Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Le Masque nègre, 1929, Gabriel Moiselet (1885-1961)Le Masque nègre, 1929, Gabriel Moiselet (1885-1961)

Exposition | A la Cité, l'Histoire avec des oeillères ? (16-10-2013)

Palais de Chaillot, contenu et contenant en symbiose. A l'architecture des lieux signée Azéma, Boileau et Carlu, la Cité de l'Architecture et du Patrimoine répond par une exposition dédiée à l'Art Déco : '1925 quand l'Art Déco séduit le monde'*. De prime abord, un événement fort séduisant. Au delà, l'Histoire avec des oeillères ?

Cité de l'Architecture et du Patrimoine | 75016

Un premier parcours rapide laisse entrevoir la richesse exposée. Mobilier, objets, tissus mais aussi maquettes, plans, perspectives et photographies mettent en relation, dans une scénographie à propos, architecture et art décoratif. En effet, l'objet de l'exposition : l'Art Déco.

La Cité n'avait jusqu'à présent jamais cédé à quelques perspectives aussi audacieuses. La mise en regard de champs artistiques divers est somme toute pertinente dès lors que les architectes ont été invités ou se sont invités dans des domaines aussi différents que le design industriel ou la Haute Couture.

Le visiteur est donc accueilli par quelques publicités automobiles puis emporté à toute vitesse à travers des thèmes aussi variés que 'la femme moderne', 'l'architecte et le couturier' ou encore 'influente Afrique'.

Dernières étapes de l'exposition, et non des moindres, 'l'Art Déco en France' et 'l'Art Déco dans le monde'. Les collections de l'Institut Français d'Architecture se révèlent des plus riches. Aux murs, calques et gouaches témoignent d'un art total de la conception architecturale.

In fine, la rétrospective est pédagogique. Pour autant, elle ne pose aucune question, n'esquisse pas même l'ombre d'une problématique. L'histoire semble glisser, linéaire, sans heurt, pour le seul plaisir de la contemplation d’oeuvres passées.

Pourtant,1925, année de l'Exposition Internationale des Arts Décoratifs, apothéose sans conteste d'une nouvelle esthétique, reste marquée par de profonds débats théoriques. Aux abonnés absents : Le Corbusier et le Pavillon de l'Esprit Nouveau. Une impasse semble-t-il volontaire mais quelque peu malheureuse.

02(@FondsSauvageSIAF)_B.jpgPavillon 'Primavera' à l'Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes. Vue d'une perspective extérieure, Henri SauvageQue dire de l'Art Déco sans cette controverse fondamentale ? L'absent est d'autant plus remarquable que le moderne Mallet-Stevens est en bonne place. Son architecture blanche aux lignes épurées reste somme toute éloignée des Sauvage, Niermans et autre Laprade.

La relation de l'architecte au 'décorum' n'est pas plus analysée. L'artisan et l'industriel ne sont aucunement convoqués dans les sous-sols de Chaillot. Des figures d'autant plus essentielles que sans eux, d'Art Déco, il n'est rien.

Plus troublant encore sont les accents nationaux de l'exposition. Certes, au détour des années 20, la France se cherchait alors. L’Art Nouveau signait d'ores et déjà les prémices de cette question nationale que l'Art Déco n'a fait que poursuivre derrière une étiquette «régionaliste», plus politiquement correcte.

La Cité semble toutefois verser aujourd'hui dans la fierté hexagonale (à juste titre peut-être). L’Art Déco y paraît tel un style spontané, dépourvu de toute attache extra-nationale, à la conquête du monde, Paris en étant, ni plus ni moins, le centre névralgique.

C'est donc faire fi de la scène viennoise emportée par Josef Hoffmann ou encore Otto Wagner, cherchant dès le début du siècle dans la géométrie une alternative aux circonvolutions organiques du Jugendstil. C'est omettre aussi le rôle de Bruxelles, dont l'absence est remarquable dans cette exposition. C'est aussi balayer le Bauhaus ou le Rationalisme italien naissant. Voilà qui est d'autant plus ennuyant que l'Art Déco «séduit le monde».

03(@FondsJaussely)_S.jpgQue dire aussi de la réception, outre-mer, de ce style nouveau ? L'exposition laisse à penser un enthousiasme béat. N'y-a-t-il jamais eu de réserve ailleurs quand, sur place, le débat faisait déjà rage ?

Echanges et ères d'influences ne sont ainsi jamais présentés et Paris semble offrir au monde une génération d'architectes dont l'approche cohérente ne paraît aucunement discutée quant à ses fondements. Un brin facile, non, l'architecture en marinière ?

Reste alors à déambuler, à profiter de cette heureuse collection d'objets et de représentations, de découvrir quelques noms méconnus et oubliés, et de parcourir le sublime imagier d'une époque révolue.

Jean-Philippe Hugron

* '1925, quand l'Art Déco séduit le monde'
Du mercredi 16 octobre 2013 au lundi 17 février 2014
Cité de l’Architecture et du Patrimoine | Place du Trocadéro | Paris 16e

04(@FondsSauvageSIAF).jpgNouveaux magasins de La Samaritaine, quai du Louvre, Paris 1er - Elévation sur le quai (éch. 1:100), Henri Sauvage

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 de Jean-Pierre Lott

2018 a été une année « sudiste » qui a vu l’achèvement de deux projets monégasques, le Stella et les Cigognes, le démarrage de la Villa Troglodyte toujours à Monaco. Mais aussi 2...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Gaëtan le Penhuel & Associés

Dans le nouveau quartier de la Confluence à la pointe de la presqu’île lyonnaise, l'atelier d'architecture Gaëtan le Penhuel & Associés a livré en 2018 un projet au programme mixte réparti en deux...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de Metek

En 2018 Metek s’engage pour parler d’architecture autrement en accompagnant« Crimée enchantée, histoire (s) d’une architecture », (film de Sophie Comtet Kouyaté), et « Villa...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Gilbert Weil

AuroreLe permis de démolir était en cours.Mais “La tour prends garde de te laisser abattre“ a été entendu.[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Gaëtan le Penhuel & Associés

Dans le nouveau quartier de la Confluence à la pointe de la presqu’île lyonnaise, l'atelier d'architecture Gaëtan le Penhuel & Associés a livré en 2018 un projet au programme mixte réparti en deux...[Lire la suite]

Album-photos |Architectures Anne Démians

En 2018, à l’agence Architectures Anne Démians, on retiendra de beaux concours. Hôtel du département 92, Réinventer Paris 2, Fondation Italienne. Plus particulièrement celui remporté : Grand...[Lire la suite]