vmz

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Cahier Spécial - Mexique

Casa Tuunich KanabCasa Tuunich Kanab

Rencontre | A Mérida, l'agence Seijo Peon traduit une manière de vivre (30-10-2013)

Des airs d’utopie urbaine. Un damier, des rues numérotées. L’architecture coloniale charme autant que le chant assourdissant des oiseaux plaza Grande. Mérida hors du temps. Pourtant, la ville poursuit son développement urbain. Tours, villas, centre commerciaux... l’appel de la modernité. Dans ce contexte, Seijo Peon Arquitectos y Asociados est une agence locale.

Mexique | Juan Carlos Seijo

MERIDA - Un taxi. Sur le tableau de bord, des bondieuseries. Le compteur tourne. Le chauffeur, jeune et prolixe, n’est que superlatif quant à la qualité de vie à Mérida.

La beauté de la ville, certes, mais aussi la sécurité. Le crime n’y est l’affaire que de ceux qui viennent «del otro lado», de l’autre côté, en somme les «étrangers» à la région.

Vidéosurveillance et délation assurent le repos des bonnes âmes, paraît-il. Bref, la ville défile, calme, à travers les vitres. Maisons néoclassiques, villas porfiriennes*, ensemble art déco et constructions modernistes se succèdent.

02(@DR)_S.jpgSeijo Peon Arquitectos y Asociados a ses bureaux le long du périphérique. 

Le chauffeur s’arrête en face d’une construction neuve, blanche, aux lignes modernes.

Alors, Juan Carlos Seijo, moderno ? «Mon architecture prétend être actuelle ; nous nous plaisons à faire une architecture intégrée au site au-delà de toute idéologie», assure-t-il.

Les travaux sont à peine achevés. Toutefois, les vingt-trois collaborateurs s’affairent déjà à concevoir des projets allant de la villa au grand complexe hôtelier.

Mérida, au coeur du Yucatán, profite de l’attrait touristique de la région.

«Nombreux sont les clients à venir nous voir pour que nous leur fassions une hacienda. Ces constructions sont en réalités petites et leur fonction est différente. Aussi, nous demandons à nos clients ce qu’ils aiment dans l’hacienda. L’échelle, l’ombre, l’obscurité, le contact avec l’extérieur, me répondent-ils», explique Juan Carlos Seijo qui s’évertue à retranscrire quelques souhaits en traits contemporains.

L’influence de la villa US ? «Nulla !», s’exclame-t-il. «Il n’y a aucun intérêt à imiter». «Certains veulent un ranch, d’autres un palais français... Quant à nous, nous ne voulons que traduire une manière de vivre», poursuit-il.

03(@Tamara Uribe).jpgCasa PL2

Pour ce faire, l’architecte mêle la logique du site à la composition. «La manière dont intérieur et extérieur dialoguent est le but de mon travail. Il s’agit souvent de créer une unité. La structure est évidente ; intérieur et extérieur expriment la même chose», note Juan Carlos Seijo.

Le propos semble a priori loin des secrètes constructions de la vieille ville. Derrière de hauts murs austères, se cache une architecture classique faite de patios ombragés. Le centre n’est toutefois plus que l’affaire d’investisseurs étrangers et Mérida se développe désormais à la périphérie.

«Chacun veut désormais posséder sa propre maison. La mairie continue d’autoriser le développement suburbain. Toutefois, le coût pour maintenir des services de qualité est très élevé», note l’architecte. Aussi, des quartiers de tours sont désormais envisagés, certains même ont été livrés.

04(@Seijo Peon Arquitectos&Asociados)_B.jpgInstitut électoral de l’Etat du Yucatán

Dans l’un de ces ensembles, l’agence travaille à la réalisation de l’Institut électoral de l’Etat du Yucatán. «Nous avons conçu une tour fermée avec peu d’ouvertures vers l’extérieur. Il s’agit avant tout d’une question de sécurité. Le climat est marqué par des ouragans et des cyclones ; les vents peuvent aller jusqu’à 300km/h», précise Juan Carlos Seijo.

Le parti en introspection est audacieux. Le programme, prestigieux. Dans ce cas, qu’en est-il de la concurrence des agences du 'Défé' (du District Fédéral, à savoir de Mexico) ? «Il y a aussi de nombreux concours privés et nous devons faire face à des agences venant de la capitale, voire des Etats-Unis. Mais nous sommes solides», affirme-t-il.

Qui plus est, Mérida compte nombre d’agences. Les écoles y sont nombreuses : Marista, Modelo, Mayab, UADY... «Je suis pour ma part de la première génération d’architectes issue de l’université Marista, fondée par un français, Marcelino Champagnat», explique Juan Carlos Seijo.

05(@Tamara Uribe)_B.jpgEnsemble OB

«Il y a une forte demande pour les études d’architecture», note-t-il. Et pour cause, la société évolue, la place de l’architecte avec. Par là-même, Seijo Peon Arquitectos y Asociados s’adapte.

En 2009, une nouvelle entité a été fondée en parallèle. A sa tête, Claudina Peon, sa belle-soeur. Sur les planches, des projets d’architecture intérieure ; «une nouvelle profession au Mexique», dit-il.

Pour le retour, un taxi. Sur le tableau de bord, des bondieuseries. Le compteur tourne. Le chauffeur, jeune et prolixe, n’est que superlatif quant à la qualité de vie à Mérida...

Jean-Philippe Hugron

* Le 'Porfiriato' renvoie à une période de l'histoire du Mexique marquée par le régime autoritaire de Porfirio Diaz qui dirigea le pays de 1876 à 1911

Réagir à l'article


tos2016
elzinc novembre

Présentation |2/3/4/ dans la balance

Nouveau marché en maîtrise d’œuvre et question de la représentation de la justice...autant de sujets abordés lors d'un projet malheureusement boudé de palmarès en tout genre… pour une raison...[Lire la suite]

elzinc novembre

Présentation |2/3/4/ dans la balance

Nouveau marché en maîtrise d’œuvre et question de la représentation de la justice...autant de sujets abordés lors d'un projet malheureusement boudé de palmarès en tout genre… pour une raison...[Lire la suite]



elzinc

Présentation |Fernando Menis, volcan, soupe et kilomètre zéro

Depuis Tenerife, Fernando Menis imagine une architecture tellurique, quasi volcanique. La plupart de ses édifices sont d’imposantes structures minérales, plus ou moins torturées, autant que peuvent l’être...[Lire la suite]