps principal du musée et elle y est connectée via de multiples accès. Il n’y a, entre les bâtiments, ni différence de niveaux ni impasse.

Cela, conclut David Chipperfield, est ce qui fait la réussite du Bâtiment Est du Musée d’art de Saint-Louis.

David Hunn | St. Louis Post-Dispatch | Etats-Unis
29-06-2013
Adapté par : Emmanuelle Borne

Retrouvez l’article original en anglais sur : www.stltoday.com/news/local/metro/museum-s-new-wing-is-for-art-not-show-architect/article_55205fa4-bbcb-5bfb-a3f6-62c2f5d00554.html

06(@CourtesyOfTheStLouisArtMuseum)_B.jpg  

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 de Bernard Desmoulin

Mes amis Pline, Cicéron, Tacite, César, Horace, Virgile, Aristote, Xénophon et Homère se joignent à moi pour souhaiter au Courrier de l’Architecte une digne année 2019. Bernard Desmoulin[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Dietrich | Untertrifaller Architectes

L’actualité de l’agence franco-autrichienne Dietrich | Untertrifaller Architectes est très riche. Parmi les livraisons récentes à l’international et projets en cours, on trouve notamment deux...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de Jean-Pierre Lott

2018 a été une année « sudiste » qui a vu l’achèvement de deux projets monégasques, le Stella et les Cigognes, le démarrage de la Villa Troglodyte toujours à Monaco. Mais aussi 2...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Groupe-6

Expositions, Saclay, santé !    L'exposition Interactions à la Galerie d'architecture s'est prolongée à Grenoble où elle durera encore quelques semaines ! Cette année 2018 a aussi mis à...[Lire la suite]

Album-photos |Architectures Anne Démians

En 2018, à l’agence Architectures Anne Démians, on retiendra de beaux concours. Hôtel du département 92, Réinventer Paris 2, Fondation Italienne. Plus particulièrement celui remporté : Grand...[Lire la suite]

Album-photos |O-S-architectes

En 2018 Le théâtre de Cachan accueil son public, accompagné par Cyrille Weiner orchestré par Rafaël Magrou, illustré par Lucas Harari, et Alexis Jamet, avec les contributions de Jacques Lucan et Arnaud Anckaert,...[Lire la suite]