Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Visite | Confident pour confident, archi5 (18-09-2013)

145 mètres de portée, 700 points critiques d’évolution, une incompréhension technique... Bref, «comment simplifier et surtout ne pas tomber sur un résultat absurde», résument architecte et ingénieur. archi5 et Ingérop ont ainsi livré au printemps 2013 une spectaculaire structure pour abriter la nouvelle tribune du stade Léo Lagrange à Toulon (83), le tout en faisant appel à l’idéal 'high tech' d’économie de matière.

Sport | Bâtiments Publics | Toulon | archi5

Le soleil brille. Les tours modernistes du port ne sont pas loin. Au détour d’une rue pavillonnaire, quelques palmiers et un cul-de-sac. Au fond, une grille de métal que Thomas Dryjski, associé d’archi5, s’empresse de faire glisser. Par delà, quelques athlètes en herbe s’échauffent avant de s’élancer à pleine vitesse sur les pistes d’entrainement.

En guise de décor, les impressionnantes structures de la nouvelle tribune du stade ; monumentales torsades de métal dédiées au spectacle. A gauche, l’azur de la Côte, à droite, Faron et Coudon, les monts toulonnais.

«Au moment du concours, nous avions imaginé une structure en bois à l’image d’un panier en osier», se souvient l’architecte. Après calcul, les sections se sont avérées trop imposantes. Une solution donc pour être élancé : l’acier.

«Il y avait une incompréhension technique», note Thomas Dryjski. En d’autres termes, plus la portée était importante, plus le besoin de matière était conséquent. La légèreté vaut son pesant. L’équilibre restait à trouver.

«Une fois d’accord sur les hypothèses, nous devions nous entendre sur le raisonnement», poursuit-il. A l’ingénieur de répondre : «Il s’agissait de réaliser une modélisation élastique. La structure vibre et se plie. Nous faisons de la cinématique et de la déformation».

«Plastico-élastique» donc. «Il y a deux approches : réfléchir à l’état limite de la structure ou à l’état limite de la réglementation», prévient l’architecte. Le dessin s’est alors fait «main dans la main» avec les ingénieurs et ce, dès le début.

«Le but est certes d’optimiser le site», poursuit-il. L’ensemble est conséquent, les terrains (de foot, de rugby, d’athlétisme) nombreux. Sauf que, normes et réglementations sportives dictent les mesures. Pour s’adapter aux canons européens et internationaux, il n’y a pas de marge. La tribune ne pouvait donc se positionner qu’à cet endroit.

02(@SergioGrazia)_B.jpg

«Le programme imposait deux tribunes mais aucunement de les aligner. Le système d’homologation nous a imposé, in fine, ce dispositif», lance Thomas Dryjski. Vue en plan, la tribune à des allures de confident. Une partie regarde à l’est, l’autre à l’ouest. Têtes bêches, 1.350 places d’un côté, 1.045 de l’autre.

Idéal 'high tech' au coeur, «nous sommes partis d’un minimum de matière pour couvrir les tribunes. Pour ce faire, nous avons mis au point trois arcs parallèles que nous avons reliés de manière 'naturelle'», explique l’architecte aux journalistes.

Longue, la structure est mentionnée comme une «jetée, qui évoque le lien historique de Toulon avec la Méditerranée». Les voiles au vent ?

03(@SergioGrazia).jpg

«Il nous fallait donner une dimension européenne à cet équipement», assure Véronique Havet, du service superstructure de la communauté d’agglomération. Entre Nice et Marseille, il s’agit alors d’exister sur la carte sportive du Grand Sud, en athlétisme par exemple.

«Nous avons initié le programme en 2004 en faisant le tour des associations. Le concours a eu lieu deux ans plus tard», se souvient-elle. A l’issue de la compétition, archi5 est retenu.

«Il y a eu adhésion au projet. Léo Lagrange fait aimer l’architecture. Dans ce cas, Thierry Van de Wyngaert, membre du jury et architecte conseil de la DDE, a été très pédagogue», poursuit-elle.

«Le sport est un exploit, il fallait donc que ce projet soit un exploit, un 'show off'. Il fallait que le stade exprime le dépassement. Il n’y a pourtant aucune démesure, pas même une folie», conclut Thomas Dryjski.

En lieu de folie, à Toulon, la poésie. Technique à nue.

Jean-Philippe Hugron

04(@SergioGrazia)_B.jpg

Fiche technique

Maître d’ouvrage : Communauté d’agglomération Toulon Provence Méditerranée
Architectes : archi5
BET structure : Pierre Alexandre Cot, Ingérop
Economiste : Ingérop
Programme : 2 tribunes de 1.045 et 1.350 places / 4 terrains de football / rugby / 5 terrains multisports / 2 pistes d’athlétisme / Halle polyvalente de 3.000m², bureaux, vestiaires, locaux associatifs / Parking de 7.000m²
Adresse : avenue René Cassin, Toulon
Surface : 4.500m² SHON (sans le parking) / 42.000m² de terrains de sport
Coût : 27.888.000€ HT
Calendrier : Lauréats concours janvier 2006 / Livraison 2013

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 de Mikan

Une année commencée avec quelques concours perdus, terminée par un concours gagné le 20 décembre. Entre les deux quelques projets chez nous au Japon, aux Philippines, une exposition en Australie et un jardin avec...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de PCA-STREAM

Parmi ces projets cette année : les livraisons du nouveau siège social de Gide Loyrette Nouel rue de Laborde, de l’immeuble de bureaux à énergie positive Be Issy à Issy-les-Moulineaux, du paquebot Art...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 d'Ellenamehl

2018 : une année de chantiers tous azimuts ! 2019 devrait être du même ordre… Réemploi du bâti, seconde vie, site patrimoniaux complexes ou bâtiments neufs dans des quartiers en devenir, l'agence ne...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Bernard Desmoulin

Mes amis Pline, Cicéron, Tacite, César, Horace, Virgile, Aristote, Xénophon et Homère se joignent à moi pour souhaiter au Courrier de l’Architecte une digne année 2019. Bernard Desmoulin[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de RozO

Ce salon urbain réalisé par RozO pour Icade marque un renouveau de ces parcs d'activité en développant une autre relation au lieu de travail. RozO redessine l'ensemble des espaces extérieurs du site afin que ces...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Martin Duplantier Architectes

Des idées, des envies. De ville, de pièce. Une association, un renouveau. Un livre, une histoire. Des mots, des formes. Dessus, dessous. Loser, winner. [Lire la suite]